Lundi de la 1é semaine de carême :J’avais faim (Matt.25, 31-46)

Venez, les bénis de mon Père, recevez en héritage le Royaume préparé pour vous depuis la fondation du monde. Car j’avais faim, et vous m’avez donné à manger ; j’avais soif, et vous m’avez donné à boire ; j’étais un étranger, et vous m’avez accueilli ; j’étais nu, et vous m’avez habillé ; j’étais malade, et vous m’avez visité ; j’étais en prison, et vous êtes venus jusqu’à moi !”  ….Amen, je vous le dis : chaque fois que vous l’avez fait à l’un de ces plus petits de mes frères, c’est à moi que vous l’avez fait.” 

 **

Dieu a faim et soif de nous

Dieu  nous est tellement étranger

il veut être accueilli par nous

« mystérieux et fascinans »  

Il est aussi « doux et humble de cœur » 

Il a besoin de notre amour

 

carême-j'avais-faim

Il est méconnu, il est nu

Il veut habité parmi nous

« et le verbe s’est fait chair »

**

Il est en notre frère

notre petit frère  

Amen, je vous le dis : chaque fois que vous l’avez fait à l’un de ces plus petits de mes frères, c’est à moi que vous l’avez fait.” tout ce qui avez fait

**

Quelle place lui réservons nous dans notre vie ?

Quelle place réservons nous pour nos frères

**

Nos  fréres ,nos sœurs ,ont besoin de notre amitié de notre écoute

Parfois ils ont faim  et soif d’amour ;Ils ont envie d’être écouté tout simplement.. de causer

Parfois ils sont comme des étrangers car ils ne pensent pas comme nous

Parfois ils sont nus ,peu doués ,peu talentueux, lents à agir ,ignorants  

Parfois ils sont  comme les  malades paralysés par l’inquiétude  ,la timidité ,le peur  

Parfois ils sont comme les prisonniers enchainés par des passions qui les détournent de la vérité

Sommes nous prêt à les aider au lieu de les mépriser ou de les éviter

Ce sont nos frères et sœurs  

fils et filles du même père  !

**

Dieu dit « soyez saints comme je suis saint « (Lev19,1)

« doux et humble »

il est toujours à notre écoute

dans la discrétion

si discret qu’il nous semble si souvent absent

**

Voilà en ce temps de carême  le sacrifice qui plait à Dieu

Les sacrifices qui sont agréables à Dieu, c’est un esprit brisé: O Dieu! tu ne dédaignes pas un coeur brisé et contrit. (ps 50,19)
Samuel dit: L’Eternel trouve-t-il du plaisir dans les holocaustes et les sacrifices,?  L’observation de sa parole vaut mieux que la graisse des béliers
(1 Samuel 15,22)

**

la passion

Jésus a embrassé Judas

Jésus a regardé Pierre avec tendresse au moment ou il le trahissait

il a aimé les prêtres qui le rejetaient

Il a aimé Pilate ,un étranger

il a aimé la foule qui criait Crucifie le

Il a aimé le larron ,un prisonnier qui l’insultait

Il nous aimait  tous

en criant « j’ai soif »   

Laisser un commentaire