Grégoire le grand : La vie intérieure et la contemplation

Rentrer en soi même

Dans ses « dialogues » (livre II,3)

Saint Grégoire qui aurait tant voulu être moine comme saint Benoit

déclare au diacre Pierre 

.**

Toutes les fois que l’agitation de nos pensées, nous jette trop hors de nous-mêmes,

 tout en restant nous-mêmes,

nous ne sommes plus avec nous,

parce que nous ne nous voyons plus et que nous nous répandons sur d’autres objets.

**

Dirons-nous qu’il était avec lui-même, ce prodigue

qui est parti dans une région lointaine,

a dévoré la portion qui lui était échue, et s’est loué aux habitants du lieu

pour paître ses pourceaux?

Lui qui désirait avidement les restes de ces animaux immondes,

enfin , , en rentrant en lui-même,

songea aux précieux avantages qu’il avait perdus,

**

C’est ainsi

que je puis dire que le vénérable anachorète  habita avec lui-même :

Sans cesse il se considérait, sans cesse  il s’examinait

, sous les regards de son Créateur,

sans que jamais son âme portât sa vue

sur les objets extérieurs.

**

La contemplation

Dans « les lettres » écrites à ses intimes

il se plaint souvent

de ne plus pouvoir se retirer dans la solitude

**

J’ai perdu les joies profondes de mon repos

Il me semble que je ne m’élève extérieurement qu’en m’effondrant intérieurement …

…Je me hâtais de m’asseoir avec Marie aux pieds du Seigneur  ….

et voici que je suis obligé de m’employer avec Marthe à  des taches extérieures (Lettre 1,5)

**

Dans cette même lettre ,comme souvent ailleurs il reprend l’image de la roue

Le pécheur quand il obtient du succès dans sa vie est traité comme une roue

 parce qu’il tombe en avant pendant qu’il s’élève en arrière (I,5)

 **

J’ai intérieurement perdu en m’élevant à l’extérieur (lettre I, 6)

**

Je suis secoué par le flot multiple des affaires

et brisé par les tempêtes d’une vie tumultueuse (lettre 1,7)

**

La Lectio divina

Sa vie intérieure est alimentée par ses lectures

Il ne cesse de citer l’ancien testament et le nouveau Testament

que ce soit dans ses « dialogues »

que ce soit dans « ses lettres »   

que ce soit dans « sa règle pastorale »

 

Laisser un commentaire