Saint Luc (1, 39-56) :La visitation et le Magnificat

En ces jours-là, Marie se mit en route et se rendit avec empressement vers la région montagneuse, dans une ville de Judée. Elle entra dans la maison de Zacharie et salua Élisabeth. Or, quand Élisabeth entendit la salutation de Marie, l’enfant tressaillit en elle. Alors, Élisabeth fut remplie d’Esprit Saint, et s’écria d’une voix forte : « Tu es bénie entre toutes les femmes, et le fruit de tes entrailles est béni. D’où m’est-il donné que la mère de mon Seigneur vienne jusqu’à moi ? Car, lorsque tes paroles de salutation sont parvenues à mes oreilles, l’enfant a tressailli d’allégresse en moi. Heureuse celle qui a cru à l’accomplissement des paroles qui lui furent dites de la part du Seigneur. » Marie dit alors : « Mon âme exalte le Seigneur, exulte mon esprit en Dieu, mon Sauveur ! Il s’est penché sur son humble servante ; désormais tous les âges me diront bienheureuse. Le Puissant fit pour moi des merveilles ; Saint est son nom ! Sa miséricorde s’étend d’âge en âge sur ceux qui le craignent. Déployant la force de son bras, il disperse les superbes. Il renverse les puissants de leurs trônes, il élève les humbles. Il comble de biens les affamés, renvoie les riches les mains vides. Il relève Israël son serviteur, il se souvient de son amour de la promesse faite à nos pères, en faveur d’Abraham et sa descendance à jamais. »

**

 

La joie

La joie de Marie

qui court dans la montagne comme une gamine qui sautille 

En ces jours-là, Marie se mit en route et se rendit avec empressement vers la région montagneuse, dans une ville de Judée.

La joie de Jean Baptiste

 quand Élisabeth entendit la salutation de Marie, l’enfant tressaillit en elle

La joie d’Elisabeth

 Élisabeth fut remplie d’Esprit Saint, et s’écria d’une voix forte : « Tu es bénie entre toutes les femmes,

La joie de Luc qui fait de l’humour en insistant sur les tressaillement de Jean Baptiste   

 l’enfant a tressailli d’allégresse en moi.

 

Visitation

La stupeur

L’étonnement devant le mystère  

 le fruit de tes entrailles est béni.

l’enfant est plus que le sauveur

il est fils de Dieu !

**

C’est inouï

Qui peut le croire ?

Les anges eux mêmes en tombent des nues !

**

D’où m’est-il donné que la mère de mon Seigneur vienne jusqu’à moi

Elisabeth réagit comme David qui  à Jérusalem reçoit l’arche d’alliance ,signe de la présence de Dieu  en disant  

Comment l’arche de Yahvé entrerait elle chez moi (2 Sam6,9)

 **

Plus tard  revêtu seulement d’un pagne de lin David dansa devant l’arche  (2Sam 6,14)

et la jeune Marie sautillera  dans la montagne

 **

Magnificat

On retrouve la joie de Marie

 « Mon âme exalte le Seigneur,  exulte mon esprit en Dieu, mon Sauveur !

**

on retrouve son étonnement devant le mystère  

 Saint est son nom

Son enfant est le Saint 

c’est-à-dire Dieu lui-même

« tremendum et fascinans » ( ce qui fait peur et qui fascine) 

**

mais il est amour et miséricorde

Il vient pour les petits

pour sur ceux qui le craignent

pour ceux qui réalisent combien grand est ce mystère

et qui loin de le mépriser

 y croient et s’en réjouissent   

 

 

Laisser un commentaire