1é samedi de l’avent : Voici le chemin prends-le ! (Isaïe 30, 19-26)

Ainsi parle le Seigneur, le Dieu saint d’Israël : Peuple de Sion, toi qui habites Jérusalem, tu ne pleureras jamais plus. À l’appel de ton cri, le Seigneur te fera grâce. Dès qu’il t’aura entendu, il te répondra. Le Seigneur te donnera du pain dans la détresse, et de l’eau dans l’épreuve. Celui qui t’instruit ne se dérobera plus et tes yeux le verront. Tes oreilles entendront derrière toi une parole : « Voici le chemin, prends-le ! », et cela, que tu ailles à droite ou à gauche. Le Seigneur te donnera la pluie pour la semence que tu auras jetée en terre, et le pain que produira la terre sera riche et nourrissant. Ton bétail ira paître, ce jour-là, sur de vastes pâturages. Les bœufs et les ânes qui travaillent dans les champs mangeront un fourrage salé, étalé avec la pelle et la fourche. Sur toute haute montagne, sur toute colline élevée couleront des ruisseaux, au jour du grand massacre, quand tomberont les tours de défense. La lune brillera comme le soleil, le soleil brillera sept fois plus, – autant que sept jours de lumière – le jour où le Seigneur pansera les plaies de son peuple et guérira ses meurtrissures.

**

Le cri

 À l’appel de ton cri, le Seigneur te fera grâce.

l’Avent   n’est pas temps de pénitence

mais le temps du désir

le temps du cri

Non seulement celui  de Jean Baptiste qui crie dans le désert

mais surtout maintenant  le cri qui vient du plus profond de nous-même 

de notre cœur

le cri des pauvres en détresse

le cri  des malades des désespères 

aussi le cri de ceux qui veulent donner un sens à leur vie

le  cri de  sainte Therese d’avila

le veux voir Dieu

Dès qu’il t’aura entendu, il te répondra. Voici  le chemin prend le !

 

_avant-1é-samesi

 

Que verrons nous ?

Un jeune couple en exil vivant dans un écurie  

un enfant sur la paille

dans la  détresse, dans l’épreuve  

et pourtant un couple ébloui

**

Joseph et Marie oublient tout

Ils ne voient que le Verbe

Ils  ont compris .Il son illuminés

   

La lumière qui brille dans la nuit de Noel

c’est la réponse à notre cri 

quand soudain nos yeux  s’ouvrent

quand soudain nos oreilles entendent

et que nous sommes saisi pat ce mystère grandiose

le verbe s’est fait chair

**

Il faut être saisi !

On e peut pas se contenter ce mystère que  le jour de Noel

il faut  s’y préparer dès maintenant     

un fourrage salé, étalé avec la pelle et la fourche

 Un bœuf connaît son propriétaire, et un âne la mangeoire chez son maître. Mais Israël ne connaît rien, mon peuple ne comprend rien. »(Is 1,3)

 **

Alors comme Marie et Joseph  

nous retrouverons

malgré les épreuves

la paix et le joie  

nous  sortirons des ténèbres de la nuit

Il n’y  aura  plus de larmes  

 

Evangile la moisson   (Matt.(9, 35 – 10, 8)

: « La moisson est abondante, mais les ouvriers sont peu nombreux. Priez donc le maître de la moisson d’envoyer des ouvriers pour sa moisson. ».. « Allez vers les brebis perdues de la maison d’Israël. Sur votre route, proclamez que le royaume des Cieux est tout proche. Guérissez les malades, ressuscitez les morts, purifiez les lépreux, expulsez les démons.   

 la moisson est abondante

le monde entier a besoin de lumière  

le monde entier  a beoin de paix

Qui sera  capable de faire  comprendre ce mystère lumineux de Noel ?

 Seigneur viens !

Laisser un commentaire