Kwame Bediako : Annoncer l’évangile dans la langue maternelle des fidéles

Dans son livre « Jésus en Afrique »publié en 2000 Kwame  Bediako insiste sur le fait qu’il faut annoncer l’évangile dans la langue des fideles

**

Ce ne sont pas des grands savants

ni de grands théologiens qui ,en Afrique ,ont su parler aux petits   

ce sont des humbles ,des croyants  modestes et  fervents qui parlaient les langues locales  

Vers  les premières décennies du siècle ,le mouvement missionnaire avait lancé des forces qui devaient réaliser une grande percée dans tout le  continent  …Cette percée avait été  posée par des humbles aux origines modestes ( Jésus en Afrique p 28)

**

Robert Moffat  (1795-1883)

Robert est un écossais d’origine modeste  

« Je n’ai jamais été à l’école  aucune société missionnaire ne voudra de moi »

et pourtant en Afrique du sud il traduit en entier la Bible en Langue Tswana

Cliquez ICI 

**

 Johannes Chritaller

Johannes est un allemand fils d’un tailleur et d’une mère boulangère

qui devient missionnaire au Ghana   

Lui aussi traduisit les textes bibliques dans les langues locales (p29)

« L’œuvre de Christaller a accompli trois choses : elle a élevé la langue Twi jusqu’au niveau littéraire et a posé le fondement de tout travail conséquent par rapport au Twi; pour la première fois, on a pu connaître avec perspicacité les idées religieuses, sociales et morales des Akans ; et finalement, l’expression de la louange chrétienne akane a été rattachée de manière définitive à la langue indigène

Cliquez ICI 

**

La bible fut ainsi  traduite dans presque toutes les langues africaines par des missionnaires catholiques ,presbytériens luthériens ou évangéliques  

Les fidèles ont alors compris et commenté l’évangile avec leur propre mot

et leurs commentaires ne fut plus celui des pères Grecs

**

Une  surprise

Les Eglises dites « indépendantes »

dégagées de toutes contraintes dogmatiques se sont vite débarrassées

des carcans de la théologie occidentale imprégnée par la culture des grecs

et  célébrèrent le culte dans les langues locales  

le résultat  fut surprenant !

 Un  évêque suédois et luthérien Bengt Sundkler  fut surpris en constant que les sectes syncrétiques ont servi  de pont entre l’évangile et la culture africaine  (p 33)

**

Andrew Wallas le  professeur de thèse de Kwame Bediako  à Aberdeen avait déjà constaté   

La première église d’Afrique tropicale des temps modernes n’était pas du tout une création missionnaire .C’était une église spontanée, un groupe de personnes africaines de naissance ou de descendants africains qui  se sont converti à la loi du Christ pendant qu’ils étaient esclaves dans les plantations  ou des soldats britanniques pendant la guerre de l’indépendance américaine …(p 32)

C’est ce que Bediako appelle de la « théologie spontanée » ou de la théologie orale

**

Christina Afua Kuma (1900-1987)

Bediako donne encore en exemple Afua Kuma

une femme  née à l’est du Ghana

analphabète et chrétienne

qui  était sage femme  (p 35)

 Cliquez ICI

 **

Baptisé dans l’église presbytérienne ,elle rejoint plus tard les pentecôtistes

Poète ,elle a su composer des poèmes, des prières  pour louer le Seigneur

avec des mots de sa propre culture 

Laisser un commentaire