St Augustin : Explication des 38 ans de la maladie du paralytique de Bethesda (Jn 5,1ss)

Dans son traité 17 sur l’évangile de Saint Jean

Saint Augustin commente la guérison du  paralytique de Bethesda (Jn5,1)

 A Jérusalem, près de la porte des brebis, il y a une piscine qui s’appelle en hébreu Béthesda, et qui a cinq portiques.

**

Cette eau, environnée de cinq portiques

était l’emblème du peuple juif, régi par les cinq livres de Moïse ;

Les cinq portiques ne sont autres que la loi

**

Sous ces portiques étaient couchés en grand nombre des malades, des aveugles, des boiteux, des paralytiques, qui attendaient le mouvement de l’eau

car un ange descendait de temps en temps dans la piscine, et agitait l’eau; et celui qui y descendait le premier après que l’eau avait été agitée était guéri,

**

Le Christ est en effet venu vers le peuple juif

Il a opéré des prodiges

Il a enseigné  une doctrine précieuse,

Il a ainsi  remuer l’eau  et agiter les Juifs

au point qu’ils le firent mourir.

**

 Descendre dans l’eau,

après qu’elle a été agitée,

 c’est donc croire humblement à la passion du Sauveur.

 Un seul malade fut guéri : C’est  l’emblème de l’unité de l’Eglise:

**

 « Il était malade depuis trente-huit ans ».

38=40-2

 Le nombre 40

est  un nombre sacré,

, Moïse a jeûné quarante jours  Elie a fait de même (3) ; et notre Seigneur et Sauveur Jésus-Christ a aussi jeûné le même espace de temps (4).

 Moïse représentait la loi, Elie les Prophètes, et Jésus-Christ l’Evangile :

**

Qu’il s’agisse donc de la loi, des Prophètes ou de l’Evangile, le nombre quarante nous est signalé comme consacré au jeûne

Le véritable jeûne : « C’est renoncer à l’impiété, aux désirs du siècle, et vivre dans le siècle avec tempérance, avec justice et avec piété».

**

Ce sont  les 40 jours entre le dimanche de la Quadragésime au Vendredi saint

Le nombre quarante indique donc que le travail est arrivé à son terme

**

Peut-être est-ce encore parce que la loi se trouve parfaitement accomplie par l’Evangile, qui se compose de quatre livres ;

il est dit, un effet, dans l’Evangile : « Je ne suis pas venu abolir la loi, mais l’accomplir » 

**

Le nombre 2

Le nombre 2 représente la charité

Ainsi.

La veuve de l’Evangile a fait don à Dieu de deux misérables pièces d’argent qui composaient tout son avoir

 Le bon samaritain  donne deux deniers pour que l’hôtelier  veille sur

Le malheureux blessé

Jésus a-passé deux jours chez les Samaritains, pour les affermir dans la charité

Le nombre deux a donc trait au double précepte de la charité :Aimler Dieu et son prochain 

**

Le nombre 38 =40-2

Il s’en suit que le nombre quarante indique l’entier accomplissement de la loi,

 et que la loi n’est accomplie que par l’observation du double précepte de la charité

**

Il faut donc que le paralytique qui a été malade pendant  38 ans

pratique la charité pour arriver à l’accomplissement de la loi 40

**

Jésus lui dit donc :

« Prends ton lit, et marche

En lui imposant ces deux préceptes, Jésus suppléait au nombre qui lui faisait défaut.

 Dans ces 2 préceptes du Christ, nous trouvons  trace des 2 commandements de la charité

**

Prends ton lit

 C’est ce qu’a dit l’Apôtre

 « Portez les fardeaux les uns des autres, et ainsi vous accomplirez la loi de Jésus-Christ (3) »

**

. La loi de Jésus-Christ, c’est la charité, et nous ne pouvons accomplir le précepte de la charité, qu’à la condition de porter les fardeaux

**

Marche

« Prends donc ton lit » ; mais quand tu l’auras pris, ne reste pas en place, « marche ». En aimant ton prochain, en prenant soin de lui, tu fais du chemin.

Diriges tes pas vers le Seigneur ton Dieu, vers celui que nous devons aimer de tout notre coeur, de toute notre âme, de tout notre esprit.

**

Nous portons notre prochain et nous marchons vers Dieu ;

mais celui vers qui nous dirigeons nos pas, nous ne le voyons pas encore car il se  perd dans la foule.

Cependant ,parce que le paralytique ne se lasse point de porter son lit et de marcher,  Jésus le trouva plus tard dans le temple

**

Mais les Juifs poursuivaient Jésus, parce qu’il avait fait ces œuvres le jour du sabbat ».

**

Le sabbat du Seigneur

Ce fut le samedi  saint

Car la veille du sabbat, le vendredi saint

Jésus  inclina la tête et rendit l’esprit ;

 puis ayant été , le jour du sabbat, déposé dans un sépulcre,

il se reposa de toutes ses oeuvres .

Laisser un commentaire