Libermann: Se détacher de tout

Libermann le maitre de la paix

nous enseigne  dans ses lettres spirituelles

que pour avoir la paix intérieure

pour vivre sans inquiétude

il faut d’abord se détacher de tout

**

Se détacher de tout

Libermann ne dit pas de renoncer à tout

Il dit ne pas s’attacher !

Dans un lettre destinée à son frère ainé qui a des enfants il écrit

Il est vrai que vous devez épargner  pour votre famille et avoir quelque biens

  c’est absolument nécessaire ,

mais vous devez en détacher votre cœur et vos affections qui doivent être à Dieu seul (LS3)

**

En étant détaché  de tout bien , on se sent libre ,sans inquiétude, en paix

Au cours de la révolution de 1830 un séminariste se plaint car des voleurs ont pénétrés dans sa chambre

Libermann lui écrit 

Il me semble que vous vous inquiétés pour bien peu de chose

 Il faut être indifférent à toutes ces petites misères (LS7)

**

A un séminariste malade il écrit

Tenez vous en une parfaite tranquillité  et ne  désirez pas trop ardemment d’être guéri ,

mais remettez vous totalement à Dieu

**

Ne pas être indifférents à ce qui se passe dans le monde

 mais ne pas s’en inquiéter

 

Ainsi ,au cours de la révolution de 1830, Libermann écrivait

Tenez  vous toujours dans le calme  le silence intérieur et la paix ,

Ne vous laissez pas troubler par les choses qui se passent dans le monde

 ..Vous n’avez qu’une chose à faire 

qui est de plaire à Dieu et de faire sa volonté

Il ne faut pas se tourmenter sous prétexte que les intérêts de la religion sont menacés (ND5p 18)

**

Se détacher  de soi même 

Il faut vous renoncer jusqu’au dernier retranchement de l’amour propre

qui se recherche toujours lui même (LS 61)

**

Il n’y a rien de meilleur que les humiliations

les croix sont de l’or pur ,mais les humiliations sont des perles et des pierres précieuses ….

Vous ne parviendrez peut être jamais au véritable abandon sans les humiliations (LS 65 )

 

Lui-même s’en remet totalement à Dieu,

quand il est question de le renvoyer du séminaire de saint Sulpice ,à cause de sa maladie    

Vous me demandez si je reste au séminaire

 Je n’en sais rien !

Je ne sais pas si le supérieur me gardera ou non

Il m’a gardé jusqu’à présent par pitié

 Que voulez vous qu’on fasse de moi je suis inutile à tout ( LS 7)

**

Finalement

Laissons aux enfants du siècle , les inquiétudes et les troubles

Notre occupation est de ne voir que Dieu seul

 dans la paix et le calme le plus profond

**

Cependant dans sa lettre LS 45 le père Libermann

insiste sur le renoncement

plutôt que sur le détachement

ce qui peut être dangereux

pour un jeune esprit généreux  

Cliquez  ICI  

Laisser un commentaire