Archive pour la catégorie 'Sacerdoce'

Le mariage des prêtres et le rôle des laïcs

1 juin, 2013

Le mariage des prêtres  

 Que les prêtres se marient ou pas

peu importe !

Saint Pierre était marié

Au 5é siècle  en Gaule ils y avaient encore

 non seulement des prêtres mais aussi des évêques mariés

**

Donc en principe il n’y a pas d’objections au mariage des prêtres

Le Christ ne leur a jamais interdit de se marier

**

L’interdiction du mariage pour les prêtres

fut une décision disciplinaire  prise par l’église

car trop de volontaires voulaient devenir prêtre

pour « monter dans l’échelle sociale »

Il fallait donc faire un tri

et exiger un engagement supplémentaire 

**

Il suffirait maintenant que le pape signe une ordonnance

et les prêtres pourront se marier

**

Une Conséquence fâcheuse du célibat

Le célibat des prêtres a eu une conséquence très fâcheuse

Les laïcs leur laissèrent toutes les responsabilités au sein de l’église

**

A eux de « gouverner »  l’église 

Eux seuls dorénavant se sentaient responsables de l’église

Les prêtres devinrent des fonctionnaires 

Pire ! Ils devinrent  autoritaires

Ce qui parut odieux aux adversaires de l’église

et fut à l’origine d’un « anticléricalisme » virulent 

**

Or le concile  du Vatican2 arappelé

que les chrétiens sont tous  responsables

Aa sein de l’église

L’église c’est la famille des chrétiens

Non seulement celles des prêtres et des évêques

**

Et si les laïcs en étaient  conscients

La diminution des prêtres non seulement

ne serait pas dramatique 

mais une chance  pour l’église

qui deviendra  dynamique car animé par tous

**

Le retour en nombre des diacres est une chance 

**

Et la nomination du pape François  est aussi une chance

Non seulement parce qu’il rappelle que l’église est l’église des pauvres 

Mais aussi parce qu’il rappelle que l’église n’est pas celle de Rome ou des cardinaux

Mais l’église  de tous

**

C’est ce qu’ont compris les chrétiens des pays en voie de développement

d’où est issu notre nouveau pape

Ils y avaient au debut peu de prêtres 

et tous  les chrétiens ont témoigné de leur foi 

L’église y est vivante

Joyeuse ,jeune ,dynamique

**

Dans nos vieilles chrétientés on attend encore tout du prêtre

C’est fini !

Que les chrétiens laïcs se réveillent

 

Un interview de Mgr Albert Rouet, archevêque de Poitiers. L’Église doit-elle s’appuyer sur ses clercs ou sur ses baptisés ?

16 avril, 2010

Je viens de lire sur  le site « garriguesetsentiers. »

un interview de  Mgr Albert Rouet ,archevêque de Poitiers

paru dans le journal de La croix le 4 avril 2010

sur les problèmes d’actualité au sujet de l’église

**

Non seulement je suis impressionné par ces propos recueillis  par  Stéphanie Le Bars

mais en plus , je jubile

**

Tout d’abord Mgr Rouet  s’étend peu sur la pédophilie des prêtres et constate que:

«  Dès lors qu’une institution, y compris l’Église, s’érige en position de droit privé, s’estime en position de force, les dérives financières et sexuelles deviennent possibles. 

En France, l’Église n’a plus ce type de pouvoir »

Oh la ! lal

L’église qui veut le pouvoir !

L’église qui se veut institution

avant d’être une communauté de croyants

C’est toujours le syndrome de l’empereur Constantin

qui en 313 a étouffé le souffle de l’esprit évangélique

**

La peur des Catholiques 

Ensuite Mgr Rouet  constate au sein de l’Eglise un « certain gel de la parole »

une certaine peur qui engendre  un esprit offensif

« le moindre questionnement sur l’exégèse ou la morale est jugé blasphématoire. Questionner ne va plus de soi, et c’est dommage » 

Alors que la relecture des textes bibliques avec un esprit critique est tellement enrichissante

Cette relecture, ne peut que renforcer la foi de nos contemporains

Cette relecture est un véritable acte de foi

Certes, cette relecture parfois trouble,

mais elle finit toujours par réconforter.

 Hommes de peu de foi ! Pourquoi avoir peur de la vérité ?

