Le roman vrai de Hans Küng

En 1979

le Vatican interdit 

à Hans Küng d’enseigner la théologie

dans une université catholique

**

Mais ce n’est pas fini

loin de là !

Hans Küng n’a pas dit son dernier mot 

C’est maintenant seulement que commence  son « vrai roman »

qu’il raconte dans le tome 2 de ses mémoires

**

En 1963 Morris West avait écrit un best seller « les souliers de saint Pierre »

Or il vint me proposer d’écrire sur moi un « roman vrai »  (p 667)

**

Car ce qui arrive à Hans Küng ressemble vraiment

 à un roman avec de multiples rebondissements

**

Des amis ,des professeurs ,des étudiants

des théologiens du monde entier  protestent

**

L’état Allemand intervient

Les organismes d’état procèdent avec prudence ,mais la société civile se révolte (P 625)

**

Les évêques allemands condamnent   

le 7 janvier 1980 les évêques allemands font lire dans toutes les églises une lettre pastorale contre un unique théologien qui s’était engagé à temps et à contre temps pour son église (p 644)

**

Mais certains membres du clergé refusent de lire cette lettre

Le cardinal Ratzinger est si furieux contre la résistance de son clergé..

. qu’Il enverra à tous ses prêtres une lettre circulaire pour leur rappeler qu’ils devaient obéir sous peine de manquer à leur promesse d’obéissance (p 645)

**

Coup de théâtre

le ministre  allemand des affaires étrangères déclare en janvier 1980

 Le professeur Hans Küng reste à Tubingen .

La république fédérale allemande est un état libre

Ici c’est la liberté de la science qui compte,  pas le dogme de l’eglise (p 655)

**

Nouveau rebondissement : La trahison des 7

Il parait dans la presse une longue prise de position de 7 de mes collègues de la faculté   …qui se disent partisans de mon exclusion de la faculté de théologie catholique (p660)

 C’est la cata !

**

Que faire !

Mais Küng est un malin

Puisque on veut le chasser

il propose à l’Etat de créer une chaire de théologie

 indépendante de l’église

au sein même de l’université de Tübingen

« je quitte la faculté de mon propre chef

en emmenant avec moi ma chaire et l’Institut oecumenique (p 680)

**

De guerre Las

le Vatican accepte cette solution 

 

 

Laisser un commentaire