Archive pour la catégorie 'Art Africain'

Aaron Douglas (1899-1979 )

19 novembre, 2016

A Paris au musée Branly  on peut voir en ce  mois de novembre 2016 une exposition passionnante sur les artistes africains -americains parmi eux  Aaron Douglas

**

En 1925, Aaron Douglas  s’installe à  Harlem et de suite  dessine des illustrations pour des revues  en particulier pour  la « crise » qui est le magazine  le plus important de la « renaissance d’Harlem »  .Il fait ainsi connaissance avec W.e.b Dubois qui a créé « l’association pour la promotion des gens de couleur »(NAACP)  

**

Douglas est considéré comme le «père des arts afro-américains». mais il n’aimait pas ce titre

«Ne m’appelez pas le père des arts afro-américains, car je ne suis qu’un fils d’Afrique,».

En 1931 , il se rend à Paris pour étudier les artistes français          .

En 1940, il déménage  et se rend à Nashville , et fonde le département d’ art à l’Universite Fisk où il  enseigne pendant 27 ans.

**

  »Douglas est le premier peintre de Harlem Douglas, un pionnier africaniste, qui  a accepté l’héritage des arts ancestraux d’Afrique et a développé son propre style original, le symbolisme géométrique » (David C. Driskell

 

 Aaron-Douglas

rêve de liberté et de lumière

Aaron-Douglas-2 

La renaissance d’Harlem  

 

Romare Bearden (1911-1988)

19 novembre, 2016

A Paris au musée Branly ,on peut voir en ce  mois de novembre 2016 une exposition passionnante sur les artistes africains -americains parmi eux  Romare Bearden

**

Romare Bearden est un peintre africain américain  

célèbre surtout pour son « block »

qui est un mélange de collages, de peinture ,de dessins sur la vie à Harlem qu’il voyait à partir du balcon de son ami

 Albert Murray

« quand je lui rendais visite j’étais fasciné par ce que je voyais depuis sa fenêtre ; les couleurs ,les formes et la vie   

Romare-Bearden1

il représente la vie la mort ,les monuments ,les pietons   

les pompes funèbres ,les bars  les salons de coiffure

Il devinait la vie au-delà des murs, entre ciel et terre  

une vie rythmée par le  jazz et les gospel

une vie de bohême mais aussi de piété

 **

en 1969 il proteste violemment

car les artistes africains sont superbement  ignorés

lors de l’exposition « Harlem on my mind » au métropolitain muséum

 

Romare Bearden

   

Théo Mercier : Les masques africains

23 septembre, 2016

Théo Mercier a présenté son installation

sans de mauvaises intentions

Il voulait honorer tous les africains qui meurent

en traversant la méditerranée

 

Mercier-Theo

 

Mais sans le vouloir

il ne peut que vexer et faire saigner davantage les africains

car ces masques volés par des colons

rejetés par des missionnaires

ou achetés par des touristes  

puis vendus par les antiquaires

et mis dans les musées

sont les images de leurs ancêtres qu’ils vénèrent  

L’art religieux africain et le Christianisme

3 juillet, 2016

Les statuettes des ancêtres

Vénérer les  ancêtres

c’est avoir un profond respect pour l’homme 

c’est l’Ancien qu’on vénère 

c’est la foi en l’au-delà

c’est une certaine foi en la résurrection

C’est une relation avec la vraie vie

Cliquez ICI 

**

Les fétiches

Qu’ils soient  bons ou mauvais

les fétiches servent à prier

pour ceux qui recherchent une protection

une guérison

une force

« Demandez et vous recevrez »

Si la demande est bonne 

si le cœur  est bon

pourquoi Dieu n’écouterez t il pas celui qui prie humblement ?

 **

Les masques Africains

Mettre un masque en occident c’est pour se cacher ou pour rire 

Mettre un masque en Afrique

C’est sérieux

C’est changer de vie

c’est se perdre soi même

pour prendre l’esprit du masque

et vaincre l’ennemi de la vie 

*

Cc’est changer de cœur

changer de vie

devenir un homme nouveau

N’est ce pas ce que nous demande saint Paul ?

