André Brink : « Au plus noir de la nuit » L’insatisfaction des exilés

Joseph Malan le heros du livre de « au plus noir de la nuit d’andré brink   est un homme cultivé

Il fait du théâtre  

Il connait Shakespeare,… Michel ange.. les grands classiques de la culture occidentale    

Mais que reste il de sa propre  identité ?

**

Il est obligé de fuir son pays

pour pouvoir jouer  en public

il  part !

ll erre en Angleterre ,pendant  des années

il perd son âme !

J’avais choisi l’incertitude et l’insatisfaction ,l’insécurité et le changement. J’avais en fait choisi la possibilité plus que la certitude ,l’espoir plus que la perfection .Et l’errance plus que l’envie d’arriver à destination  (p 191)

**

Tous les sud-africains qu’il rencontrait, vivaient avec la même insatisfaction ,le même désarroi ,la même angoisse

ils voulaient se retrouver chez eux !

la plupart étaient  expatriés ,quelques-uns réfugiés ,d’autres en exil volontaire  .il y avait des blancs,  des gens de couleur et des noirs :  avocats, médecins ,écrivains,  professeurs, sociologues, prêtres ;Un microsome qui maintenait une forme d’apartheid par rapport au monde qui les entourait , conditionnés  qu’il étaient  par ce systéme qu’ils  avaient tentés de fuir ( P 193)

**

L’un d’eux ,Simon ,ivre, en pleurait  

Ne pleure pas mec. On rentre chez nous demain..On rentre chez nous demain (p 204)

Peu à peu l’ancienne angoisse  réapparu ; Ce n’était pas le théâtre que j’avais attendu toute ma vie. J’ai réalisé  avec panique que j’étais toujours prisonnier de mon attente  (p 207)

l’insatisfaction ,la passion et l’angoisse dormaient en moi . J’étais prêt à relever le défi de Simon .Rentre chez Toi  ( p 209)

**

J’étais un étranger à Londres

Pour la première fois  ,malgré ma sincérité, le théâtre était devenu pour moi une fuite devant les problèmes …je n’étais qu’un comédien au cœur d’une vieille société sophistiquée et assez vaine qui s’offrait le luxe d’avoir des artistes …Le problème était en moi  C’était moi qui ne pouvait pas jouer le rôle important en dehors de ma propre société ( p 214)

Je suis donc rentré  chez moi

Laisser un commentaire