Basile de Césarée : l’Hexaméron : L’Utilité des longues homélies

Quand Basile prononça ses discours

sur la création du monde

il n’en finissait pas de causer

il était intarissable

Il avait toujours quelque chose à rajouter

une anecdote

une réflexion

une leçon de   morale 

**

Mais je m’aperçois que je passe les bornes.

 Lors donc que je fais attention à la longueur de mon discours,

 je vois que je me suis étendu outre mesure :

 mais lorsque je considère cette variété de sagesse

qui brille dans les ouvrages du Tout-Puissant, il me semble que j’ai à peine commencé mon récit

**

Mais finalement ce n’est pas du temps perdu

A cette époque la télévision n’existait pas le soir

**

. D’ailleurs, il n’est pas inutile de vous tenir un peu plus longtemps.

 Eh ! que feriez-vous jusqu’au soir.

Vous n’êtes pas pressés par des convives, de grands festins ne vous attendent pas.

**

Si je vous renvoie et si je dissous l’assemblée , les uns courront aux jeux.

 Là , sont des blasphèmes , de violentes disputes , et les aiguillons de l’avarice

Là, se trouve le démon enflammant la fureur par les instruments du jeu ;

faisant passer l’argent tantôt d’un côté, tantôt d’un autre ,

faisant tour-à-tour triompher de joie celui qui était accablé de tristesse ,

 et rougir de honte celui qui était fier de son gain.

**

Le loisir, sans la crainte de Dieu,

 est pour ceux qui ne savent pas en user, une occasion de se livrer au vice.

Peut-être donc tirerez-vous quelque avantage de  mes discours ;

 vous en tirerez du moins celui de ne pas pécher

 durant le temps où vous serez occupés à m’entendre.

 Ainsi plus je vous retiendrai,

 plus je vous éloignerai de l’occasion de commettre des fautes.  (homelie8)

**

Il m’est arrivé à moi-même, en parcourant la création,

 de ne pas n’apercevoir de la longueur du discours que je vous adressais.  (homelie 7)

Laisser un commentaire