C’est aussi un manque de foi que de réagir devant  des attaques ou des provocations   

C’est bien ce que nous dit Mgr Rouet

Après la publication de caricatures dans la presse sur la pédophilie dans l’Église, j’ai eu des réactions dignes des intégristes islamistes sur les caricatures de Mahomet ! À vouloir paraître offensif, on se disqualifie.  Laïcs ! tous responsables    

A propos de la crise des vocations Mgr Rouet rappelle

l’enseignement du  concile Vatican 2

Nous sommes tous responsables au sein de l’église

L’Eglise ce n’est pas uniquement l’ ensemble du clergé  

L’Eglise c’est l’ensemble des laïcs

Et finalement cette fameuse crise des vocations est peut être un bien

Il serait temps que les laïcs au sein de l’Eglise se sentent responsables

Du reste Mgr Rouet constate que c’est déjà le cas dans son diocèse

Ce qui est vraiment un signe d’espérance

« Nous sommes à la fin d’une époque.  On est passé d’un christianisme d’habitude à un christianisme de conviction. L’Église doit-elle s’appuyer sur ses clercs ou sur ses baptisés ?  Pour ma part, je pense qu’il faut faire confiance aux laïcs  et arrêter de fonctionner sur la base d’un quadrillage médiéval. C’est une modification fondamentale. C’est un défi.  ….Le prêtre ne doit plus être le patron de sa paroisse ; il doit soutenir les baptisés pour qu’ils deviennent des adultes dans la foi, les former, les empêcher de se replier sur eux-mêmes. …….Si les laïcs restent des mineurs, l’Église n’est pas crédible.  Elle doit parler d’adulte à adulte 

Que de tels propos font du bien !

C’est l’enseignement de l’église depuis 60 ans

Mais on ne l’entend pas

Ou on le refuse

 

Des curés pédos…Des curés pédos ! Ras le bol !

23 mars, 2010

 

Des curés pédos , en Irlande, en Allemagne, en Amérique

Ras le bol !

On veut même noircir l’entourage du pape   

D’accord !

Il faut faire justice

D’accord !

C’est grave pour les victimes

D’accord il faut punir !

**

Mais de nouveau ,ras le bol !

Surtout à cause des médias

C’est la nouvelle mode

On a demandé pardon pour les crimes en Algérie  

On a demandé pardon pour l’esclavage

Maintenant c’est la mode des curés pédophiles

Mais il y a toujours eu des pédophiles

en tous temps, dans tous les milieux

On en parlait  pas tant !

**

Oui ! De nouveau d’accord pour faire justice

Mais qu’on arrête  de nous inonder avec ces affaires

Cela me met en colère.

Très, très  en colère !

**

D’abord

parce que même si on aime pas les curés ,

il faut reconnaitre que la plupart sont extrêmement généreux

Dévoués ,vivants selon leur foi 

**

Ensuite et surtout

parce que il ya une joie perverse dans le fait d’attaquer les curés 

et en les attaquant de détourner les gens de l’évangile

En les attaquant on noircit le message évangélique

**

On dégoute les gens

qui définitivement se détournent de l’évangile

et ignorent ainsi ce message

qui est le message le plus extraordinaire,

dans l’histoire de l’humanité ;

Cette façon d’agir est  répugnante  !

**

L’évangile est tellement réconfortant

L’évangile, source de paix dans ce monde devenu si violent

L’évangile, réconfort des déprimés, dans ce monde si dépressif 

L’évangile qui nous invite à toujours espérer

à se tenir debout, malgré tout  

L’évangile qui respecte tant l’homme

**

Dans nos vies parfois si difficiles  

Et parce qu’on aime se trainer dans la fange des scandales

on rejette le plus beau des messages

**

Oui vraiment ! Je suis très en colère !

 

Pourquoi une Année sacerdotale ? Qu’est ce qu’un prêtre ?

30 juillet, 2009

Une année sacerdotale pour redorer la fonction du prêtre qui a perdu de son prestige  

et pour déclarer avec force à la suite du curé d’Ars que « le prêtre est un don immense pour l’humanité »

**

Un tel programme semble être une provocation et un retour en arrière, 50 ans après les déclarations du concile Vatican 2, qui a proclamé haut et fort que nous sommes tous prêtres et qui a mis en avant le sacerdoce des fideles.

Nous sommes tous prêtres !

 Tous nous sommes responsables au sein de l’église

 Tous nous devons tendre à la sainteté.

