« Evangelii gaudium » : L’église doit sortir

Dans son exhortation sur la « joie de l’évangile » 

le pape François invite les chrétiens à sortir vers les autres

et l’église à sortir de ses routines et de sa torpeur

19. L’évangélisation obéit au mandat missionnaire de Jésus : « Allez donc ! De toutes les nations faites des disciples

Sortez

20. Dans la Parole de Dieu apparaît constamment ce dynamisme de “la sortie” que Dieu veut provoquer chez les croyants. Abraham accepta l’appel à partir vers une terre nouvelle (cf. Gn 12,1-3). Moïse écouta l’appel de Dieu : « Va, je t’envoie » (Ex 3,10) et fit sortir le peuple vers la terre promise (cf. Ex 3, 17….

21. La joie de l’Évangile qui remplit la vie de la communauté des disciples est une joie missionnaire. Les soixante-dix disciples en font l’expérience, eux qui reviennent de la mission pleins de joie (cf. Lc 10, 17).

, il est vital qu’aujourd’hui l’Église sorte pour annoncer l’Évangile à tous, en tous lieux, en toutes occasions, sans hésitation, sans répulsion et sans peur.

Cliquez ICI

**

L’Église « en sortie »

24 cette église  est la communauté des disciples missionnaires qui prennent l’initiative, qui s’impliquent, qui accompagnent, qui fructifient et qui fêtent.

Osons  prendre l’initiative :

La communauté évangélisatrice expérimente que le Seigneur a pris l’initiative, il l’a précédée dans l’amour (cf. 1Jn 4, 10), et en raison de cela, elle sait aller de l’avant, elle sait prendre l’initiative sans crainte, aller à la rencontre, chercher ceux qui sont loin et arriver aux croisées des chemins pour inviter les exclus.

……..Les évangélisateurs ont ainsi “l’odeur des brebis” et celles-ci écoutent leur voix.

 Ensuite, la communauté évangélisatrice se dispose à “accompagner”. Elle accompagne l’humanité en tous ses processus, aussi durs et prolongés qu’ils puissent être.

Cliquez  ICI

. Fidèle au don du Seigneur, elle sait aussi “fructifier”.

. Enfin, la communauté évangélisatrice, joyeuse, sait toujours “fêter”.

 L’Église évangélise et s’évangélise elle-même par la beauté de la liturgie, laquelle est aussi célébration de l’activité évangélisatrice et source d’une impulsion renouvelée à se donner.

Plus bas dans son exhortation le pape revient sur le même thème

.

Une mère au cœur ouvert

46. L’Église “en sortie” est une Église aux portes ouvertes.

 47. L’Église est appelée à être toujours la maison ouverte du Père.

 Un des signes concrets de cette ouverture est d’avoir partout des églises avec les portes ouvertes.

Même les portes des sacrements ne devraient pas se fermer pour n’importe quelle raison. Ceci vaut surtout pour ce sacrement qui est “ la porte”, le Baptême. L’Eucharistie, même si elle constitue la plénitude de la vie sacramentelle, n’est pas un prix destiné aux parfaits, mais un généreux remède et un aliment pour les faibles.

Ces convictions ont aussi des conséquences pastorales que nous sommes appelés à considérer avec prudence et audace.

 Nous nous comportons fréquemment comme des contrôleurs de la grâce et non comme des facilitateurs. Mais l’Église n’est pas une douane, elle est la maison paternelle où il y a de la place pour chacun avec sa vie difficile.

 

La sortie et la reforme des structures

la sortie c’est aussi la reforme des structures qu’on ne peut différer

 pour qu’elles deviennent toutes plus missionnaires,

 que la pastorale ordinaire en toutes ses instances soit plus expansive et ouverte,

 qu’elle mette les agents pastoraux en constante attitude de “sortie”

 28. La paroisse

n’est pas une structure caduque ;

cela suppose qu’elle soit en contact avec les familles et avec la vie du peuple

et ne devienne pas un groupe d’élus qui se regardent eux-mêmes.

29.de même pour les communautés de base

le troupeau lui-même possède un odorat pour trouver de nouveaux chemins.

**

32. La papauté

Du moment que je suis appelé à vivre ce que je demande aux autres, je dois aussi penser à une conversion de la papauté. Il me revient,

 Une excessive centralisation, au lieu d’aider, complique la vie de l’Église et sa dynamique missionnaire.

33. La pastorale en terme missionnaire exige d’abandonner le confortable critère pastoral du “on a toujours fait ainsi”. J’invite chacun à être audacieux et créatif dans ce devoir de repenser les objectifs, les structures, le style et les méthodes évangélisatrices de leurs propres communautés.

 Les pauvres 

49. Sortons, sortons pour offrir à tous la vie de Jésus-Christ.

 : je préfère une Église accidentée, blessée et sale pour être sortie par les chemins, plutôt qu’une Église malade de la fermeture et du confort de s’accrocher à ses propres sécurités.

 Je ne veux pas une Église préoccupée d’être le centre et qui finit renfermée dans un enchevêtrement de fixations et de procédures.

Plus que la peur de se tromper j’espère que nous anime la peur de nous renfermer dans les structures qui nous donnent une fausse protection,

  Aujourd’hui  et toujours, « les pauvres sont les destinataires privilégiés de l’Évangile »,

Il existe un lien inséparable entre notre foi et les pauvres

. Ne les laissons jamais seuls.

Laisser un commentaire