« Marie et l’Eglise » depuis Béde le vénérable jusqu’à saint Albert le grand

Le  père Barré (Cssp) dans un article  remarquable

publié dans les « études mariales »9  en 1951

nous stupéfie pour son érudition

**

On ne peut que le savourer

puis le résumer

et le simplifier

car trop savant

**

 Marie : type de l’église

« Typus est ecclesiae »  

cette expression est de saint Ambroise

elle est identique  à celle qu’Albert le grand attribue à Augustin

« figura est ecclesia »

**

Au 7è siècle ,Bede le vénérable esquisse un parallèle

entre la vie de Marie et la vie de l’église primitive

puis au cours du moyen âge ,

on identifie Marie et l’église

qui sont épouse du Christ ,mère et Vierge 

 **

Marie et l’église :une seule et même épouse 

Lee titre épouse du christ est appliquée à Marie depuis le 7è siècle en Occident

un peu avant en Orient   

en particulier  dans les commentaires  « du cantique des cantiques » 

**

‘Tu me fais perdre le sens ,ma sœur, ma fiancée (Ct des Ct 4,8 et 5,1)

Ce verset d’abord attribué à Marie

le fut plus tard attribué à l’église

en particulier par  Alain de Lille

**

Il en est de même du verset 

«Belle comme la lune

resplendissante comme le soleil  (Ct des Ct 6,10)

L’église et Marie reçoivent du soleil de justice toute leur splendeur et leur éclat

**

Marie comme l’église ne font qu’une seule chair (Gn 1,24) avec le Christ

comme Adam et Eve 

duo in carne una (Pierre Lombard)

L’église est le corps du Christ  

le Christ  est né de la chair de Marie

**

Marie et l’église : Mère et Vierge 

A l’instar de la Vierge, l’église met le christ au monde (St Augustin)

Béde en commentant le récit de la femme de l’apocalypse (Apk 12)

y voit l’église qui enfante 

mais par la suite l’interprétation mariale de ce chapitre devient de plus en plus fréquent

**

Le Christ est présent spirituellement dans l’église

comme il fut présent  corporellement dans le corps de Marie

et cette présence est l’œuvre du saint Esprit 

L’église  nous enfante spirituellement au baptême

**

Au moment de l’annonciation l’humble vierge

accueille le Verbe de Dieu

au nom de l’église 

**

La femme de l’apocalypse engendre dans la douleur

 comme Marie au pied de la croix

**

Il faudra attendre le 12é siècle pour que toutes ces interprétations

en germe depuis le vénérable Béde  prennent toute leur ampleur

** 

Laisser un commentaire