 Tous nous devons aimer

 Tous nous devons prier

 Tous nous devons œuvrer pour faire connaître l’évangile.

**

Mais alors !

Qu’est ce qu’un prêtre 

Voila la question qu’il faut se poser pendant un  an

Retrouver le rôle exact du prêtre au sein d’une église ou tous les fideles doivent se sentir responsables

**

Quel est vraiment son rôle ?

Doit il avant tout distribuer les sacrements  en particulier la communion et le sacrement de pénitence ?

Oui ! sans doute !

Il est ordonné pour cela

Il est l’homme de la communion 

Mais qu’est ce à dire ?

Dans une communauté vivante ,dans une paroisse ou des laïcs se sentent responsables, ou les laïcs prennent leur propre sacerdoce au sérieux ,ou les laics sont dynamiques ,le prêtre peut parfois prendre ombrage et défendre son droit hiérarchique

Or justement son rôle est d’encourager ces initiatives en aidant les fidèles à rester unis, à vivre en communion, à prendre des décisions en commun

**

Et le sacrement qu’on appelle plus « la confession » mais « le sacrement de réconciliation »  au sein d’une communauté est une invitation à se pardonner mutuellement pour rester en communion

Il suffit de se souvenir du discours ecclésiologique dans l’évangile de Matthieu. Il est très court et n’insiste que sur ces 2 points .Vivre en communion, rechercher la brebis égarée et se pardonner

Voila le berger que les prêtres fidèles au concile, ont essayé d’imiter depuis 50 ans

Voilà l’homme de communion qui doit assurer l’unité dans une communauté ou les fideles n’obéissent plus comme des moutons et ou chacun se sent responsables et prend des initiatives

**

Mais le souci du pape est sans doute plus terre à terre

Il n’y a plus de prêtres .Il faut donc revaloriser le rôle du prêtre pour avoir des vocations

En outre, il faut encourager les prêtres parfois trop solitaires, découragés, déçus  

**

Mais il ne faudra pas oublier les questions pratiques

Avoir le courage d’aborder des problèmes aussi brûlants que la  pédophilie, mais surtout le  mariage des prêtres (Chasteté)

Avoir le courage de parler argent (pauvreté) 

Avoir le courage de reconsidérer le rapport avec la hiérarchie (obéissance)

Lettre de Benoît XVI à l’occasion de l’ouverture de l’Année Sacerdotale (extraits) : Le prêtre un don immense

30 juillet, 2009

Au lieu de citer l’évangile, ou les pères de l’église, ou les décrets des conciles, le pape a choisi de  prendre pour modèle le curé d’Ars, qui certes nous édifie, mais qui ne brille pas spécialement  par ses arguments théologiques

Cela nous étonne de la part d’un pape si théologien

Voici ce que dit donc le curé d’Ars

**

Le prêtre un don immense 

« Un bon pasteur, un pasteur selon le cœur de Dieu, c’est là le plus grand trésor que le bon Dieu puisse accorder à une paroisse, et un des plus précieux dons de la miséricorde divine ».

Le saint curé  parlait du sacerdoce comme s’il ne réussissait pas à se convaincre de la grandeur du don et de la tâche confiés à une créature humaine : « Oh ! que le prêtre est quelque chose de grand ! s’il se comprenait, il mourrait… Dieu lui obéit : il dit deux mots et Notre Seigneur descend du ciel à sa voix et se renferme dans une petite hostie… »4.

 Et, pour expliquer à ses fidèles l’importance des sacrements, il disait :

 « Si nous n’avions pas le sacrement de l’Ordre, nous n’aurions pas Notre Seigneur.

Qui est-ce qui l’a mis là, dans le tabernacle ? Le prêtre.

Qui est-ce qui a reçu notre âme à son entrée dans la vie ? Le prêtre.

Qui la nourrit pour lui donner la force de faire son pèlerinage ? Le prêtre.

Qui la préparera à paraître devant Dieu, en lavant cette âme pour la dernière fois dans le sang de Jésus-Christ ? Le prêtre, toujours le prêtre.

Et si cette âme vient à mourir [à cause du péché], qui la ressuscitera, qui lui rendra le calme et la paix ? Encore le prêtre…

Après Dieu, le prêtre c’est tout… Le prêtre ne se comprendra bien que dans le ciel ».

