Epître de Clément de Rome aux Corinthiens

Cette lettre aux Corinthiens  fut écrite vers les années 100

au moins 40 ans après celle de Paul

qui avait alors sévèrement réprimandé

ces chrétiens qui pour la plupart

étaient des esclaves qui travaillaient

dans le célèbre port de la ville 

Ils étaient  vraiment trop turbulents !

**

Suite à cette semonce de Paul 

les Corinthiens ont dû

s’améliorer 

car d’après Clément 

elle était devenue une communauté modèle

 

 Vous agissiez en tout sans acception de personnes, vous marchiez dans les commandements de Dieu, vous obéissiez à vos chefs, vous rendiez à vos anciens l’honneur qui leur est dû 

II, 1. Tous, vous vous montriez humbles, exempts de jactance, plus prompts à obéir qu’à commander, plus heureux de donner que de recevoir. 

Les viatiques du Christ vous suffisaient et c’est à eux que vous appliquiez votre esprit ; 

oui, vous teniez ses paroles soigneusement gravées dans votre cœur 

et ses souffrances étaient devant vos yeux. 

 

Ce sont les souffrances de Jésus  

méprisé, flagellé, conspué

qui avaient sans doute séduit les esclaves corinthiens

Eux aussi comme Jésus

étaient méprisés, conspués.

La méditation sur la passion

avait dû les séduire

ils sont devenus chrétiens

mais alors

mais alors

quelle communauté turbulente !

Cliquez ICI

** 

2. C‘est ainsi qu’une paix profonde et féconde vous avait été donnée avec un désir insatiable de faire le bien ; et une abondante effusion de l’Esprit-Saint s’était répandue sur tous.
** 

….5. Vous étiez sincères, simples, sans rancune. 

 6. Toute sédition, tout schisme vous faisait horreur. Vous pleuriez sur les fautes de votre prochain ; ses défaillances étaient les vôtres, selon vous 

 Les commandements et les préceptes du Seigneur étaient écrits sur les tables de votre coeur.
**

ah oui !mais la nature est revenue au galop

les disputes recommencent

et  cette fois ci

ce ne sont plus les travailleurs du port

qui semble poser  des problèmes

mais les responsables

qui s’oppose à l’enseignement des presbytres

cliquez ICI

**
III 4. Aussi, adieu la justice et la paix, puisque désormais chacun a délaissé la crainte de Dieu, obscurci le regard de la foi ; personne ne marche plus dans les commandements de Dieu, personne ne mène une vie digne du Christ, mais chacun marche selon les désirs de son coeur pervers, nourrissant en lui la jalousie ennemie de toute justice et de toute piété, par laquelle  » la mort est entrée dans le monde «  

**.

 La pénitence 

 VII, 1. En vous écrivant tout cela, bien-aimés, nous ne faisons pas que vous réprimander, nous nous avertissons aussi nous-mêmes, car nous sommes dans la même arène et le même combat nous attend. 

2. C‘est pourquoi laissons là toutes les préoccupations vaines et inutiles et revenons à la règle glorieuse et sainte de la tradition ; 3. et voyons ce qu’approuve, ce qu’aime, ce qu’agrée celui qui nous a faits.
4. Fixons nos regards sur le sang du Christ et apprenons combien il est précieux aux yeux de Dieu son Père : répandu pour notre salut, il a offert au monde entier la grâce de la pénitence.
5. Parcourons tous les âges et nous verrons que, de génération en génération, le Maître  » a laissé place à la pénitence  » (Sg 12, 10) pour tous ceux qui ont voulu se convertir à lui.
**

VIII, 1. Les ministres de la grâce de Dieu, sous l’inspiration du Saint-Esprit, ont parlé de pénitence ; 

IX, 1. Aussi, soumettons-nous a sa magnifique et glorieuse volonté, faisons-nous suppliants, lui demandant à genoux sa pitié et sa bonté ; et, recourant à ses miséricordes, abandonnons les vaines préoccupations et la jalousie qui mène à la mort. 

Laisser un commentaire