2 Mcc (7, 1.20-31) : La foi d’une mère admirable

En ces jours-là, sept frères avaient été arrêtés avec leur mère. À coups de fouet et de nerf de bœuf, le roi Antiocos voulut les contraindre à manger du porc, viande interdite. Leur mère fut particulièrement admirable et digne d’une illustre mémoire : voyant mourir ses sept fils dans l’espace d’un seul jour, elle le supporta vaillamment parce qu’elle avait mis son espérance dans le Seigneur. Elle exhortait chacun d’eux dans la langue de ses pères ; cette femme héroïque leur parlait avec un courage viril : « Je suis incapable de dire comment vous vous êtes formés dans mes entrailles. Ce n’est pas moi qui vous ai donné l’esprit et la vie, qui ai organisé les éléments dont chacun de vous est composé. C’est le Créateur du monde qui façonne l’enfant à l’origine, qui préside à l’origine de toute chose. Et c’est lui qui, dans sa miséricorde, vous rendra l’esprit et la vie, parce que, pour l’amour de ses lois, vous méprisez maintenant votre propre existence. »Antiocos s’imagina qu’on le méprisait, et soupçonna que ce discours contenait des insultes. Il se mit à exhorter le plus jeune, le dernier survivant. Bien plus, il lui promettait avec serment de le rendre à la fois riche et très heureux s’il abandonnait les usages de ses pères : il en ferait son ami et lui confierait des fonctions publiques. Comme le jeune homme n’écoutait pas, le roi appela la mère, et il l’exhortait à conseiller l’adolescent pour le sauver.Au bout de ces longues exhortations, elle consentit à persuader son fils. Elle se pencha vers lui, et lui parla dans la langue de ses pères, trompant ainsi le cruel tyran : « Mon fils, aie pitié de moi : je t’ai porté neuf mois dans mon sein, je t’ai allaité pendant trois ans, je t’ai nourri et élevé jusqu’à l’âge où tu es parvenu, j’ai pris soin de toi. Je t’en conjure, mon enfant, regarde le ciel et la terre avec tout ce qu’ils contiennent : sache que Dieu a fait tout cela de rien, et que la race des hommes est née de la même manière. Ne crains pas ce bourreau, montre-toi digne de tes frères et accepte la mort, afin que je te retrouve avec eux au jour de la miséricorde. »Lorsqu’elle eut fini de parler, le jeune homme déclara : « Qu’attendez-vous ? Je n’obéis pas à l’ordre du roi, mais j’écoute l’ordre de la Loi donnée à nos pères par Moïse. Et toi qui as inventé toutes sortes de mauvais traitements contre les Hébreux, tu n’échapperas pas à la main de Dieu. »

 

Le livre des martyrs

le livre des témoins  qui meurent pour leur foi  

Eléazar  ,un vieillard

les 7 frères encouragés par une mère admirable

puis  toute la famille des Maccabées   

 

Mcc-la-foi-d'une-mère

une mère

. Ce n’est pas moi qui vous ai donné l’esprit et la vie, qui ai organisé les éléments dont chacun de vous est composé. C’est le Créateur du monde qui façonne l’enfant à l’origine, qui préside à l’origine de toute chose

Une femme qui a la foi  

étonnée devant le mystère de la naissance  

émerveillée  

Comment naissons nous , ?

Pourquoi ? Pour qui ?

**

Croire en Dieu  ,le créateur 

Rendre grâce pour la vie

pour le souffle de vie  

pou l’Esprit

et non seulement pour le corps

**

Les tentations

croire malgré tout

 

Garder la foi

malgré la haine ,les persécutions ,les mensonges du tentateur

le serpent qui ne cesse de nous tromper

 

Garder la foi

malgré les souffrances ,les épreuves ,la maladie  la fatigue

 

Garder le foi malgré les tentations

la richesse  ,le pouvoir

 Anthiocos lui promettait de le rendre à la fois riche et très heureux … il en ferait son ami et lui confierait des fonctions publiques

**

Croire  en la miséricorde  de Dieu

croire en la vie éternelle

comme cette mère qui dit à son dernier fils

afin que je te retrouve avec eux au jour de la miséricorde

**

Père ne nous laisse pas tomber en tentation

La seule tentation

la plus grave

le péché contre l’Esprit   

perdre la foi !

**

Les mères

Puissions nous trouver autour de nous des mères ,des soeurs

qui nous encouragent ,qui nous aident

Puisse l’Esprit saint être toujours avec nous

et nous donner cette foi qui déplace les montages 

Laisser un commentaire