Basile de Césarée Pourquoi vouloir être riche ?

Basile

au cours du 4é siècle après J.C

avant d’être évêque de Césarée

était un  moine

et a toujours vécu pauvrement

**

dans son « homélie contre les riches »

il s’étonne devant la cupidité des riches

mais pourquoi donc une telle soif de la richesse ?

**

Les riches veulent toujours plus

Ils sont insatiables

C’est une vraie maladie

celle de l’avare de Molière 

avide

livide

la langue pendante 

**

Vous êtes attachés à ces biens comme à une partie de vous-même,il est agréable de posséder des richesses, quand bien on n’en tirerait aucun avantage.Outre que tout le monde conviendra qu’il y a de la folie à aimer un argent inutile, Vous avez tant d’arpents de terre propres au labour, tant d’autres plantés d’arbres : vous avez des collines , des plaines, des prés , des fontaines , des fleuves

**

Pourquoi être riche ? 

Ce n’est, dit-on, ni pour se nourrir plus délicatement,ni pour se vêtir plus superbement, que la plupart souhaitent d’être riches

Alors ? Pourquoi ?

On ne sait !

le diable  emploie mille artifices pour leur persuader que les choses inutiles et superflues sont absolument nécessaires, et que leur fortune n’est jamais suffisante

**

Certains se justifient

 Ils destinent leurs biens aux besoins présents et à venir :  ils en réservent une partie pour eux et une partie pour leurs enfants. Il faut, dites-vous, que je conserve mes biens pour mes enfants. Tel est le prétexte spécieux de la cupidité. Et que deviendra la figure de ce Monde, si tous les hommes vendent leurs biens et les abandonnent ?

**

 La vanité

 Leur esprit est déchiré par mille inquiétudes, parce qu’ils sont jaloux de surpasser toujours ce qui est au-dessus d’eux.Ils se désespèrent d’être moins riches que deux ou trois personnes. Quand ils sont parvenus à atteindre un homme qui était plus riche, ils font aussitôt de nouveaux efforts pour égaler la fortune d’un autre qui les surpasse

c’est pour les richesses que les déserts sont remplis d’assassins, les mers couvertes de pirates , les villes pleines de calomniateurs.

** 

Pourquoi ne pas partager ?

Votre porte est assiégée de misérables qui réclament votre pitié du ton le plus pathétique.Vous les re-butez, vous dites que votre bien ne pourrait suffire à ceux qui vous demandent :

Laisser un commentaire