3é samedi de carême : Le pharisien et le publicain (Luc 18, 9-14)

En ce temps-là, à l’adresse de certains qui étaient convaincus d’être justes et qui méprisaient les autres, Jésus dit la parabole que voici : « Deux hommes montèrent au Temple pour prier. L’un était pharisien, et l’autre, publicain (c’est-à-dire un collecteur d’impôts). Le pharisien se tenait debout et priait en lui-même : “Mon Dieu, je te rends grâce parce que je ne suis pas comme les autres hommes – ils sont voleurs, injustes, adultères –, ou encore comme ce publicain. Je jeûne deux fois par semaine et je verse le dixième de tout ce que je gagne.” Le publicain, lui, se tenait à distance et n’osait même pas lever les yeux vers le ciel ; mais il se frappait la poitrine, en disant : “Mon Dieu, montre-toi favorable au pécheur que je suis !” Je vous le déclare : quand ce dernier redescendit dans sa maison, c’est lui qui était devenu un homme juste, plutôt que l’autre. Qui s’élève sera abaissé ; qui s’abaisse sera élevé. »

 

Carême-2021-3é-Samedi

 

Le publicain  

C’est  un petit !

Il se tenait à distance

« Seigneur je ne suis pas digne de te recevoir  mais dis seulement une parole ,et je serais guéri ..  

et n’osait même pas lever les yeux vers le ciel

 

Il a honte !

Dieu est la lumière la puissance ,la gloire

la gloire de Yahweh qui resplendit sur le Sinaï  au milieu des éclaires   

le 3 fois Saint  ,que le prophète Isaïe a vu entouré de chérubins

« Malheur à moi je suis perdu ,car je suis un homme aux lévres  impurs (Is 6,5)

 

 « Qu’est ce que l’homme ,pour que tu pense à lui  

un fils d’homme pour que tu pense à lui »

 il se frappait la poitrine, en disant : “Mon Dieu, montre-toi favorable au pécheur que je suis !”

 

Le publicain est un petit

Jésus  aime les petits

Laissez venir   à moi les petits enfants

Père père, je te rend grâce car tu  as révélé cela  aux tout-petits  

Bienheureux  les pauvres

 

Jésus aime zachée

un autre publicain ,un autre petit

qui doit monter sur un arbre  pour voir Jésus  

 

Il aime Matthieu  

il mange avec les publicains

ce sont se préférés

 

Les petits savent que tout est grâce

qu’ils ont tout reçu

ils savent comme Osée que Dieu est un Dieu de tendresse

le père miséricordieux de l’enfant prodigue

 

La plus petite c’est encore Marie

elle n’a pas péché

elle est immaculée

mais elle sait !

Elle a tout reçu

en elle tout est grâce

« Je suis la servante du seigneur »   

 

Je vous le déclare : quand le publicain   redescendit dans sa maison, c’est lui qui était devenu un homme juste,

Ce fut la joie

la joie de l’homme pardonné

mais aussi la  joie du  père miséricordieux qui fit un banquet  pour son fils prodigue

 

La joie de Marie qui chante

« Mon âme exalte le Seigneur .Il sest penché sue son humble servante

Qui s’élève sera abaissé ; qui s’abaisse sera élevé.

 **

Lecture : Il nous relèvera le troisième jour  Osée (6, 1-6)

Venez, retournons vers le Seigneur ! il a blessé, mais il nous guérira ; il a frappé, mais il nous soignera. Après deux jours, il nous rendra la vie ; il nous relèvera le troisième jour : alors, nous vivrons devant sa face.
Efforçons-nous de connaître le Seigneur : son lever est aussi sûr que l’aurore ; il nous viendra comme la pluie, l’ondée qui arrose la terre.
– Que ferai-je de toi, Éphraïm ? Que ferai-je de toi, Juda ? Votre fidélité, une brume du matin, une rosée d’aurore qui s’en va. Voilà pourquoi j’ai frappé par mes prophètes, donné la mort par les paroles de ma bouche : mon jugement jaillit comme la lumière. Je veux la fidélité, non le sacrifice, la connaissance de Dieu plus que les holocaustes.

 

Le maitre mot  du prophète Osée est  la tendresse (Hesed)

Le plus étonnant est sa prophétie  

Il nous relèvera  3é jour

Laisser un commentaire