JOB : 2é cycle les flèches

 

Chapitre  16 Les flèches  

Je suis la cible de Dieu Il m’a poussé à bout : contre moi il grince des dents, Gueule béante contre moi, .. Dieu m’a  jeté en proie à des crapules. J’étais au calme. Il m’a bousculé. Il m’a saisi par la nuque et disloqué, Ses flèches m’encadrent. Il transperce mes reins sans pitié  et répand à terre mon fiel. Pourtant, il n’y avait pas de violence en mes mains, et ma prière était pure.

Chapitre 17

Mon souffle s’affole, mes jours s’éteignent, à moi la tombe !

Chapitre 18 : Le piège  

la lumière du méchant va s’éteindre la lumière s’assombrit sous sa tente et il trébuchera dans ses propres intrigues, Ses pieds le jettent dans un filet il chemine sur des mailles.   Un piège lui saisira le talon, un lacet s’emparera de lui.,  un cordeau se cache à terre, une trappe sur son chemin. En bas, ses racines sécheront, en haut, sa ramure sera coupée. Le voilà, ce lieu où l’on ignorait Dieu ! »

Chapitre 19 

mais sachez donc que c’est Dieu qui  m’a enveloppé dans son filet. Il m’a découronné  ,Il m’a dépouillé de ma gloire,  Il a ôté la couronne de ma tête. Il m’a  excommunié   Mes frères, il les a éloignés de moi, Mes proches ont disparu,..mes familiers m’ont oublié. je suis devenu un intrus à leurs yeux. quand je me lève, ils jasent sur moi. Ah ! si seulement on écrivait mes paroles, si on les gravait en une inscription !

Le rédempteur est  vivant Je sais bien, moi, que mon rédempteur est vivant, que le dernier, il surgira sur la poussière. Et après qu’on aura détruit cette peau qui est mienne, c’est bien dans ma chair que je contemplerai Dieu. C’est moi qui le contemplerai, oui, moi ! Mes yeux le verront, lui, et il ne sera pas étranger. Mon cœur en brûle au fond de moi..  

Chapitre 20  Les impies  

 Çofar de Naama prit la parole   le triomphe des méchants est bref, la joie de l’impie ne dure qu’un instant ? il est mis en fuite comme une vision de la nuit ? il a écrasé et délaissé les pauvres, il a volé une maison au lieu de la bâtir, il arrache la flèche, elle sort de son corps, et dès que la pointe quitte son foie, les terreurs sont sur lui. Le voilà, le sort que Dieu réserve à l’homme méchant, la part que Dieu a décrétée pour lui.  

Chapitre 21

Job  répondit La férule de Dieu les épargne. Or ils avaient dit à Dieu : « Ecarte-toi de nous, connaître tes voies ne nous plaît pas. pourtant le bonheur n’est-il pas en leurs mains ? Est-ce souvent  que Dieu leur assigne pour lot sa colère ? Au jour du désastre le méchant est préservé. Au jour des fureurs il est mis à l’abri. Lui, on l’escorte au cimetière et on veille sur son tertre.

Laisser un commentaire