Des monastères de famille à Faremoutiers « la sainte » et à Jouarre « la riche »

Colomban était passé plusieurs fois chez  Chagnéric

le comte de Meaux

Or ce comte avait 5 enfants

dont 3 seront saints   

- l’ainé Saint  Chagnoald (+633)  fut moine à Luxeuil et abbé de Farmoutiers  puis évêque de Laon

- Le 2é Saint Faron (+673) fu evêque de Meaux et fondateur de l’abbaye sainte croix

- La 5é Sainte Fare (600-655) fut la première abbesse de Farmoutiers

**

Faremoutiers  » la sainte »

L’abbaye des femmes de Marmoutier eut vite une  grande renommée

On disait que l’abbaye de  Chelles  était « la royale » (l’abbaye de la reine Bathilde)

On disait que l’abbaye de Jouarre  était  « la riche »

Et celle de Faremoutiers ; « la sainte »

**

Fare ,l’abbesse n’avait que 16 ans

On y suivait dans toute sa rigueur la règle de  Colomban

Cliquez ICI

**

Et presque toutes les premières religieuses furent des saintes

« L’une brulait d’un telle ardeur que l’esprit saint semblait s’enflammer en toute choses 

L’autre montrait une foi inébranlable et une bonté continuelle

Une autre encore fut ravie dans une nuée comme le Christ sur le Thabor »…. 

**

Jouarre « la riche »

Mais c’est pas tout !

Chagneric avait un cousin  saint Authaire

Encore un saint qui avait aussi 3 fils

Adon Dadon et Radon

- Saint Adon fonda l’abbaye de Jouarre sur ses propres terrains et en fut le premier abbé 

Il choisit sa sœur comme première abbesse de l’abbaye voisine 

- Radon fonda Reuil

- Dadon   fut surnommé « Saint Ouen » car il devient évêque de Rouen en 640

aprés avoir fondé lui aussi une abbaye à Rebais sur une de se terres  

**

Plusieurs  de leur cousins et cousines les rejoignirent à Jouarre

**

Une succursale du monastère des femmes de Jouarre fut fondée à Soisson

où on assura comme à saint Denis la louange perpétuelle

ce qui indique que les religieuses étaient assez nombreuses

pour se relayer au chœur d’une façon ininterrompue

**

NB Tous ces renseignements sont pris

dans le tome 3 du livre « les moines de l’occident » par Ivan Gobry edt Fayard    

Laisser un commentaire