 Ces affirmations, jaillies du cœur sacerdotal du saint curé, peuvent nous sembler excessives. Elles manifestent toutefois en quelle haute considération il tenait le sacrement du sacerdoce. Il semblait submergé par le sentiment d’une responsabilité sans bornes : « Si l’on comprenait bien le prêtre sur la terre, on mourrait non de frayeur, mais d’amour … Sans le prêtre, la mort et la passion de Notre Seigneur ne serviraient de rien… C’est le prêtre qui continue l’œuvre de Rédemption, sur la terre… A quoi servirait une maison remplie d’or, si vous n’aviez personne pour ouvrir la porte ? Le prêtre a la clef des trésors célestes : c’est lui qui ouvre la porte ; il est l’économe du bon Dieu, l’administrateur de ses biens…. Laissez une paroisse vingt ans sans prêtre : on y adorera les bêtes… Le prêtre n’est pas prêtre pour lui… il est pour vous »6.

**

Commentaire 

On ne reconnaît pas dans ces citations, la rigueur dogmatique du cardinal Joseph Ratzinger  

Manifestement, il s’agit d’un texte rédigé par un secrétaire assez traditionnel, dévot  du curé d’Ars et sympathisant  des communautés nouvelles.

Cette partie de la lettre semble destinée à des grands adolescents ou à des nostalgiques d’un temps révolu

On y trouve une avalanche de considérations sentimentales d’un homme heureux, pleinement épanouis dans sa foi  et qui ne se pose pas de questions

Le prêtre est devenu un  magicien si puissant, que Dieu même s’incline devant lui

**

On aurait aimé avoir des pistes de réflexions  plus sérieuses  sur l’ordination des prêtres 

Ou est il question, dans les évangiles  de tous ces pouvoirs du prêtre magicien ? 

Certes des vocations peuvent naître à la lecture d’un tel texte !

Mais ne  provoquons pas une résurgence d’un cléricalisme arrogant au risque de réanimer   par conséquent  un anticléricalisme virulent

**

Et puis ayons en mémoire les paroles de l’évangile

Mtt 23,8  Ne vous faites pas appeler Rabbi car vous n’avez qu’un seul maître et tous vous êtes des frères   N’appelez personne votre père sur la terre, car vous n’en avez qu’un le père céleste

Ne vous faites pas non plus appeler docteur, car vous avez qu’un seul docteur le Christ

Quiconque s’élèvera sera abaissé .Quiconque s’abaissera sera élevé

Lettre de Benoît XVI à l’occasion de l’ouverture de l’Année Sacerdotale (extraits) : Le prêtre doit s’identifier au Christ

30 juillet, 2009

Dans une deuxième partie  de sa lettre aux prêtres, le pape s’étend  davantage sur la vie intérieure  du curé d’Ars et sur son action pastorale 

Le prêtre identifié au christ 

. Chers frères dans le Sacerdoce, demandons au Seigneur Jésus la grâce de pouvoir apprendre nous aussi la méthode pastorale de saint Jean-Marie Vianney !  Ce que nous devons apprendre en tout premier lieu c’est sa totale identification à son ministère. En Jésus, Personne et Mission tendent à coïncider : toute son action salvifique était et est expression de son « Moi filial » qui, de toute éternité, se tient devant le Père dans une attitude de soumission pleine d’amour à sa volonté. Dans une humble mais réelle analogie, le prêtre lui aussi doit tendre à cette identification. 

La pieuse exagération du dévoué hagiographe ne doit pas nous induire à négliger le fait que le Saint Curé sut aussi « habiter » activement tout le territoire de sa paroisse : il rendait visite de manière systématique à tous les malades et aux familles ; il organisait des missions populaires et des fêtes patronales ; il recueillait et administrait des dons en argent pour ses œuvres charitables et missionnaires ; il embellissait son église en la dotant d’objets sacrés ; il s’occupait des orphelines de la « Providence » (un Institut qu’il avait fondé) et de leurs éducatrices ; il s’intéressait à l’éducation des enfants ; il créait des confréries et invitait les laïcs à collaborer avec lui. 

