Hans Küng : Hors de l’Eglise pas de salut ?

Le salut et la vérité

« Hors de l’église pas de salut » disait Cyprien

puis à sa suite, Augustin et bien d’autres

Qu’en pense donc notre grand théologien

Hans Küng dans son livre « être chrétien » ?(P108ss)

 **

Il constate que les mentalités ont bien changé

Tous les hommes  de toutes religions peuvent être sauvés

Mais cela ne veut pas dire qu’ils détiennent la vérité

**

Si de nos jours la théologie chrétienne affirme que tous les hommes  peuvent être sauvés

 même ceux qui sont membres d’autres grandes religions

,on ne peut en conclure pour autant que tout soit également vrai ….

S’ils sont sauvés ce n’est pas à cause

,mais en dépit de toute contre-vérité et de toutes superstitions (P108)

**

Les religions doivent s’adapter 

Désormais le monothéisme se renforce, l’idolâtrie est refoulée.

On abandonne les formes barbares et corrompues de la religion

 Celle-ci inspire l’engagement en faveur des réformes sociales …

et l’on prend au sérieux  les « éternels principes » annoncés par le sermon sur la montagne

….Qu’elles le veulent  ou non, les grandes religions

 sont non seulement engagés dans la discussion avec le christianisme

mais en même temps affrontées au brutal mouvement de la sécularisation ( p110)

**

Apport du Christianisme

Sur le sens de l’histoire, du progrès et du monde

sur la valeur de la personne de la femme et du travail humain

sur la portée de la liberté individuelle,

de l’égalité fondamentale et de l’engagement social,

sur ces problèmes et sur tant d’autres que se posent de manière urgente, les religions non chrétiennes

la Théologie chrétienne a appliqué une réflexion méthodique et systématique

 tout au long de l’époque récente (p117)

**

Il est vrai que 

L’Europe chrétienne  selon Gandhi ne l’est que de nom

,car en réalité elle adore Mannon

Son histoire et en particulier sa violence ,la soif de domination et de profit des chrétiens en Asie, en Afrique ,en Amérique du sud ont compromis pour longtemps le message chrétien (P115)

**

Le chrétien peut et doit dialoguer

Non d’une façon arrogante

 un particularisme borné ,suffisant, exclusif qui condamne en bloc

Non par une confusion syncrétiste

mais dans le but de rendre service aux hommes dans leur religion

**

Ce serait une rencontre authentique et féconde qui inciteraient les autres religions à exprimer ce qu’elles ont de meilleur et de plus profond en elles

 La vérité des autres religions seraient reconnue, respectée, appréciée

 sans que la confession chrétienne en soit relativisé (P118)

**

Apport des grandes religions

De ces rencontres la foi chrétienne n’aurait qu’à y gagner (p118)

Ce serait le cas par exemple

 si les chrétiens  malgré l’extrême complexité de leur dogmatique …acceptait la leçon que donne la stricte simplicité de la foi des musulmans en un Dieu unique et son envoyé

Ou si les chrétiens corrigeaient leurs représentations trop anthropomorphes du Dieu père

Ou si les chrétiens toujours tournés vers l’au-delà se laissaient  influencer par l’humanité profonde et concrète de la pensée chinoise …

Des comparaisons entre le royaume chrétien et le nirvana bouddhiste

et entre leurs morales respectives  pourraient être aussi fécondes ( 119)

 

 

Laisser un commentaire