Contrairement à l’égocentrisme de la supplication …l’homme s’oublie au profit de la divinité  ou de l’Esprit qu’il vénère…Le masque permet  à l’être humain d’abandonner sa propre identité pour revêtir celle de la divinité (Mikanza CERA N°31 p 256)

**

Mgr Sanon « l’évêque des masques » nous dit  aussi

«il ne faut pas prendre le masque pour une religion, mais un trait d’union entre deux mondes; celui des êtres vivants et celui des êtres invisibles, mais dont la présence, les faits et les gestes nous sont relatés par l’intermédiaire du masque».

Cliquez ICI 

** 

La divination

Le devin exhorte ,avertit des dangers …il protège ,il guérit, chasse les mauvais esprits

n’est il pas le bon pasteur de l’évangile ?

Cliquez ICI 

**

Le devin nous aide

à voir Dieu

à voir clair

à connaître la vérité 

« je suis la lumière du monde » dit Jésus

(voir cahier des religions africaine N° 31 et 32(1982)

Les drapeaux Africains dans l’art contemporain

11 décembre, 2012

L’U.A.

L’union africaine

tant désirée

mais si difficile à construire

….

Les artistes en rêvent

 

Pascale  Marthine Tayou

camerounais

a exposé tous les drapeaux africains

lors d’une exposition à Bruxelles

en 2003

avec une installation appelée

Afrosisiaque 

Les drapeaux  Africains dans l’art contemporain  dans Art Africain pascale-marthine-tayou-drap

**

EdwigeAplogan

Beninoise

Comme Christo

qui avait « habillé » le pont Henri VI à Paris  

elle a recouvert

des monuments de son pays avec des drapés

non plus pour cacher le monument

et donner l’envie de les revoir

mais pour réunir ensemble tous  les drapeaux africains

et donner l’envie de l’unité Africaine

 edwige-aplogan dans Art Africain

**

Mais quelle déception

l’Afrique non seulement reste divisée

mais elle est outragée

mis au rebut de l’humanité

par des puissances qui ne cesse de l’exploiter

**

D’où l’installation  de Barthelemy Toguo

qui présente

lors de la biennale d’art contemporain  2012 au Benin

un sac poubelle

formé avec des drapeaux africains

toguo-poubelle

**

Ces artistes,

las ,qui veulent la paix

transforment  des armes en œuvre d’art

cliquez  ICI


 

Les armes et les artistes africains

11 décembre, 2012

La guerre ! La guerre !

toujours la guerre !

en Afrique

depuis les indépendances

**

D’abord  au Mozambique, en Angola

puis en Sierra Léone et au Liberia

et même en  Côte d’ivoire 

puis au Tchad et au Darfour

en Somalie 

en RDC ….

et maintenant au Mali

**

Jusqu’à quand ?

jusqu’à quand ?

On en verra donc jamais la fin ! 

**

Des armes par milliers

des armes vendues fabriquées

par les grandes puissances

des armes dans les mains des enfants

des armes utilisées par des désespérés, des exploitées

ou par des cyniques avides de pouvoir et d’argent

des armes pour défendre des idées

ou pire !

des armes qui tuent au nom de Dieu

 **

Trop ! C’est trop !

 A leur façon les artistes africains

rechignent, exigent la paix

Qu’on  en finisse donc  avec ces armes

qu’on les range

qu’on les supprime

qu’on les recycle  

mais pour la paix

 **

Gonçalo Mabunda

au Mozambique

expose 

à art Paris 2011

un trône destiné à Romeo et Juliette

deux amoureux  

mais ce trône est fait avec des armes

                Les armes  et les artistes africains dans Art Africain goncalo-mabunda-300x210

**

Freddy Tsimba

construit une case avec des machettes

Et l’expose à la biennale  d’art contemporain du Benin de 2012

        freddy-tsimba-case1 dans Art Africain

**

Partout des artistes anonymes les imitent

pour exprimer leur ras le bol

et leur désir de paix

   Cliquez ICI 

 

 

Le Benin est il vraiment le quartier latin de l’Afrique ?

