31é vendredi Ordinaire : Ils vont à leur perte (Ph 3, 17 – 4, 1)

Frères, ensemble imitez-moi, et regardez bien ceux qui se conduisent selon l’exemple que nous vous donnons. Car je vous l’ai souvent dit, et maintenant je le redis en pleurant : beaucoup de gens se conduisent en ennemis de la croix du Christ. Ils vont à leur perte. Leur dieu, c’est leur ventre, et ils mettent leur gloire dans ce qui fait leur honte ; ils ne pensent qu’aux choses de la terre. Mais nous, nous avons notre citoyenneté dans les cieux ; d’où nous attendons comme sauveur le Seigneur Jésus Christ, lui qui transformera nos pauvres corps à l’image de son corps glorieux, avec la puissance active qui le rend même capable de tout mettre sous son pouvoir. Ainsi, mes frères bien-aimés pour qui j’ai tant d’affection, vous, ma joie et ma couronne, tenez bon dans le Seigneur, mes bien-aimés.

 

L’épître aux Philippiens

l’épître de la joie

 

Paul est joyeux ,non seulement parce qu’il a rassemblé à Philippes

sa première communauté autour de Lydie

avec Silas et Timothée

mais aussi car il reste ébloui, émerveillé ,par sa nouvelle foi

en Jésus Christ

Lui de condition divine ,il s’est fait obeissant jusqu’à la mort et la mort de la croix (Ph2,8)

 

Non seulement

Jésus a pris notre condition humaine

mais il transformera nos pauvres corps à l’image de son corps glorieux,

comme nous le répétons lors de chaque Eucharistie en rendant grâce

quand le prêtre met un goutte d’eau dans le vin

« comme cette eau est mélangé au vin puissions nous être unis unis à la divinité de celui qui a pris notre humanité »

 

Aprés tout !

il est bien écrit que dés les commencements nous avons été créé à limage de Dieu.. tout poussière que nous sommes

 

Mais qui y croit encore ?

Qui se pose encore des questions sur cette transformation qui nous attend après la résurrection avec tous les saints

Beaucoup de gens se conduisent en ennemis de la croix du Christ. Ils vont à leur perte. ..ils ne pensent qu’aux choses de la terre

 

1-Ordinaire-C--31è-Vendredi


Évangile ; Que vais-je faire ? (Lc 16, 1-8)

En ce temps-là, Jésus disait aux disciples : « Un homme riche avait un gérant qui lui fut dénoncé comme dilapidant ses biens. Il le convoqua et lui dit : “Qu’est-ce que j’apprends à ton sujet ? Rends-moi les comptes de ta gestion, car tu ne peux plus être mon gérant.” Le gérant se dit en lui-même : “Que vais-je faire, puisque mon maître me retire la gestion ? Travailler la terre ? Je n’en ai pas la force. Mendier ? J’aurais honte. Je sais ce que je vais faire, pour qu’une fois renvoyé de ma gérance, des gens m’accueillent chez eux.” Il fit alors venir, un par un, ceux qui avaient des dettes envers son maître. Il demanda au premier : “Combien dois-tu à mon maître ?” Il répondit : “Cent barils d’huile.” Le gérant lui dit : “Voici ton reçu ; vite, assieds-toi et écris cinquante.” Puis il demanda à un autre : “Et toi, combien dois-tu ?” Il répondit : “Cent sacs de blé.” Le gérant lui dit : “Voici ton reçu, écris 80.” Le maître fit l’éloge de ce gérant malhonnête car il avait agi avec habileté ; en effet, les fils de ce monde sont plus habiles entre eux que les fils de la lumière. »

 

Comme ce gérant malhonnête

on est accablés par nos soucis ,nos angoisses ,nos maladies

que vais je devenir ?

que vais je faire ?

Mendier ? Travailler  ?

 

Mais le gérant non seulement n’a pas trouvé la lumière ,la joie

mais il s’est enfoncé dans les ténèbres du péché source de beaucoup de malheurs

Puissions nous avoir la foi source de paix et de joie !

 

Quelle joie quand on m’a dit : « Nous irons à la maison du Seigneur ! » Maintenant notre marche prend fin devant tes portes, Jérusalem ! Jérusalem, te voici dans tes murs : ville où tout ensemble ne fait qu’un ! C’est là que montent les tribus, les tribus du Seigneur ! C’est là qu’Israël doit rendre grâce au nom du Seigneur. C’est là le siège du droit, le siège de la maison de David. (ps 121)

 

Laisser un commentaire