Mort du père François Libermann le 2 février 1852

Le père François Libermann est un des  fondateurs

 de la congrégation des pères du saint Esprit

**

Il fut surtout un grand maitre spirituel

le maitre de la paix intérieure  

qui mériterait d’être mieux connu en notre temps

si « stressé »

**

Cette paix il la vivait

en toutes circonstances

et ce fut très  paisiblement qu’il mourut

malgré une extrême souffrance

**

Circonstances historiques de sa mort 

le 2 décembre 1851 quand Napoléon fit son coup d’état le matin (ND 13 p 666)

Pour tranquilliser les séminaristes de la maison de Notre dame du Gard ,prés d’Amiens

,Libermann  décide d’aller les rejoindre

Il fut convenu qu’il partirait  et il me dit de penser avoir un fiacre à 7 heure du soir

 pour le conduire au chemin de fer (ND  13 p 667) 

**

Il reste à Notre Dame du Gard jusqu’au 26 décembre 

c’est-à-dire le lendemain de Noël 

mais dès qu’il fut rentrer à Paris

dans sa maison de la rue Lhomond

il s’alite et ne se releva plus

Il souffrit terriblement et son agonie dura plusieurs jours (ND 13 p 670)

**

Il s’est endormi doucement dans la paix du Seigneur   pendant  que l’on chantait le magnificat ,à la chapelle du séminaire

**

Ses derniers mots

 Sacrifiez vous pour Jésus …pour Jésus seul , avec Jésus …

Dieu c’est tout… l’homme n’est rien …

L’esprit de sacrifice  et le zèle pour la gloire de Dieu et le salut des âmes ( lettre du 31 janvier de Schwindenhammer ND p 660 )

**

Il meurt le 2 février   

Sa vie a été une souffrance continuelle.

Le bon Dieu l’ a ramené de bien loin pour en faire une victime de souffrance

Il l’a converti du judaïsme et d’une manière toute providentielle

 pour le faire fondateur et premier supérieur d’une société

 qui devait porter le nom du « saint et immaculée cœur de Marie »

( Schwindenhammer ND1 p 663)

Laisser un commentaire