Ambroise de Milan et Augustin

 Dans les « confessions

Augustin raconte  comment

tandis qu’il avait été envoyé à Milan pour enseigner la rhétorique

Il alla par curiosité écouter les sermons d’Ambroise

**
On demanda de Milan au préfet de Rome un maître de rhétorique pour cette ville

Un sujet proposé fit goûter mon éloquence au préfet Symmaque, qui me choisit .

A Milan, j’allai trouver l’évêque Ambroise,

connu partout comme l’une des plus grandes âmes du monde,

**

. Cet homme de Dieu m’accueillit comme un père, et se réjouit de ma venue avec la charité d’un évêque.

Et je me pris à l’aimer, non comme un  maître qui enseignait la vérité

mais à cause de sa bienveillance pour moi

**

J’étais assidu à ses instructions publiques, non avec l’intention requise,

 mais pour m’assurer si le fleuve de son éloquence répondait à sa réputation,

 si la renommée en exagérait ou resserrait le cours,

Mais je ne faisais attention qu’à la forme et je tenais nul compte du fond

( confessions livre 5,13

**

 J’aimais entendre Ambroise recommander souvent, au peuple, dans ses sermons, cette règle suprême « La lettre tue et l’esprit vivifie (II Cor. III, 6). »

Et, lorsqu’en soulevant le voile mystique,

 il découvrait l’esprit là où la lettre semblait enseigner une erreur,

 il ne disait rien qui me déplût, quoique je ne susse pas encore s’il disait la vérité.

( Confession livre 6,4)

**

Augustin est baptisé par Ambroise en 387

Laisser un commentaire