Sainte Catherine de Sienne, patronne de l’Europe (1Jean 1,5-2,2)

Née en 1347 , La patronne de l’Europe est  une jeune fille ,humble ,pieuse qui  mourra à 33 ans   et qui aura l’audace de conseiller les papes ,en leur parlant d’humilité et de miséricorde….En 1350 c’est le temps de la peste noire ..une hécatombe …la moitié des européens vont mourir…C’est le temps du schisme au sein de l’Eglise ; les papes se sauvent et se réfugient à Avignon..Il y aura ,à cette époque jusqu’à 3 papes qui se diront légitimes… Catherine est vraiment une sainte pour le temps des épidémies …elle a la foi ;Elle est humble

 

sainte-catherine-de-sienne 

 

Lecture : Dieu est lumière (1 Jn 1, 5 – 2, 2)

Bien-aimés, tel est le message que nous avons entendu de Jésus Christ et que nous vous annonçons : Dieu est lumière ; en lui, il n’y a pas de ténèbres. Si nous disons que nous sommes en communion avec lui, alors que nous marchons dans les ténèbres, nous sommes des menteurs, nous ne faisons pas la vérité. Mais si nous marchons dans la lumière, comme il est lui-même dans la lumière, nous sommes en communion les uns avec les autres, et le sang de Jésus, son Fils, nous purifie de tout péché. Si nous disons que nous n’avons pas de péché, nous nous égarons nous-mêmes, et la vérité n’est pas en nous. Si nous reconnaissons nos péchés, lui qui est fidèle et juste va jusqu’à pardonner nos péchés et nous purifier de toute injustice. Si nous disons que nous sommes sans péché, nous faisons de lui un menteur, et sa parole n’est pas en nous. Mes petits enfants, je vous écris cela pour que vous évitiez le péché. Mais si l’un de nous vient à pécher, nous avons un défenseur devant le Père : Jésus Christ, le Juste. C’est lui qui, par son sacrifice, obtient le pardon de nos péchés, non seulement les nôtres, mais encore ceux du monde entier. – Parole du Seigneur.

 

Dieu est lumière… en lui pas de ténèbres

En Lui tout est lumineux, radieux

Avec Lui nous sommes en communion

avec notre père et tous nos frères

( Fratelli Tutti)

 

En sa présence nous reconnaissons nos péchés

nous sommes pardonnés et nous pardonnons

nous trouvons la paix

Bienheureux les coeurs purs …les pacifiques

c’est la joie de l’évangile (evangelii gaudium)

 

Mais comme au temps de Catherine

nous avons oublié ..rejeté Dieu

nous vivons dans les ténèbres

un monde malade ,un monde en guerre, une église divisée

et pourtant nous avons un bon pape

 

Évangile : Les tout-petits (Mt 11, 25-30)

En ce temps-là, Jésus prit la parole et dit : « Père, Seigneur du ciel et de la terre, je proclame ta louange : ce que tu as caché aux sages et aux savants, tu l’as révélé aux tout-petits. Oui, Père, tu l’as voulu ainsi dans ta bienveillance. Tout m’a été remis par mon Père ; personne ne connaît le Fils, sinon le Père, et personne ne connaît le Père, sinon le Fils, et celui à qui le Fils veut le révéler. Venez à moi, vous tous qui peinez sous le poids du fardeau, et moi, je vous procurerai le repos. Prenez sur vous mon joug, devenez mes disciples, car je suis doux et humble de cœur, et vous trouverez le repos pour votre âme. Oui, mon joug est facile à porter, et mon fardeau, léger. » –

 

 

Pourquoi donc ne pas lire les évangiles ?

Pourquoi donc ne pas écouter la voix du Seigneur

je suis doux et humble de cœur, et vous trouverez le repos Oui, mon joug est facile à porter, et mon fardeau, léger.

 

Ayons confiance !

Dieu se révéle aux tout-petits comme il s’est révélé à Catherine  

et non aux puissants enfermés dans leur  château fort à Avignon ..calfeutrés,apeurés

et pourtant responsables d’une église  en pleine détresse et décadence   

 

Catherine a la foi..Elle ose tout  

Elle ose aller à Avignon….

car elle le sait

Ce n’est pas elle qui agit, c’est l’Esprit saint qui agit en elle

Je suis  celui qui  est.. tu es celle qui n’est pas 

 

 Bénis le Seigneur, ô mon âme, n’oublie aucun de ses bienfaits !….. Car il pardonne toutes tes offenses et te guérit de toute maladie …..  Comme la tendresse du père pour ses fils, la tendresse du Seigneur pour qui le craint !……l’amour du Seigneur, sur ceux qui le craignent, est de toujours à toujours  (ps 102)   

Laisser un commentaire