Cette identification personnelle au sacrifice de
la Croix le conduisait – d’un seul mouvement intérieur – de l’autel au confessionnal. Les prêtres ne devraient jamais se résigner à voir les confessionnaux désertés ni se contenter de constater la désaffection des fidèles pour ce sacrement….. 
On disait alors qu’Ars était devenu « le grand hôpital des âmes » 

** Commentaire 

Pourquoi s’attarder ainsi sur une telle pastorale qui ne peut plus être imité dans le monde actuel ? Le prêtre doit être un homme de prière. C’est évident .Il doit vivre de la parole de Dieu en s’imprégnant de l’esprit des évangiles. Oui ! 

Mais de là, à rester assis dans son église en attendant qu’on vienne à lui, il ne faut pas rêver. Au cours du 19é siècle, dans les villages, le curé connaissait tout le monde et il était  connu de tous,  respecté ou rejeté   

Maintenant le prêtre est un inconnu dans la foule des villes Il connaît  peu ses paroissiens qui ont d’autres préoccupations  que celle du curé,dans un monde ou tout bouge, où tout va vite, où tout devient compliqué ;dans un monde envahi par les mass media qui occupent les loisirs du dimanche 

On est loin de la paix villageoise Comment être présent dans ce nouvel environnement ? Comment annoncer l’évangile 

A chacun , prêtres ou laïcs, de savoir innover en fonction de son entourage    

** 

Quant à la confession ! Nous en avons actuellement une approche différente Il ne s’agit plus tant d’avouer des péchés que l’on commet sans cesse que d’insister sur l’effort nécessaire pour créer une communauté ou tous nous vivons en communion 

Il ne s’agit plus d’un « hôpital des âmes » ,mais d’un « conservatoire d’harmonie » Se retrouver ensemble et se pardonner mutuellement .Dans cet esprit, il faut relire le discours ecclésiastique dans l’évangile de st Matthieu   

Mtt  18,12  la recherche de la brebis perdue Mtt 18,15   la correction fraternelle et le pardon  au sein d’une communauté 

Si ton frère vient à pécher, va le trouver et reprends le seul à seul .S’il t’écoute tu auras gagné ton frère .S’il ne t’écoute pas prends encore avec toi un ou 2 autres … Que s’il refuse de les écouter, dis le à la communauté  ….. 

Lettre de Benoît XVI à l’occasion de l’ouverture de l’Année Sacerdotale (extraits) : La collaboration avec les laïcs

30 juillet, 2009

Le concile Vatican 2 a parlé du « sacerdoce des laïcs » Depuis 50 ans on ne cesse de répéter aux laïcs  qu’ils doivent se prendre en main avec ce slogan « nous sommes tous responsables » Par suite du manque de prêtres, les laïcs organisent  le dimanche des ADAP (assemblée dominicale en l’absence du prêtre ) 

De plus en plus d’enterrements sont présidés par des laïcs Et certains prêtres se sentent dévalorisés et prennent ombrage 

Le pape dans la 3é partie de sa lettre parle donc de la nécessaire collaboration avec les laïcs, en prenant toujours le cure d’Ars comme exemple 

** 
Son exemple me pousse à évoquer les espaces de collaboration que l’on doit ouvrir toujours davantage aux fidèles laïcs, avec lesquels les prêtres forment l’unique peuple sacerdotal et au milieu desquels, en raison du sacerdoce ministériel, ils se trouvent « pour les conduire tous à l’unité dans l’amour « s’aimant les uns les autres d’un amour fraternel, rivalisant d’égards entre eux » (Rm 12, 10) »10.

Il convient de se souvenir, dans ce contexte, comment le Concile Vatican II encourageait chaleureusement les prêtres à

« reconnaître sincèrement et à promouvoir la dignité des laïcs et la part propre qu’ils prennent dans la mission de l’Église… Ils doivent écouter de bon cœur les laïcs, en prenant fraternellement en considération leurs désirs, et en reconnaissant leur expérience et leur compétence dans les divers domaines de l’activité humaine, afin de pouvoir discerner avec eux les signes des temps »

Savoir accueillir le nouveau printemps que l’Esprit suscite de nos jours dans l’Église, en particulier grâce aux Mouvements ecclésiaux et aux nouvelles Communautés.

« L’Esprit dans ses dons prend de multiples formes… Il souffle où il veut. Il le fait de manière inattendue, dans des lieux inattendus et sous des formes qu’on ne peut imaginer à l’avance… Il nous démontre également qu’il œuvre en vue de l’unique corps et dans l’unité de l’unique corps »

Ce que dit à cet égard le Décret Presbyterorum ordinis est d’actualité :

« Eprouvant les esprits pour savoir s’ils sont de Dieu, ils [les prêtres] chercheront à déceler, avec le sens de la foi, les charismes multiformes des laïcs, qu’ils soient humbles ou éminents, les reconnaîtront avec joie et les développeront avec un zèle empressé ».

