2 Samuel (15, 13-14.30 ; 16, 5-13a) : Le chemin de croix de David au mont des oliviers

En ces jours-là, un messager vint annoncer à David : « Le cœur des hommes d’Israël a pris parti pour Absalom. » Alors David dit à tous ses serviteurs, qui étaient avec lui à Jérusalem : « Debout, fuyons ! Autrement nous n’échapperons pas à Absalom. Vite, partez ! Sans quoi, il nous gagnera de vitesse, il nous précipitera dans le malheur et passera la ville au fil de l’épée. »David montait par la montée des Oliviers ; il montait en pleurant, la tête voilée ; il marchait pieds nus. Tous ceux qui l’accompagnaient avaient la tête voilée ; et ils montaient en pleurant. Comme le roi David atteignait Bahourim, il en sortit un homme du même clan que la maison de Saül. Il s’appelait Shiméï, fils de Guéra. Tout en sortant, il proférait des malédictions. Il lançait des pierres à David et à tous les serviteurs du roi, tandis que la foule et les guerriers entouraient le roi à droite et à gauche. Shiméï maudissait le roi en lui criant : « Va-t’en, va-t’en, homme de sang, vaurien ! Le Seigneur a fait retomber sur toi tout le sang de la maison de Saül dont tu as usurpé la royauté ; c’est pourquoi le Seigneur a remis la royauté entre les mains de ton fils Absalom. Et te voilà dans le malheur, car tu es un homme de sang. » Abishaï, fils de Cerouya, dit au roi : « Comment ce chien crevé peut-il maudire mon seigneur le roi ? Laisse-moi passer, que je lui tranche la tête. » Mais le roi répondit : « Que me voulez-vous, fils de Cerouya ? S’il maudit, c’est peut-être parce que le Seigneur lui a ordonné de maudire David. Alors, qui donc pourrait le lui reprocher ? » David dit à Abishaï et à tous ses serviteurs : « Même celui qui est mon propre fils s’attaque à ma vie : à plus forte raison ce descendant de Benjamin ! Laissez-le maudire, si le Seigneur le lui a ordonné. Peut-être que le Seigneur considérera ma misère et me rendra le bonheur au lieu de sa malédiction d’aujourd’hui. »

**

 

L’olivier

David montait par la montée des Oliviers ;

 L’olivier

C’est l’arbre de la vie

L’huile d’olive c’est la force

C’est l’onction

C’est le saint Chréme

qui consacre  le Christ  

**

Cette huile qui donne la vie

fut déversée abondamment

du sommet Golgotha

sur l’humanité entière

par le fils de David

qui meurt sur la croix

 

fuite-de-David

Une prophétie : Le chemin de croix

 Il  montait en pleurant, la tête voilée ; il marchait pieds nus. Tous ceux qui l’accompagnaient avaient la tête voilée ; et ils montaient en pleurant

Sur le chemin

Jésus disait aux femmes voilées qui pleuraient   

«Ne pleurez  pas sur moi ,mais sur vos enfants » 

**

Shiméï, lançait des pierres à David

Pour nous le Christ, fils de David

gravit la montagne du Golgotha

et reçoit les pierres

que les juifs destinaient aux femmes adultères

**

 Shiméï maudissait le roi en lui criant : « Va-t’en, va-t’en, homme de sang, vaurien !

et au pied de la croix

 « les soldats se gaussèrent de Jésus «  (Luc 23,36)

**

Le Seigneur a fait retomber sur toi tout le sang de la maison de Saül

C’est la coupe de nos péchés que les Seigneur doit boire au jardin des oliviers

« Pére, Père, éloigne de moi cette coupe »(Luc 22,42)

**

 Abishaï, dit au  roi : « Comment ce chien crevé peut-il maudire mon seigneur le roi ? Laisse-moi passer, que je lui tranche la tête. »

Ainsi Pierre  coupe l’oreille de Malchus et Jésus lui dit

«  Laissez ,cela suffit » (Luc 22,51)

**

 Laissez-le maudire, si le Seigneur le lui a ordonné. Peut-être que le Seigneur considérera ma misère et me rendra le bonheur au lieu de sa malédiction d’aujourd’hui. »

et Jésus dit

« Père non ce que je veux, mais ce que tu veux »

**

Maintenant   

Et maintenant

en disciple du Christ

en disciple du fils de David

portons notre croix

montons vers le sommet

du mont des oliviers

là où se trouve la vraie vie

 **

Pleurons nos fautes

Acceptons nos souffrances physiques

et les jets de pierres

Acceptons nos échecs

nos faiblesses  

et les paroles de mépris

**

Que la volonté de Dieu soit faite

Peut-être que le Seigneur considérera ma misère et me rendra le bonheur  »

Oui nous y croyons

Dieu fortifie

Dieu  pardonne 

Laisser un commentaire