Jean Chrysostome : Pourquoi raconter le récit de la passion et de la mort de Jésus ?

Dans son homélie 83 sur l’évangile de Matthieu

Jean Chrysostome s’adresse aux hérétiques et aux docétes

 qui nient l’humanité du Christ

en leur prouvant que Jésus a souffert comme un homme

et que malgré tout il est Dieu

**

Arguments contre les hérétiques 

Jésus a souffert comme un homme 

Le Fils de Dieu, mes frères, permit cette sueur si extraordinaire,

 afin qu’on reconnût visiblement que cette tristesse n’était point une fiction ,

 et que les hérétiques ne pussent dire qu’il n’était triste qu’en apparence.

**

Cette parole : « Que ce calice, s’il se peut, s’éloigne de moi »,

montre l’humanité de Jésus

mais la parole suivante :

« Néanmoins, non ma volonté, mais la vôtre »,

 fait voir la résignation d’une âme forte et vertueuse

 et nous apprend à obéir à Dieu en dépit des répugnances de la nature.

**

Il s’en alla encore prier pour la troisième fois, usant des mêmes paroles

 Il prie par deux ou trois fois pour prouver qu’il était homme par cette triple prière.. afin qu’on ne pût douter de la vérité de sa chair.

**

Jésus est outragé ,mais il est Dieu

Dans son homélie 87 sur l’évangile de Matthieu

J Chrysostome écrit

Nous lisons  publiquement la « passion » dans l’assemblée de toute l’Eglise, pour  que les païens ne disent pas que nous vous annonçons que les actions miraculeuses de Jésus-Christ, et  que nous vous cachons ses souffrances et ses opprobres.

**

Le Saint-Esprit a tellement conduit les choses, qu’il fait lire cette histoire dans l’Eglise au temps de Pâques

 Nous ne cachons rien de ces outrages du Sauveur, et cependant personne ne doute que Jésus-Christ ne soit Dieu.

**

 Nous l’adorons tous, non-seulement à cause de tant de grâces dont il nous a comblés, mais particulièrement pour cet amour si rare qu’il nous témoigne à sa passion;

 puisqu’il fait voir qu’il a bien voulu se rabaisser pour nous, jusqu’à ce dernier degré d’humiliation, pour nous donner dans sa personne un parfait modèle de la plus haute vertu.

**

Lisons donc ceci, mes frères, puisque cette lecture nous peut être si avantageuse

Cependant on n’apercevait alors dans le Sauveur que des marques de faiblesse. Tout ce qui se passait alors ne pouvait former qu’une impression de son impuissance dans l’esprit de ceux qui ne pénétraient pas tes desseins de Dieu dans ce grand mystère.

Et néanmoins Jésus-Christ a fait voir qu’il était Dieu, en mourant comme le dernier des hommes, et il a établi cette vérité par les choses mêmes qui paraissaient la devoir détruire. 

Laisser un commentaire