Ces mêmes dons, qui poussent bien des personnes vers une vie spirituelle plus élevée, sont profitables non seulement pour les fidèles laïcs mais pour les ministres eux-mêmes. C’est de la communion entre ministres ordonnés et charismes que peut naître

« un élan précieux pour un engagement renouvelé de l’Église au service de l’annonce et du témoignage de l’Évangile de l’espérance et de la charité partout à travers le monde ». 

** 

Commentaire

 On retrouve l’esprit du concile et on reparle du sacerdoce des laïcs Mais il semble que ce sont toujours les mêmes groupes qui sont mis en avant,les charismatiques, les mouvements du renouveau , l’opus dei, et maintenant les traditionalistes  . 

Il y a bien d’autres « prophètes » en commençant par l’abbé Pierre ,la sœur Emmanuelle ,les militants de l’action catholique, et tant de chrétiens qui restent sur « les parvis de l’église »mais qui voudraient bien qu’on les écoutent aussi Il faut équilibrer la balance : C’est le rôle du pasteur suprême Voir le site réseaux du parvis de l’eglise 

Il faut aussi relire de nouveau l’évangile    Mc 9,10 et luc 9,49      Maître nous avons vu quelqu’un expulser les démons en ton nom et nous avons voulu l’en empêcher parce qu’il ne te suit pas avec nous Jésus leur dit : Ne l’empêchez pas. Qui n’est pas contre vous et pour nous 

 

Homélie de Benoît XVI, Vendredi 19 juin pour la Solennité du Sacré Cœur

30 juillet, 2009

Le 19 juin Benoit XVI publie sa lettre destinée aux prêtres et au cours de la liturgie célébrée en l’honneur du sacre cœur prononce une homélie  toujours destinée aux prêtres

Cette  fois ci, nous avons  le texte  très dense d’un théologien de haut niveau

La lettre pour les prêtres était édifiante, spirituelle.

Son homélie  est une méditation hautement intellectuelle et si dense que je préfère ne retenir que des phrases chocs

**

Abandonner nos certitudes humaines 

Il n’est plus question du curé d’Ars, modèle des prêtres, mais du Sacré Cœur de jésus

      Le pape dit :

 Son cœur divin appelle notre cœur .Il nous invite à sortir de nous-mêmes, à abandonner nos certitudes humaines pour placer notre confiance en lui, et suivant son exemple, à faire de nous mêmes un don d’amour sans réserve

      Commentaire :

Oui ! Il faut abandonner  nos certitudes …. Mais quelle certitude ?

Il faut penser autrement, retrouver l’esprit de l’évangile et se libérer de toutes les traditions ajoutées au cours des siècles.  Que de conciles ! Que de lois ! Que de dogmes !

Voir la parabole de la perle

Mtt 13 45 le commerçant qui a trouvé une perle de valeur « s’en va vendre tout ce qu’il avait et achète cette perle

Ce qu’il avait ; Ce sont ses certitudes

Jésus  ne cesse de le rappeler aux pharisiens ; D’abord l’amour …les lois après  

Marc 7,7  cite le prophète Isaie 29  « les doctrines qu’ils enseignent ne sont que préceptes humains »

Et Marc7,8  ajoute : Vous mettez de coté les commandements de Dieu pour vous attacher à la tradition des hommes

Car le premier et unique  commandement consiste à aimer Dieu et son prochain

Et plus bas le pape rappelle que  cela est valable  pas seulement pour les prêtres mais tous les hommes

**

Le prêtre doit servir humblement et avec autorité 

       Le pape dit :

  Nous prêtres, nous sommes consacrés pour servir humblement et avec autorité ,le sacerdoce commun des fideles

       Commentaire

Dans l’évangile, les pharisiens sont étonnés,car Jésus parle avec autorité c’est-à-dire de lui-même, non comme les savants qui ne cessent de citer leurs prédécesseur  qui accumulent références sur références, notes après notes

Parler avec autorité c’est donc parler de son propre fond ,selon sa conscience après mure réflexion

A ce propos, des malicieux ont relevé dans un discours prononcé en 1968 par le cardinal Ratzinger la phrase suivante

« Au dessus du pape en tant qu’expression de l’autorité ecclésiale, il y a la conscience à laquelle il faut obéir,  au besoin même à l’encontre des demandes de l’autorité de l’Eglise ».

