Le parcours de la première expédition des spiritains en Afrique

Les deux Clémentines

Le 13 septembre 1843

une bande de jeunes missionnaires  partent pour l’Afrique sur le bateau

« les Deux Clémentines »

Ce n’est pas le grand confort

et tous ont plus ou moins le mal de mer

**

On est même privé d’avoir certains vases qui pendant la nuit sont d’un très grand secours ,

…sans parler des lieux d’aisances ,dans lesquels on ne peut entrer ni se tenir sans se plier en deux( ND5 p186)

**

Le capitaine Obeix devient de plus en plus insupportable

Il fait des objections contre la religion      car la mer est calme

Le bateau n’avance pas

 **

L’île de Gorée

Le 10 octobre ,ils arrivent à l’ile de Gorée

les chapeaux noirs sont très mauvais pour les pays chauds ,

il faut des chapeaux de paille blanche (ND 5.p193)

Il partirent à Dakar pour se baigner

mais on ne savait pas comment s’arranger ;

enfin on se décida à se baigner, revêtu seulement de sa culotte ,que chacun rapporta le soir dans sa main et fit sécher comme il put pendant la nuit (ND p 195)

**

Le bruit court que nous arrachons les gris-gris  des enfants pour leur attacher des médailles au cou ;

On nous blâmé avec raison .L’un de nous ,je crois avait eu cette imprudence (ND5 p195)

**

le 1 novembre il eurent une grande discussion

Pouvaient ils dire la messe car ils n’avaient pas d’ornements noirs (ND5 p 197)

le capitaine assista à la messe ce jour la ainsi que monsieur Qitre son second et quelques  hommes de l’équipage

mais l’équipage n’est pas toujours très aimable 

il faut éviter de trop parler avec les gens du  monde ,sans foi, qui ne respectent pas le sacerdoce ( ND5 p200)

**

Ils ne sont pas seul en mer  et  croisent de nombreux s bateaux venus d’Amérique

***

Le cap des palmes

le 29 novembre 1843  ils arrivent  en face du cap des  palmes (Liberia actuel)

C’est alors que  plusieurs sont atteints par les fièvres et  meurent

   **

Le 1 mars 1844 Mgr Barron arrive au cap des Palmes

et  décide de quitter les lieux

non seulement à cause du climat hostile

mais aussi à cause des colons

qui se comportent trop mal avec les noirs

**

L’églantine

Le 21 mars

Audebert ,Boucher et le Frére Grégoire  descendent en Assini

sur le bateau « l’églantine »  

Dans ce bateau nous sommes très mal à l’aise, bien plus que sur les 2 clémentines ;

Réjouissons nous de souffrir ! 

Le navire est encombré de pirogues de nègres

que nous voyons avec peine maltraiter par le commandant de l’équipage :

Les officiers les mettent au-dessous de la  brute ;

Mais  n’ont ils pas une âme à sauver comme nous ? (ND5 p 223)

**

Un jour le capitaine mouille devant un petit village

Il se passe à cette occasion des choses que la décence  ne permet pas de rapporter :

C’était un honneur pour les princesses ! Pauvres gens qu’ils sont à plaindre !

Le commandant se comporte mal avec les noirs

Ainsi quand ils ne veulent pas vendre leurs denrées au prix qu’on leur offre il fait tirer le canon sur eux

Monseigneur est de nouveau indécis ;Il aurait presque envie d’aller  habiter au Gabon (ND5 p 224)

 **

Sur l’Eglantine aussi

le capitaine Gence maltraite nos frères et les méprise (ND5p 225)   

Nous avons beaucoup à souffrir des officiers qui profèrent continuellement des jurements épouvantables (ND5  p227)

**

Grand Bassan

Le 28 mars arrivée à Grand Bassam

Pellegrin, l’officier responsable du poste, les reçoit aimablement

mais Gence le capitaine du bateau  dit du mal de cette troupe de jeunes éberlués

Il dit partout que nous sommes plus malades d’esprit que de corps

et Pellegrin devient alors d’une  froideur assommante

,ne nous disant plus un mot 

**

Puis tout se passa très vite

Audebert et Boucher meurent à leur tour

Les colons ne sont pas coopératifs 

et Mgr Barron  décide de mettre fin à cette triste l’aventure 

Cliquez ICI

 

Laisser un commentaire