Le Royaume de Kaabou

Tiramakan Traoré

La province de Kaabu ,située entre la moyenne Gambie ,le Rio grande et le Fouta-Djalon a été occupée  par Tiramakan Traoré, général de l’armée malienne  de Soundiata Keita , au début du XIIIé siècke

Cette province était gouvernée par le « Farin »  au nom de souverain du Mali

Elle devient puissante car elle  contrôle au  XVIe siècle tout le commerce du Kantor qui traite l’or de Bambouk

**

L’empire du Mali s’affaiblit sous les coups du Songhay et le Kaabou  devenu indépendant en  1537  unifie tous les pays mandingues  des environs

Cliquez ICI

**

Au 15e et 16e siècles, les portugais, connaissaient le « Farinkaabu » c’est-à-dire le chef suprême de la région, mais ne l’avaient jamais rencontré .Le Farin était un chef  ,un noble

il déléguait ses subalternes pour commercer avec les étrangers   

**

 Kansala

Sa capitale était Kansala

Cliquez ICI

**

Jusqu’au 19e siècle, les morikunda (lieu d’implantation des familles musulmanes) étaient encore minoritaires et seulement tolérés dans le monde kaabunké, car l’islam pour les kaabunkés animistes ne pouvait être qu’une religion d’appoint au culte ancestral exercé dans le bois sacré et souvent protégé par le « Bida », le serpent sacré. 
Le plus célèbre des lieux de culte traditionnel du Kaabus’appelait Tamba –Dibbi  situé non loin de la capitale Kansala. 
**

La chute de Kansala

Au 19é le plus célèbre des chefs de guerre du Kaabu fut Ghalen Sonko  

mais il mourut alors que la théocratie musulmane du Fouta Djalon, au Sud- Est de Kaabu devenait de plus en plus menaçante

**

Le Fouta Djalon attaquât le Kaabu en une série de batailles qui aboutirent vers 1865 à la chute et a la destruction de la capitale Kansala, sous le règne du dernier souverain mandingue Dianké Wali Sané.

Celui-ci organisa une résistance  héroïque mais ce fut une hécatombe à Kansala, connue sous l’expression « Tourban-Kansala »,

Malgré tout, pour les traditions mandingues, Tourban-Kansala est symbole de courage, de puissance, de résistance et d’attachement à l’intégrité territoriale de la patrie kaabunké sacrée. 

Cliquez ICI 

Laisser un commentaire