Mais le faire humblement, sans vouloir s’imposer et sans trop de certitude

**

Le Cœur à Coeur 

      Le pape dit :

  Croître dans l’intimité de jésus qui compte sur nous, ses ministres, pour diffuser et consolider son royaume, pour diffuser son amour sa vérité…

L’étude et une formation théologique et pastorale soignée et permanente sont assurément utiles et nécessaires, mais cette science de l’amour  que l’on apprend que dans le « Cœur à Cœur » avec le Christ  est encore plus nécessaire

     Commentaire

Le « coeur à cœur » suppose un intimité constante, prolongée, profonde, personnelle, unique

Pour vivre une telle intimité il  faut profondément méditer l’évangile, se l’approprier,en être imprégné e faisant abstraction de tous commentaires

 Certes ! Les exégètes nous apportent beaucoup.

 Grâce à eux, on a énormément progressé dans la connaissance des évangiles ,mais s’il faut tenir compte de leur travaux  ,il faut aussi savoir un jour, s’en libérer pour vivre ce cœur à Cœur avec la parole  de jésus

    Le pape ajoute

Le dessein du père consiste à faire du Christ le cœur du monde Un dessein qui se réalise dans l’histoire à mesure que Jésus devient le cœur des cœurs humains

**

Les voleurs de brebis Le pape parle du péché des pasteurs qui se transforment en « voleur de brebis »parce qu’il les égarent avec leur doctrine privée 

    Commentaire

Cette phrase est très déstabilisante 

Le pape nous dit d’abord qu’il faut parler avec autorité c’est-à-dire selon nos propres convictions, après  avoir médité   « cœur à cœur » avec sincérité  et ensuite il nous freine en  parlant  de doctrines privée qui égare

Comment interpréter ?

Le sacerdoce selon Benoît XVI :le prêtre est un autre Christ

30 juillet, 2009

 Dans sa lettre du 19 juin adressée aux prêtres, le pape avait surtout cité des phrases du  curé d’Ars 

Le 24 juin, le pape précise sa pensée le 24 juin  sur le sacerdoce  ,en  théologien, avec des termes techniques et très  savants  Il existe selon lui 2 conceptions du sacerdoce  Le sacerdoce : un service :une fonction   une conception socio-fonctionnelle qui définit l’essence du sacerdoce avec le concept de “service” : le service à la communauté, dans l’exercice d’une fonction…  Le sacerdoce  transforme profondément l’homme et en fait  un nouvel être,  un Alter Christus   D’autre part, il y a la conception sacramentelle-ontologique, qui naturellement ne nie pas le caractère de service du sacerdoce, mais le voit cependant ancré à l’être du ministre et qui considère que cet être est déterminé par un don accordé par le Seigneur à travers la médiation de l’Eglise, dont le nom est sacrement » 

**

Le prêtre est le serviteur de la parole  La prédication chrétienne ne proclame pas des « paroles », mais
la Parole, et l’annonce coïncide avec la personne même du Christ, ontologiquement ouverte à la relation avec le Père et obéissant à sa volonté. Un service authentique à
la Parole exige de la part du prêtre une profonde abnégation de soi, jusqu’à dire avec l’Apôtre : « Ce n’est plus moi qui vit, mais le Christ qui vit en moi ». 
Le prêtre ne peut pas se considérer comme «maître» de la parole, mais comme serviteur. Il n’est pas la parole mais, comme le proclamait Jean le Baptiste, dont nous célébrons précisément aujourd’hui
la Nativité, il est la « voix » de
la Parole : « Voix de celui qui crie dans le désert : préparez le chemin du Seigneur, rendez droits ses sentiers » (Mc 1, 3). 
Or, être « voix » dela Parole, ne constitue pas pour le prêtre un simple aspect fonctionnel. Au contraire, cela présuppose une substantielle « perte de soi » dans le Christ, en participant à son mystère de mort et de résurrection avec tout son moi : intelligence, liberté, volonté et offrande de son propre corps, comme sacrifice vivant (cf. Rm 12, 1-2). Seule la participation au sacrifice du Christ, à sa khènosi, rend l’annonce authentique ! Tel est le chemin qu’il doit parcourir avec le Christ pour parvenir à dire au Père avec Lui : que s’accomplisse « non ce que je veux, mais ce que tu veux » (Mc 14, 36). L’annonce, alors, comporte toujours également le sacrifice de soi, condition pour que l’annonce soit authentique et efficace.  Le prêtre ,un alter Christus Alter Christus, le prêtre est profondément uni au Verbe du Père, qui en s’incarnant a pris la forme d’un serviteur, est devenu serviteur (cf. Ph 2, 5-11). Le prêtre est le serviteur du Christ, au sens que son existence, configurée à Lui de manière ontologique, assume un caractère essentiellement relationnel : il est en Christ, pour le Christ et avec le Christ au service des hommes. Précisément parce qu’il appartient au Christ, le prêtre est radicalement au service des hommes : il est ministre de leur salut, de leur bonheur, de leur libération authentique, mûrissant, dans cette assomption progressive de la volonté du Christ, dans la prière, dans le « cœur à cœur » avec Lui. 

