10ème Mardi Ordinaire : De l’eau et du pain (1 R 17, 7-16)

En ces jours-là, sur l’ordre du prophète Élie, au bout d’un certain temps, il ne tombait plus une goutte de pluie dans tout le pays, et le torrent où buvait le prophète finit par être à sec. Alors la parole du Seigneur lui fut adressée : « Lève-toi, va à Sarepta, dans le pays de Sidon ; tu y habiteras ; il y a là une veuve que j’ai chargée de te nourrir. » Le prophète Élie partit pour Sarepta, et il parvint à l’entrée de la ville. Une veuve ramassait du bois ; il l’appela et lui dit : « Veux-tu me puiser, avec ta cruche, un peu d’eau pour que je boive ? » Elle alla en puiser. Il lui dit encore : « Apporte-moi aussi un morceau de pain. » Elle répondit : « Je le jure par la vie du Seigneur ton Dieu : je n’ai pas de pain. J’ai seulement, dans une jarre, une poignée de farine, et un peu d’huile dans un vase. Je ramasse deux morceaux de bois, je rentre préparer pour moi et pour mon fils ce qui nous reste. Nous le mangerons, et puis nous mourrons. » Élie lui dit alors : « N’aie pas peur, va, fais ce que tu as dit. Mais d’abord cuis-moi une petite galette et apporte-la moi, ensuite tu en feras pour toi et ton fils. Car ainsi parle le Seigneur, Dieu d’Israël : Jarre de farine point ne s’épuisera, vase d’huile point ne se videra, jusqu’au jour où le Seigneur donnera la pluie pour arroser la terre. » La femme alla faire ce qu’Élie lui avait demandé, et pendant longtemps, le prophète, elle-même et son fils eurent à manger. Et la jarre de farine ne s’épuisa pas, et le vase d’huile ne se vida pas, ainsi que le Seigneur l’avait annoncé par l’intermédiaire d’Élie.

 

La veuve de Sarepta

Un des rares récits de l’ancien testament cité par Jésus

une veuve humble pauvre ,compatissante

elle va donner tout ce qu’elle a

comme la veuve du temple qui a donné sa dernière pièce

 

une femme qui souffre

qui porte sa croix

« elle a ramassé des morceaux de bois

le bois de la croix

 

1-Ordinaire-C-10é-Mardi

 

Elie a besoin d’elle comme nous avons tous besoin de Dieu

En ce monde sans Dieu ,ce monde sans pluie, ce monde à sec

Donne moi de l’eau !

Donne moi de ton pain !

cuis moi un petite galette !

 

C’est Dieu qui nous donne cet eau ,ce pain cet huile

 

L’eau mélangé à la farine forme une pâte

La pâte cuite au feu forme une petite galette

une hostie ,cuite au feu de l’amour

 

N’est ce pas là une prophétie sur l‘eucharistie

Celui qui boira de cet eau n’aura plus jamais soif

Celui qui mangera de ce pain n’aura plus jamais faim

Celui qu croit et qui pratique la charité

ne manquera plus d’huile

la grâce de l’Esprit Saint

 

Quand je crie, réponds-moi, Dieu, ma justice ! Toi qui me libères dans la détresse, pitié pour moi, écoute ma prière ! … Tu mets dans mon cœur plus de joie que toutes leurs vendanges et leurs moissons. (ps 4)

 

Évangile ; Le sel (Mt 5, 13-16)

En ce temps-là, Jésus disait à ses disciples : « Vous êtes le sel de la terre. Mais si le sel devient fade, comment lui rendre de la saveur ? Il ne vaut plus rien : on le jette dehors et il est piétiné par les gens. Vous êtes la lumière du monde. Une ville située sur une montagne ne peut être cachée. Et l’on n’allume pas une lampe pour la mettre sous le boisseau ; on la met sur le lampadaire, et elle brille pour tous ceux qui sont dans la maison. De même, que votre lumière brille devant les hommes : alors, voyant ce que vous faites de bien, ils rendront gloire à votre Père qui est aux cieux. » –

 

Porter notre croix

avec foi et amour

met du sel à notre vie

et nous illumine

 

Laisser un commentaire