6 décembre, 2012

Pourquoi donc dire

que  le Bénin est le quartier latin de l’Afrique ?

**

La colonisation 

On dit que ce titre lui fut décerné  

pendant la période de la colonisation

  **

Mais en cherchant partout sur internet

on en trouve aucune confirmation

 **

Au contraire ce titre devrait  plutôt revenir au Sénégal

où se trouvait la fameuse école de Ponty

le berceau des premiers  instituteurs de l’AOF

la future élite de cette région de l’Afrique  

Cliquez ICI

**

Et ce fut à Dakar que ces instituteurs

s’exprimaient déjà dans le journal « Dakar jeunes »

Où l’on trouve des

 articles de Mamadou Dia et d’Ousmane Socé Diop,

…du médecin soudanais Daouda Diawara (Ponty 1926-1928),

 du médecin béninois Émile Zinsou (Ponty 1934-1936),

de l’instituteur voltaïque Ouezzin Coulibaly (Ponty 1928),

**

Certes

ces anciens de l’école normale de William Ponty

se manifestèrent aussi

à la même période

au Dahomey

en s’engageant davantage au niveau politique

**

Clément Lokossou a montré comment, dans les années 1930,

 le journal La Voix du Dahomey permet la mobilisation des élites lettrées autour de questions

comme l’éducation, la chefferie ou les malversations de l’administration locale (Lokossou 1975).

http://etudesafricaines.revues.org/5458

**

Entre-deux guerres, la scolarisation au Dahomey, grâce aux missions religieuses, fut très importante, Notamment dans le Sud, le Dahomey fut l’un des principaux foyers politiques et intellectuels de l’AOF. De nombreux partis politiques furent fondés dès cette époque tandis que se développait une presse d’opposition au système colonial.

**

Le passé culturel du Bénin

Le Bénin ne mériterait il pas ce titre

plutôt

à cause de son riche passé culturel

issu du royaume de Dahomey ?

Cliquez ICI

**

Ou à cause du vaudou

qui marque de son empreinte

toute la culture du pays

Cliquez ICI

**

Les biennales

En tous les cas en cette année 2012

Le Sénégal et le Bénin se font concurrence

en présentant 

A Dakar et à Abomey

une biennale d’art contemporain

cliquez ICI


 

Les biennales d’art contemporain 2012 au Bénin

5 décembre, 2012

Parmi les artistes

présent lors des biennales du Bénin

certains nous intéressent  davantage que d’autres

d’abord parce qu’ils sont Béninois

et ensuite parce qu’ils sont profondément enracinés dans leur culture

**

Ces artistes n’ont rien à apprendre des occidentaux

Ils sont parfaitement dans leur élément

dans l’art contemporain 

Ce n’est pas pour rien  que Picasso

ou des peintres cubistes se sont inspirés de l’art africain

**

On voit souvent

dans les rues des grandes villes  africaines

des enfants en train de jouer

avec des autos en fils de fer

**

On voit sur les étals de  marchés pour touristes

des faux fétiches à clous

ou des masques soi disant « antiques »

**

Les artistes contemporains africains

à leur tour   

avec du matériel de récupération

expriment  leurs convictions

leurs révoltes ,leurs revendications

**

Ainsi

 Romuald Hazoumé (Porto Novo)

qui écoeuré par l’exploitations des compagnies pétrolières

forme des masques avec des bidons

Cliquez ICI   

 **

ou   Gérard Quenum (Porto Novo) 

qui fait référence à des croyances du vaudou

en représentant des jumeaux ou des poupées

Cliquez ICI

**

ou

Cyprien Tokoudagba

homme nostalgique du vaudou  

et de l’ancien royaume du Dahomey

cliquez ICI

**

Camille Azangpo

Il n’est pas du Bénin 

Mais n’en est pas loin

puisque né à Lomé

**

Lui, il recueille des débris de vieilles bassines

pour reproduire des visages

cliquez ICI

**

Deux autres

qui ne sont

pas du Benin

font un tabac  pour leur installation

**

L’un

Freddy Tsimba

Originaire de RDC ,un pays perpétuellement en guerre 

Il installe une  « case machette »

