Commentaire de saint Augustin sur la parabole des 10 vierges (Mtt 25,1)

Selon les exégètes modernes

cette parabole des 10 vierges (Mtt 25,1)

devrait s’appeler

« La paraboles des vierges pas assez folles »

Car les vierges folles  n’ont pas eu l’audace de faire confiance en la bonté de Dieu

Cliquez ICI

**

Saint Augustin  quant à lui

en commentant cette parabole dans « Les 83 questions  LIX »

reproche aux vierges de ne rechercher que la louange des hommes

**

Augustin remarque d’abord

que les 10 jeunes  filles sont vierges

Donc ce n’est pas leur virginité qui est mis en cause

**

Mais les unes mettent leur confiance et leur joie uniquement  dans le seigneur

Les autres ne recherchent que l’estime des hommes 

 **

 Cinq des vierges sont proclamées sages, et les cinq autres folles :

 Elles sont toutes sont vierges, parce que des deux côtés il y a continence,

 Mais les cinq folles, en prenant leurs lampes, n’emportèrent pas d’huile avec elles.

 **

L’huile :la confiance et la joie  

En effet beaucoup d’hommes, ne cherchent  pas d’autre joie dans la continence que les louanges humaines;

 ils n’ont donc pas d’huile avec eux;

car l’huile désigne ici la joie.

**

 « Mais les sages prirent de l’huile dans leurs vases avec leurs lampes, »

c’est-à-dire placèrent dans leur coeur

la joie de leurs bonnes oeuvres,

**

Or l’époux tardant à venir, elles s’assoupirent toutes ;

Et  au milieu de la nuit on annonça l’arrivée de l’époux

**

« Les folles dirent aux sages :

 Donnez-nous de votre huile, parce que nos lampes s’éteignent. »

 En effet tous ceux qui règlent leur conduite sur les louanges humaines,

se trouvent sans appui dès qu’elles leur manquent, 

**

Les vierges sages ne peuvent donner ces louanges 

et quand elles disent « Allez plutôt à ceux qui en vendent et achetez-en pour vous. »

il s’agit d’un reproche indirect, plutôt qu’un conseil

**

 En effet ceux qui vendent de l’huile, ce sont les flatteurs ;

 car en louant à tort et à travers, ils trompent les âmes,

et  leur procurent des joies vaines et insensées,

 **

L’arrivée de l’époux

 « Or, pendant qu’elles allaient  acheter de l’huile, l’époux arriva ;

c’est-à-dire pendant qu’elles se penchaient vers les choses du dehors

 et étaient en quête de leurs joies accoutumées,

**

«  Et celles qui étaient prêtes, » c’est-à-dire à qui leur conscience rendait un bon témoignage devant

 Dieu « entrèrent avec lui dans la salle des noces, »

**

« Et la porte fut fermée, et les autres vierges de retour disent

 : Seigneur, Seigneur, ouvrez-nous. »

**

On ne dit pas qu’elles ont  acheté de l’huile,

 d’où il faut en  conclure qu’elles furent  privées des satisfactions

 que leur procuraient les louanges humaines,

et  elles revinrent, accablées de douleurs et d’afflictions, implorer la miséricorde de Dieu.

 

Laisser un commentaire