Ka Mana : Evolution de la théologie Africaine

Dans son livre « théologie africaine pour temps de crise »  publié en 1993

Ka Mana  nous donne d’abord un rapide aperçu des théologiens africains qui écrivirent avant 1990

**

Il distingue  3 périodes

1) Les missionnaires  arrivent  avec les colons…à « la conquête des âmes » et s’attaquent aux traditions des africains 

2)  A partir de 1960  au moment des indépendances ,les  premiers théologiens africains , avec le  camerounais Eboussi Boulaga  remettent en valeur leurs traditions , trop souvent  méconnues et méprisées par les occidentaux 

Ce sont souvent des théologiens qui sont sur la défensive face à l’arrogance de certains  missionnaires

 Ka Mana cite tous les théologiens de cette époque qui furent nombreux et remarquables

cliquez ICI 

 

3) En 1990, on ne peut que constater l’échec des politiques économiques ,sociales et culturelles en Afrique

Les théologiens vont donc rechercher dorénavant  une théologie plus constructive et plus adaptée aux problèmes de leurs pays

Parmi eux ,Ka Mana cite  Adoukonou , M J Agossou et EJ Penoukou

**

Barthélemy Adoukonou (1942-   ) 

Il est né à Abomey (Benin ) en 1942

il a été ordonné prêtre en 1966.

il a été  secrétaire général de la la (C.E.R.A.O  -Conference Episcoplae regioble de l’afrique francophoane

 

Barthélemy Adoukonou est le fondateur du Sillon Noir, un mouvement de réflexion sur l’inculturation qui s’appuie sur les « intellectuels communautaires » 

Il  devient évêque en 2011 en service au Vatican

Cliquez ICI 

Une  théologie de la charité

Adoukonou  veut réconcilier l’Afrique et l’Occident

Libérés dans l’amour et par la force de l’amour ,l’Afrique et  l’Occident seraient liés en profondeur pour affronter l’inhumain sous toutes ses formes et construire une civilisation de solidarité et de responsabilité historique ( Ka mana p43)

**

E J Penoukou

est aussi d’emblée pour une théologie de la réconciliation

Nous sommes ici dans une pensée de réconciliation dont …l’ambition est manifestement tendue vers des rivages autres que ceux d’une quête d’identité verbeuse et stérile (p 44)

Ka Mana signale aussi  les efforts dans le même sens  du pasteur  protestant  kenyan J N K  Mugambi et de son équipe et de la CETA (conférence des églises de toute l’Afrique 

Laisser un commentaire