Les immigrés ,les sans papiers ,en France et l’art au CNHI

Que ce soit à Barbés

Ou à la « Goutte d’or » la rue rendue célèbre par les romans de Zola

Que ce soit dans certaines lignes du métro autour de la gare du nord

On rencontre des gens de toutes races et de toutes couleurs

**

Le musée CNHI

  L’arrivée des étrangers ne date pas d’aujourd’hui .Ils arrivent par vague :des russes,des italiens,des polonais  puis les maghrébins et ceux d’Afrique centrale 

Tout cette histoire est bien racontée dans la nouvelle « cité nationale de l’histoire de l’immigration »      .histoire–immigration

Tous ces personnes se sont intégrées peu à peu et ont enrichie notre culture par leur propre culture  

Les arts premiers ,la sculpture africaine  ont profondément influencé les artistes à l’époque de Picasso et des cubistes

La musique noire nous fait danser et vibrer

Le rap et même les « tag » sont peu à peu regardés avec plus d’indulgence .Une collection de tag est même exposée au grand palais en avril 2009

**

Beaucoup de ces étrangers sont devenus maintenant français,et parmi eux des footballeurs, de toutes jeunes romancières (,Faiza Guéne) des conseillères municipales, des maires d’arrondissement,  des sénateurs, des ministres et même un président . Ils sont français 

** 

 Les sans papiers    

Mais il y a encore tout le drame des immigrés, des sans papiers, ceux qui viennent de l’Est et qui traînent à Calais ou  ceux qui viennent en bravant les périls de la mer    

Mais ce n’est pas tout d’arriver en France . La galère continue .

Ahmat Zeidane Bichara   le raconte dans son « journal d’un réfugié politique »

Il faut d’abord savoir tout simplement  s’orienter dans le métro et bien s’y comporter

« Tel est la culture des français  sur les quais du métro on se dévisage ouvertement ,on détourne son regard quand on le veut tout est permis quand on ne dit rien à personne 

Il faut entreprendre,très  tôt le matin pour éviter les attentes interminables à la préfecture,les démarches  pour avoir ses papiers en règle

Puis c’est l’attente angoissante pendant des mois des décisions de l’OFPRA

                                               toguo2.gif

L’artiste camerounais Toguo  exprime bien cette angoisse en exposant au « Mac Val » à Vitry, d’énormes  cachets  de la préfecture et des  douanes

Ou des lits occupés dans les foyers d’attente 

                                                        toguo.jpg

Laisser un commentaire