Discours de clôture de la Conférence des évêques de France,2019

Nous retiendrons de ce discours  prononcé par Mgr Eric de Moulins-Beaufort le dimanche 10 novembre 2019 que ce qui est dit sur l’écologie et sur la procréation  

**

L’écologie

Des intervenants …. s nous ont fait sentir l’urgence des changements nécessaires aussi bien dans nos habitudes quotidiennes que dans les grandes orientations de nos sociétés. Ils nous ont persuadés que la conversion méritait d’être vécue, même si l’humanité entière ne s’y engageait pas.

 … La sobriété heureuse est un horizon qui peut facilement réjouir les disciples du Christ que nous sommes, mais la vivre réellement est exigeant. La notion de « péché écologique », suggérée au synode romain sur l’Amazonie, pourrait aider à vivre ce déchirement avec patience.

 ….La complexité de nos décisions les plus ordinaires :

choisir sa source d’énergie, renoncer à un déplacement en raison de son coût en carbone, vérifier les produits chimiques utilisés pour fabriquer tel produit ou se renseigner sur les conditions sociales des ouvriers, s’inquiéter de la distance parcourue par tout objet que l’on achète ou que l’on commande,…. tout cela est possible, mais compliqué.

 Comment trouverons-nous le temps de nécessaire à une telle attention ? Comment entraîner les fidèles dans de telles attitudes ?

Pourrons-nous longtemps supporter que le mode de vie d’un Français pèse 4 fois plus sur la planète que celui d’un Indien et 7 fois plus que celui d’un Haïtien ?

Choisir ou renoncer par amour pour un prochain, même lointain géographiquement, est plus réjouissant que le faire pour réduire son empreinte carbone. ;

moins de biens et plus de liens, avons-nous entendu.

 **

Écologie intégrale :La bioéthique

Voilà qui offre une manière d’exprimer l’inquiétude que suscite en nous la loi en préparation en matière de bioéthique.

…Au moment où l’on remet en question la technicisation de l’agriculture et même des transports, comment peut-on croire ..qu’un enfant  conçu dans l’union corporelle d’un homme et d’une femme qui ont choisi de se donner l’un à l’autre soit équivalent avec celui qui est concu dans une éprouvette, au prix d’opérations de haute technicité, toujours risquées …

…Comment peut-on croire .. qu’accumuler des filiations les unes sur les autres, déconnectées du rapport au corps, serait un progrès, une source de libération ?

 ..La vérité est que, le voulant ou ne le voulant pas, on prépare un vaste marché de la procréation. Ce marché existe       déjà.   Lui ouvrir la porte, c’est y céder

 

Nous pourrions souhaiter qu’il y ait davantage de rencontres entre des familles musulmanes et des familles chrétiennes. 

Laisser un commentaire