Avent;Le 21 décembre: L’enfant tressaillit (Luc 1,39-45)

En ces jours-là, Marie se mit en route et se rendit avec empressement vers la région montagneuse, dans une ville de Judée. Elle entra dans la maison de Zacharie et salua Élisabeth. Or, quand Élisabeth entendit la salutation de Marie, l’enfant tressaillit en elle. Alors, Élisabeth fut remplie d’Esprit Saint, et s’écria d’une voix forte : « Tu es bénie entre toutes les femmes, et le fruit de tes entrailles est béni. D’où m’est-il donné que la mère de mon Seigneur vienne jusqu’à moi ? Car, lorsque tes paroles de salutation sont parvenues à mes oreilles, l’enfant a tressailli d’allégresse en moi. Heureuse celle qui a cru à l’accomplissement des paroles qui lui furent dites de la part du Seigneur. »

 

La visitation

Marie la jeune fille court dans la montagne

C’est la joie !

Elle entre chez Elisabeth ,une vieille femme

C’est la rencontre de la nouvelle alliance avec l’ancienne alliance

 

En recevant l’arche d’alliance à Jérusalem, David avait dansé en chantant

Comment se fait il que le Seigneur vienne jusqu’à moi ?

Elizabeth à son tour s’écrit

D’où m’est-il donné que la mère de mon Seigneur vienne jusqu’à moi

 

C’est la rencontre du sauveur tant attendu

par un génération devenue stérile

et du dernier des prophètes

 

1-avant-B-21-decembre

Jésus resta silencieux

mais Jean Baptiste se manifesta

l’enfant tressaillit en elle.

Le vin des noces de l’agneau va remplacer l’eau du Jourdain

Élisabeth fut remplie d’Esprit Saint

 

Lecture : Il bondit sur la montagne (Ct.des Ct, 8-14)

La voix de mon bien-aimé ! C’est lui, il vient… Il bondit sur les montagnes, il court sur les collines, mon bien-aimé, pareil à la gazelle, au faon de la biche.
Le voici, c’est lui qui se tient derrière notre mur : il regarde aux fenêtres, guette par le treillage. Il parle, mon bien-aimé, il me dit : Lève-toi, mon amie, ma toute belle, et viens…
Vois, l’hiver s’en est allé, les pluies ont cessé, elles se sont enfuies.
Sur la terre apparaissent les fleurs, le temps des chansons est venu et la voix de la tourterelle s’entend sur notre terre.
Le figuier a formé ses premiers fruits, la vigne fleurie exhale sa bonne odeur. Lève-toi, mon amie, ma toute belle, et viens…
Ma colombe, dans les fentes du rocher, dans les retraites escarpées, que je voie ton visage, que j’entende ta voix ! Ta voix est douce et ton visage, charmant.

La joie

Le Bien aimé ..celui que le monde attend…bondit

Il vient !

Il se montre un peu

caché derrière le mur…..Il regarde par la fenêtre …guette par le treillage

il se montre… mais à peine

Le verbe se fait chair..il habite parmi nous

comme un enfant…Un pauvre enfant

lui le maitre de l’Univers

 

Il nous rend la joie..l’espoir .IL nous fait renaître

Réveillons nous !

Ayons le foi

que je voie ton visage, que j’entende ta voix

 

Laisser un commentaire