Claude Guénin (1730-1807) ou abbé de Saint Marc : le figuriste type

Claude Guénin,

avait rejoint dans sa prime jeunesse, les jansénistes français, à Utrecht

En 1760 il revient en France et devient  un des principaux rédacteurs des «  Nouvelles ecclésiastiques » jusqu’en  1793

c’est à dire pendant 33 ans

Son journal étant interdit ,il était donc recherché par la police en permanence

il prit donc le surnom d’’Abbé de Saint Marc

mais était il vraiment  abbé ? On ne sait !

**

En tous les cas ce fut un comploteur

un héros comme ceux d’Alexandre Dumas 

**

Claude Guénin est un figuriste

C’est ainsi qu’il défend les révolutionnaires 

car il y voit le doigt de Dieu  

**

il écrit 

Depuis le commencement de la révolution ,le doigt de Dieu m’y parait marqué d’une manière frappante .

Il n’approuve certainement pas les passions qui ont donné les scènes si dignes de larmes

 mais je vois avec étonnement qu’il les fait servir au succès de la révolution

**

Pour la constitution civile

Il soutient la Constitution civile du clergé

Mais  bientôt il écrit

Le malheur est d’avoir été obligé de choisir nos ,évêques  et nos curés parmi les élèves de l’ancien clergé

Notre évêque de Paris est je crois sans religion

**

Mais il persiste à croire en la révolution

en interprétant les événements selon les explications consolantes des figuristes

il  écrit en 1793

La contradiction que Jésus Christ éprouva de la part des juifs dans sa personne …

se termina au grand avènement de la conversion des gentils

Celle qu’il éprouve  aujourd’hui de la part des gentils  apostats …

conduira selon Paul  à la conversion des la nation juive

 qui sera pour le monde entier comme une résurrection

**

N’empêche !

C’est cette année là, que Claude Guérin quitte les nouvelles ecclésiastiques

l’Abbé Mouton lui succédera jusqu’à la fin du journal en 1803 

**

A la fin de la révolution, on le retrouve auprès de l’abbé Grégoire 

Laisser un commentaire