Les voyages en Afrique de René Caillé et de Clapperton au début du 19é

D‘après « Quand les Européens  découvraient l’Afrique intérieure »  par Olivier Grenouilleau 

 **

René Caillé (1739-1838) : Tombouctou

fils d’un boulanger alcoolique condamné au bagne pour vol ,il s’évade en lisant des romans d’aventure  

Cliquez ICI 

**

En Avril 1827 ,il part de Boké  longe le massif de Fouta Djalon, passe les sources du Sénégal, atteint Tiémé dans l’actuelle Côte d’Ivoire où il tombe malade .

En Janvier 1828 il reprend sa route , séjourne à Djenné  du 11 au 23 mars 1828 .puis  prend un bateau pour Tombouctou qu’il atteint le 20 avril 1828

Le 4 mai, il se joint à une caravane pour aller au Maroc et atteint Féz

 **

Clapperton(1766-1827) : Sokoto

Clapperton est né en 1766

Il commence à explorer l’Afrique  en 1822

Cliquez ICI  

**

1é voyage

En 1822 Clapperton part de Tripoli ,atteint le lac Tchad , traverse le Bornou où il est très bien accueilli par le sultan .Il suit donc la route que les commerçants empruntent depuis si longtemps

Cliquez ICI  

Il passe ensuite a Sokoto

il fut comblé de marques d’attention les plus flatteuses  …par Bello le sultan (p 41) 

Cliquez ICI 

Clapperton rentre à  Tripoli  en janvier 1825

**

2é voyage

 A Sokoto Clapperton apprit du sultan Belleo  que l’établissement d’une relation amicale avec l’Angleterre lui serait  très agréable ..de même qu’il était t prêt à adopter des mesures propres à arreter la partie du commerce des esclaves  p 42

Clapperton y retourne donc .

Il arrive en novembre 1826 à Ouidah  avec Richard Lander, traverse le pays Yoruba et le fleuve Niger,  atteint Kano en juillet puis Sokoto. Il projette ensuite de se rendre au Bornou mais meurt de  dysenterie le 13 avril 1828.

 Richard Lander, rentre en Europe en rapportant les notes de Clapperton 

puis repart en 1830 avec son frère

le pays au-delà de Fariga ressemble à quelques unes des plus belles provinces d’Angleterre vers la fin du mois d’avril tant il est verdoyant et magnifique  (p 95)

  mais Lander est moins enthousiaste en parlant des habitants

en pensant à nos petites maisons si propres et leurs habitants si affairés ,les sales huttes de boue et les naturels indigènes souillent de leur aspect le pays qu’ils habitent et l’âme se resserrent ici à la vue d’une belle nature au lieu de s‘épanouir p 97

 à l’intérieur des terres, le peuple est plus sérieux  plus grave dans ses manières que ceux qui avoisinent les côtes …presque tous les nègres de la côte sont de misérables fripons p 152 …  

Laisser un commentaire