Van Reybrouck : MoïseTshombe et le Katanga libre

Qui peut mieux parler du Congo que David Van Reybrouck  dans son livre « Congo une histoire » (edt Actes Sud)

Il nous présente des hommes en chair et en os

qui ont des cœurs ,des passions , des idéaux

C’est  vivant !

C’est émouvant

**

MoïseTshombe

Cliquez ICI

En 1959 Moïse Tshombe venait d’avoir 40 ans .Il vivait en ville et avait étudié  la comptabilité ;Il dirigeait  un parti politique , le Conakat (confédération des associations  tribales du katanga ) 

Tshombe était  un homme d’affaire nanti qui devait sa fortune plus à sa famille qu’à son succès dans ses activités .Il avait épousé une des filles du grand chef lunda

A Elisabethville (Lubumbashi) ;Tshombe voulait plus de pouvoir pour les « véritables tribus katangaises car à cause des mines beaucoup de monde venait de tribus étrangères au Katanga ; (p 328)

**

Au moment des indépendances ,il y avaient donc 3 tendances au Congo

Les radicaux qui exigeaient une décolonisation rapide

Les fédéralistes qui voulaient un état  fédéral

Les nationaux qui voulaient autant d’états que de régions

Kasavubu  Président du mouvement « Akabo » à Léopoldville était radical et fédéraliste .Un seul  Congo tout de suite ! 

Lumumba était  radical .IL pensait que le morcellement du pays était  une mauvaise solution (p329 )

Tshombe était prudent. Il voulait l’indépendance mais pas trop vite  Il avait encore besoin des Belges  

Il aurait aussi aimé avoir une « état katangais » indépendant

**

Les mines du Katanga

La Belgique abandonnait sa colonie mais voulait garder un certain pouvoir sur les mines du Katanga .Par un tour de passe passe bien connu des capitalistes  

Le Congo restait  propriétaire mais devenait actionnaire minoritaire (p 341)

Tshombe allait profiter de cette situation

**

Indépendance du Katanga

Elle fut proclamée par Tshombe le 11juillet 1960

Apparemment le monde entier fut outré ,y compris les Belges

En fait beaucoup  furent ravis ,en commençant par les Belges

Son état katangais fut méprisé par la communauté internationale ;Le bloc communiste montre son aversion. Les Nations Unis  décident de faire preuve de fermeté. Pas  un seul état ne reconnut ce nouvel etat ,pas même  la Belgique  (p 400)

**

Pourtant  

Les belges faisaient parti de l’infrastructure  militaire du nouvel état . chaque ministère katangais avait un conseiller belge….Tshombe pouvait s’appuyer sur une petiue armée de mercenaires dont le plus célèbre  fut Bob Denard ( p418)

…Le cuivre » se vendait à bon prix …(p 403)

**

Mort de Dag Hammarskjöld,

Le secrétaire général des nations Unis voulait absolument en finir avec cet état néocolonialiste du Katanga et intervient en septembre 1961

Il prend l’avion pour discuter avec Tshombe

mais  avant l’atterrissage, son avion s’écrasa dans des circonstances qui ne furent jamais éclaircies (p 406)

Cliquez ICI 

L’ONU intervient quand même

Tchombe s’exile en Espagne  

**

Premier ministre de Kasa-Vubu 

C’est alors que se produisit un de ses revirements dont l’histoire congolaise a le secret ; Tshombe revient bel et bien et choisit  le camps de Léopoldville  (p 417)

Il est même  nommé premier  ministre ..Kasavubu  juge qu’il faut mieux l’avoir dans son camp …S’il retourne au Katanga il pourrait encore mobiliser ses gendarmes katangais et ses mercenaires ; S’il se rend  du côté des rebelles, Léopoldville était perdu

En 1965 Tshombe était l’homme politique le, plus populaire du Congo (p417)

Cliquez  ICI

Tshombe  déposa même une couronne de fleur devant le monument de Lumumba, l’homme qu’il avait contribué de faire assassiner (p 418)

Il fut démis un an plus tard par le Président Joseph kasa-Vubu. En 1965  Mobutu , évince Kasa-Vubu et accuse Tshombe de trahison ; Celui-ci prit donc  de nouveau la fuite pour l’Espagne.

Le 30 juin 1967, l’avion dans lequel Tshombe voyageait est détourné vers l’ Algérie où il est emprisonné 

En juin 1969, toujours privé de liberté, il meurt en Algérie, officiellement d’une crise cardiaque.

Cliquez ICI

Laisser un commentaire