Ambroise de Milan : La bonté est plus efficace que de longs discours

 Aux partisans du prosélytisme

de l’évangélisation à tout prix

Voici ce que dit saint Augustin

dans ses confessions  à propos de  saint Ambroise  (Confession livre 6,3 )

**

Augustin n’était pas encore chrétien

Il était manichéen

Mais ravi par l’éloquence d’Ambroise qu’il allait écouter

uniquement pour le plaisir de l’entendre

Il fut ébranlé dans ses convictions

**

Il désira alors interroger Ambroise

Mais celui ci

évitant  les parlotes inutiles

ne voyait aucun profit dans des discussion oiseuses

**

Ambroise préférait s’occuper des pauvres 

** 

Il m’était impossible de l’entretenir de ce que je voulais,

Une armée de gens nécessiteux me dérobait cette audience

Il était le serviteur de leurs infirmités.

**

Ambroise préférait  prier

Quand il lisait, ses yeux couraient les pages dont son esprit perçait le sens;

 sa voix et sa langue se reposaient.

 Souvent en franchissant le seuil de sa porte, dont l’accès n’était jamais défendu,

où l’on entrait sans être annoncé,

je le trouvais lisant tout bas et jamais autrement.

 Je m’asseyais, et après être demeuré dans un long silence, je me retirais,

 Peut-être évitait-il une lecture à haute voix,

 de peur d’être surpris par un auditeur attentif en quelque passage obscur ou difficile,

 qui le contraignit à dépenser son temps en éclaircissement ou en dispute.

**

Je cherchais toujours une bonne occasion pour l’interroger

Mais , elles ne se présentaient jamais.

En tous cas,  je ne laissais jamais passer le jour du Seigneur

sans l’entendre expliquer au peuple la parole de vérité,

**

Quand j’eus compris que l’homme était  fait à l’image de Dieu

j’eus honte, dans ma joie, d’avoir, tant d’années durant, aboyé,

non pas contre la foi catholique,

 mais contre les seules chimères de mes pensées charnelles

Laisser un commentaire