Discours de Benoit XVI aux Juifs en Allemagne

Le pape ne craint  rien

Il n’a pas une langue de bois.

Il y a eu
la  Shoah

Il en parle

Le «tout-puissant» Adolf Hitler, c’était une idole païenne qui voulait se mettre à la place du Dieu biblique, Créateur et Père de tous les hommes 

**

Puis le pape se réjouit car le  dialogue avec  les juifs s’améliore
Avec reconnaissance, je voudrais aussi évoquer le dialogue entre l’Eglise catholique et le Judaïsme, un dialogue qui s’approfondit. 

** 

Dans l’évangile de saint Jean on lit que  

. Le salut vient justement des Juifs (cf. Jn 4, 22) 

.**

  le discours sur
la Montagne
n’abolit pas
la Loi mosaïque, mais il révèle ses possibilités cachées et fait émerger de nouvelles exigences. Il nous renvoie au fondement le plus profond de l’agir humain, au cœur, où l’homme choisit entre le pur et l’impur, où se développent la foi, l’espérance et l’amour
.

**
Le message d’espérance que les livres de
la Bible hébraïque
et de l’Ancien testament chrétien transmettent, a été assimilé et développé par des juifs et des chrétiens de diverses façons. «Après des siècles d’opposition, nous nous reconnaissons le devoir de faire en sorte que ces deux manières de faire une nouvelle lecture des écrits bibliques — celle des chrétiens et celle des juifs — entrent en dialogue entre elles, pour comprendre correctement la volonté et la parole de Dieu» 

**.
Tout compte fait, nous pouvons constater que l’échange entre l’Eglise catholique et le Judaïsme en Allemagne a déjà porté des fruits prometteurs. Des relations durables et confiantes ont grandi. Juifs et Chrétiens ont certainement une responsabilité commune pour le développement de la société, laquelle possède toujours aussi une dimension religieuse. 

** 

Laisser un commentaire