Matthieu (9, 9-13) : Le collecteur d’impôt

En ce temps-là, Jésus vit, en passant, un homme, du nom de Matthieu, assis à son bureau de collecteur d’impôt. Il lui dit : « Suis-moi. » L’homme se leva et le suivit.Comme Jésus était à table à la maison, voici que beaucoup de publicains (c’est-à-dire des collecteurs d’impôts) et beaucoup de pécheurs vinrent prendre place avec lui et ses disciples. Voyant cela, les pharisiens disaient à ses disciples : « Pourquoi votre maître mange-t-il avec les publicains et les pécheurs ? » Jésus, qui avait entendu, déclara : « Ce ne sont pas les gens bien portants qui ont besoin du médecin, mais les malades. Allez apprendre ce que signifie : Je veux la miséricorde, non le sacrifice. En effet, je ne suis pas venu appeler des justes, mais des pécheurs. »

**

Pierre André ,Jacques et Jean

les  inséparables de Bethsaïde

sont des hommes de la campagne

des bon juifs

des fidèles croyants

des bons pratiquants

qui entendent  l’appel de Jean Baptiste

au bord du Jourdain

**

Ce sont le premiers disciples

ils le resteront

mais seront souvent « lents à comprendre »

et à évoluer, selon Marc

 

Le-collecteur-d'imlpôt

Matthieu

il est vraiment  un disciple à part

un solitaire

assis dans son bureau

un homme de la ville

**

Il  connaît les livres de compte de romains

mais pas trop la loi de Moïse

il vit avec des marginaux ,des rejetés ,des impurs

des étrangers

sans parti pris

tolérant ,pragmatique  et sans doute bon vivant

finalement tout pour »plaire » aux pharisiens

**

Sans préjugés

Jésus lui  fait signe

l’homme se lève et le suivit  

C’est spontané !

il discute pas

ce n’est pas un pharisien

c’est un publicain

**

Les  publicains ne jugent pas

ils écoutent, ,ils sont humbles

ils ont besoin d’un médecin

ils ont besoin de miséricorde

Ce sont des pauvres

**

Matthieu est  l’évangéliste  du « sermon des Béatitudes »

bienheureux les pauvres ,le royaume des cieux est à eux(Mtt 5)

bienheureux les miséricordieux  (Mtt5,7)

Ne jugez pas et vous ne serez pas jugé (Mtt 7,1)

Laisser un commentaire