Mercredi après l’épiphanie : C’est moi: N’ayez pas peur (Marc6, 45-52)

 Aussitôt après avoir nourri les cinq mille hommes, Jésus obligea ses disciples à monter dans la barque et à le précéder sur l’autre rive, vers Bethsaïde, pendant que lui-même renvoyait la foule. Quand il les eut congédiés, il s’en alla sur la montagne pour prier. Le soir venu, la barque était au milieu de la mer et lui, tout seul, à terre. Voyant qu’ils peinaient à ramer, car le vent leur était contraire, il vient à eux vers la fin de la nuit en marchant sur la mer, et il voulait les dépasser. En le voyant marcher sur la mer, les discip les pensèrent que c’était un fantôme et ils se mirent à pousser des cris. Tous, en effet, l’avaient vu et ils étaient bouleversés. Mais aussitôt Jésus parla avec eux et leur dit : « Confiance ! c’est moi ; n’ayez pas peur ! »Il monta ensuite avec eux dans la barque et le vent tomba ; et en eux-mêmes ils étaient au comble de la stupeur, car ils n’avaient rien compris au sujet des pains : leur cœur était endurci.

 

La semaine de l’épiphanie

Pourquoi avoir lu ,hier le récit de la multiplication des pains

et aujourd’hui la marche de Jésus sur l’eau

pendant cette semaine de l’épiphanie ?

 

Les rois mages étaient la recherche de la sagesse

Ils ont suivi la petite étoile ,dans la nuit

 

Les 5000 hommes ,le jour de la multiplication des pains étaient aussi à la recherche de Jésus

Ils avaient besoin de l’ écouter

Ils avaient besoin d’un pasteur

 

Ce fut le commencement du grand rassemblement des hommes de toutes nations

les rois à Bethléem , la maison du pain

les 5000 hommes sur la montagne

Ce fut un temps ,de partage ,de joie de paix

Qu’ils soient UN !

 

Noel-N'ayez-pas-peur

 

La marche sur l’eau

Que se passe t il maintenant dans nos églises

dans la barque de saint Pierre?

De moins en moins de chrétiens

pour écouter la parole de Dieu:Le verbe

Pour partager le pain Le verbe fait chair

 le vent est contraire

on a perdu la ferveur des notre jeunesse

c’est un fantôme

Allons debout !

confiance n’ayez pas peur ! C’est moi

 

Lecture:Dieu est amour (1 Jean 4, 11-18)

Bien-aimés, puisque Dieu nous a tellement aimés, nous devons, nous aussi, nous aimer les uns les autres. Dieu, personne ne l’a jamais vu. Mais si nous nous aimons les uns les autres, Dieu demeure en nous, et, en nous, son amour atteint la perfection. Voici comment nous reconnaissons que nous demeurons en lui et lui en nous : il nous a donné part à son Esprit. Quant à nous, nous avons vu et nous attestons que le Père a envoyé son Fils comme Sauveur du monde.
Celui qui proclame que Jésus est le Fils de Dieu, Dieu demeure en lui, et lui en Dieu. Et nous, nous avons reconnu l’amour que Dieu a pour nous, et nous y avons cru. Dieu est amour : qui demeure dans l’amour demeure en Dieu, et Dieu demeure en lui. Voici comment l’amour atteint, chez nous, sa perfection : avoir de l’assurance au jour du jugement ; comme Jésus, en effet, nous ne manquons pas d’assurance en ce monde. Il n’y a pas de crainte dans l’amour, l’amour parfait bannit la crainte ; car la crainte implique un châtiment, et celui qui reste dans la crainte n’a pas atteint la perfection de l’amour.

 

N’ayons pas peur ! Dieu est Amour !

Soyons plein d’assurance

Il n’y a pas de crainte dans l’amour

Rassemblons nous

partageons.. aimons

comme les mages … comme les 5000 hommes de la montagne

C’est dans la joie et la paix qu’ils ont repartis chez eux 

Laisser un commentaire