La vocation du pére Frédéric Le Vavasseur

Le Père Tisserant nous donne des détails très intéressants sur la vocation du père Le Vavasseur ,originaire de Bourbon (La Réunion)

dans « les notes et documents du père Libermann » (ND1 P 611 ss )

http://www.mi-aime-a-ou.com/pere_levavasseur.php

**

Le Vavasseur

Son père l’avait envoyé en France pour se préparer à Polytechnique

ce que fit Frédéric 

avec une ardeur et une grande passion.

il voulait devenir un grand savant en toute chose

et c’était par les mathématiques qu’il voulut commencer (p 609)

**

Mais un jour qu’il travaillait ses mathématiques

tout à coup ,il lui vient une pensée qui le frappa et pénétra son cœur

« Que vas-tu faire de tes mathématiques ?

Comment pourras tu avec ces études reconnaître toutes les bontés de Dieu a eu pour toi ?

Ne vaudrait il pas mieux prendre un état

 où tu pourrais faire plus de bien et rendre plus de gloire à Dieu (p  611)

**

Fortement troublé il alla trouver un prêtre qui lui dit

« votre place est au séminaire »

**

Ben Voyons !

Son père lui avait dit ,la veille de son départ

« Fais tout ce que tu voudras ,galérien si tu veux ,mais ne te fais pas prêtre ;

Si tu te fais prêtre, je ne te regarde plus comme mon fils »

**

Fréderic cherche donc une solution intermédiaire 

en se faisant médecin

 pour être au service des autres

**

Mais il hésitait toujours 

On lui conseilla alors d’aller voir l’evêque de Versailles où il résidait alors

« il fallait regarder la décision de l’evêque comme étant la volonté de Dieu »

**

Le Vavasseur s’y soumit comme une vraie victime

On lui conseilla cependant de terminer ses études pour plaire à son père

**

Mais il n’avait plus goût à rien

« la contention qu’il mettait dans ses oraisons lui fatiguent la tête

à un tel point qu’il ne lui fut plus possible de lire (p 615 )

et il ne réussit plus ses examens

**

Et puis …

il préférait lire des vies comme celle de Marguerite Alacoque

 ou  le catéchisme de la vie intérieure de Mr Olier ( p 617)

ou encore aider la sœur Rosalie  qui s’occupait des pauvres

prés du collège Stanislas à Paris  ou il se trouvait en ce moment

**

Enfin tout finit par s’arranger 

il revoit son père

qui lui permet enfin d’entrer au séminaire 

**

Mais Fréderic était fatigué psychologiquement

Il n’arrivait plus à suivre les cours

« On ne savait pas comment réussir à lui faire achever son cours de philosophie

et il était fort douteux qu’il puisse continuer  (p 592)

**

et le père Tisserant de dire

Tel était  pourtant l’homme que Marie avait choisi le premier de tous

pour venir au secours des âmes délaissées (p 593)

Cliquez ICI 

Laisser un commentaire