Telle est alors la condition inaliénable de toute annonce, qui comporte la participation à l’offrande sacramentelle de l’Eucharistie et la docile obéissance à l’Eglise.

Comment former les futurs prêtres ? selon Mgr Bruguès

30 juillet, 2009

En  juin 2009,au Vatican , Mgr Bruguès, secrétaire de la congrégation pour l’éducation catholique prononça devant les recteurs des séminaires pontificaux un discours stupéfiant qui fut publié en France dans « la documentation catholique »

**

 Stupéfiant, car il préconise un véritable lavage de cerveau et montre un profond mépris pour les jeunes candidats au sacerdoce

Il va jusqu’à employer des termes utilisés par les gourous des sectes ou pire par les chefs des camps de « récalcitrants » dans les pays totalitaires 

**

« Les jeunes qui se présentent dans nos séminaires ne savent plus rien ou presque de la doctrine catholique, de l’histoire de l’Eglise et de ses coutumes. Cette inculture généralisée nous oblige à effectuer des révisions importantes dans la pratique suivie jusqu’à présent.

La rééducation Tout d’abord, il me paraît indispensable de prévoir pour ces jeunes une période – un an ou plus – de formation initiale, de « rééducation », à la fois catéchétique et culturelle. 

Les programmes peuvent être conçus de différentes manières, en fonction des besoins spécifiques de chaque pays. Personnellement, je pense à une année entière consacrée à l’assimilation du Catéchisme de l’Eglise Catholique, qui se présente comme un résumé très complet »

 

 Commentaire

Certes ! Il faut sans cesse  DE-Penser ,penser autrement comme le préconise déjà Descartes et plus proche de nous Derrida mais cette remise en question doit provenir du plus profond de nous mêmes 

La rééducation est un lavage de cerveau  imposé par un autre

  

On peut vraiment bien les manipuler car ils n’ont aucune culture  .

« Les jeunes qui entrent au séminaire savent qu’ils ne savent pas. Ils ont humbles et désireux d’assimiler le message de l’Eglise. On peut travailler vraiment bien avec eux. Leur manque de culture a ceci de positif qu’ils ne traînent plus avec eux les préjugés négatifs de leurs aînés. C’est une chance.

Nous sommes donc amenés à construire sur une « table rase » »

Surtout éviter tout esprit critique   

 « Cela implique que les enseignants et les formateurs renoncent à une formation initiale caractérisée par un esprit critique - comme ce fut le cas de ma génération, pour laquelle la découverte de
la Bible et de la doctrine a été contaminée par un esprit de critique systématique – et à la tentation d’une spécialisation trop précoce : précisément parce qu’il manque à ces jeunes le background culturel nécessaire
. »

**

Et Mgr Brughes d’ajouter quelques réflexions

 « Est-il vraiment nécessaire, par exemple, de donner à des jeunes qui n’ont jamais appris le catéchisme une formation approfondie en sciences humaines ou en techniques de communication? »

Et le mot final qui est vraiment révélateur

Il faut réinterpréter les enseignements du concile  

« Vous devez assurer harmonieusement le passage d’une interprétation du concile Vatican II à une autre et, peut-être, d’un modèle ecclésial à un autre. Votre position est délicate mais elle est absolument essentielle pour l’Eglise ».

12