Les troubles en RDC depuis décembre 2016

 

Le 19  décembre 2016,

au terme du second mandat du président  

les pourparlers entre la Cenco (Rassemblement des évêques de la RDC) 

et les partisans du président Kabila n’ont pas abouti

Cliquez ICI :

**

L situation politique s’est brusquement tendue,

les opposants qui font  entendre leur voix, sont  aussitôt confrontés à une répression violente.

 L’ONG HRW dénombrait une trentaine de morts dans cette seule journée.

**

Samy Badibanga

Kabila  cède un peu .Il  promet de donner sa démission à la fin de 2017  

et  nomme un nouveau gouvernement avec des ministres  de l’opposition dont le premier ministre  

Samy Badibanga qui était un membre du parti de l’opposant historique Etienne Tshisekedi,

Cliquez ICI 

**

Kalev Mutond

Cependant le responsable de l’Agence nationale de renseignement (ANR) ,une terreur.. avait conseillé au président d’employer la force

Sa résidence à Kinshasa, fut donc attaquée par un commando. dans la nuit du 14 au 15 décembre 2016,

Cliquez ICI  

**

Qui donc ?

Qui donc a pu être à l’origine de cette attaque ?

Est ce l’armée ou la police, ?

car les membres de ces 2 corps ont des avis partagés sur Kabila

Pire !la Garde républicaine, composée de 15.000 hommes bien entraînés et armés et  réputée loyale au Président Kabila, pourrait ne pas le soutenir de façon unanime en cas de conflit

Cliquez ICI

**

2017

Un an plus tard,  en décembre 2017 ,Kabila n’a toujours pas donné sa démission

et il semble écouter les conseils de Kalev Mutond  

On dit qu’il recrute  des anciens rebelles du M23 pour  mater les émeutes populaires

Cliquez ICI

**

les responsables des massacres dans le Kassaï seraient  les « bana mura » ,une milice

“Les Bana Mura ?. C’est le nom donné à la garde présidentielle de Joseph Kabila.” ..Tout le monde les connaît à Kinshasa. Ils sont bien armés et bien mieux habillés que les autres militaires”,

.. C’est une armée dans l’armée. Ils ne sont pas qu’à Kinshasa mais partout où le président et sa famille disposent de biens à protéger. Si les Bana Mura sévissent au Kasaï, comme le disent les réfugiés et comme l’a annoncé le haut-commissaire aux droits de l’homme, il ne faut pas chercher qui est derrière”,

Cliquez ICI

**

et cette année ce n’est  pas la maison de Mutond qui fut attaquée mais bien une maison de kabila qui fut brulée la nuit de Noel

Cliquez ICI

**

Il semble que l’église catholique soit elle même menacée

En mars 2017 à Kananga ,des miliciens  avaient fait irruption dans le collège Saint-Louis, chassant les élèves. Cette fois, ce sont les sœurs de la Charité et les sœurs carmélites qui ont été chassées de leur couvent. Les locaux ont été saccagés, croyaient savoir les sœurs. Beaucoup de tensions autour des propriétés de l’Eglise. Depuis quelques jours, des tracts et des SMS menacent de les attaquer

Dans le diocèse, certaines cibles se sont révélées inattendues : églises, couvents, hôpitaux… six paroisses détruites. Même la cathédrale a été attaquée, le 30 mars. Les trois couvents et la sacristie ont été mis à sac. Les prêtres sans paroisse du Kasaï ont rejoint le million de personnes déplacées par le conflit

Cliquez ICI

 Dune façon générale l’eglise ne cesse de  condamner ces violences

Cliquez ICI 

 

 

Laisser un commentaire