**

L’autre

Barthélemy Toguo

expose un sac  poubelle

fait avec tous les drapeaux afracains

Cliquez ICI

 http://www.jeuneafrique.com/Article/ARTJAWEB20121112121019/

La femme ,pilier du monde au Musée Dapper de Paris

8 janvier, 2011

 

Il est souvent intéressant et très instructif 

dans un musée 

d’écouter les commentaires fait par des éducateurs ou des éducatrices à de jeunes enfants 

Cela m’est arrivé en visitant l’exposition sur Basquiat au MAM 

et de nouveau au musée Dapper 

où le commentaire était fait par une jeune africaine 

** 

voici ce qu’elle disait  à propos d’un trône Songho 

soutenue par une femme 

« Beaucoup et sans doute des européens y voit là le mépris pour la femme 

qui est la servante de l’homme » 

mais la jeune africaine avait une toute autre interprétation qui est sans doute la vraie 

car cela correspond au respect de la femme 

dans l’ancien empire du Congo 

 

 

 

siegeroyalsongho.jpg

 

 

        Agrandir 

 

la femme n’est pas une servante 

C’est Elle qui soutient le royaume 

 

C’est elle qui soutient la trône   

c’est un pilier de la société 

Sans la femme qui engendre… pas de société 

Pas de peuple ,pas de roi 

il faut la vénérer 

 

 

Dans la bible, Eve est appelé la mère des vivants 

ce n’est que plus tard que Eve fut rejetée pour avoir donné la pomme 

le soi disant péché des origines 

  

 

Basquiat : De la peinture ,des traits, une culture ,de l’histoire

17 décembre, 2010

 

Les peintures de Basquiat au musée d’art moderne de Paris

ressemblent à rien !

Il n’imite personne

Il ne peut être imité

C’est du Basquiat  

Inutile d’être érudit, on le reconnait au premier coup d’œil

Mais ce n’est pas importe quoi !

De la peinture, puis des traits ,une culture et de l’histoire

Et non pas toujours la même merde « SAMe Old Shit »

comme il le disait lui même  au temps ou il signait SAMO sur les murs

**

De la peinture !

Des masses de peinture !

vivement projetées

dégoulinantes,

souvent lumineuses.

Malgré les sujets graves abordés

on entre dans certaines salles avec jubilation tant il ya de couleurs

**

Des traits

Et non du dessin 

des traits fins

des traits épais

des épines

des échelles ou des colonnes vertébrales

des dents déchaussées

des yeux sanguinolents

Des yeux d’hallucinés

**

La culture des marginaux   

Des dessins d’enfants

Des dessins qui rejettent tout l’enseignement académique  

Peu importe la moquerie !

Peu importe ce que les autres en pensent  

Il faut de l’audace pour peindre ainsi !

Il faut oser !

Des toiles souvent volontairement inachevées 

Peu  lui importe les pourtours ,la finition 

Tout l’accent est  mis sur le sujet central

Peu importe le reste

De toute façon Basquiat est un rapide

puisqu’il fit plus de 1000 toiles en 10 ans 

basquiatlesrois.jpg  cliquez

La culture des noirs

Basquiat couronne tous les héros qui le font jubiler 

Charlie Parker et les jazzmans

Classius Clay et les boxeurs .

Les couronnes sont partout,

mais ce sont  souvent des couronnes d’épines

Car c’est aussi l’histoire de l’esclavage

histoire de la fracture sociale ,raciale 

D’un côté,les noirs si maigres ,qu’on peut voir leurs fémurs  leur colonnes vertébrales au travers de leur peau

De l’autre côté se trouvent les  gratte-ciel de la ville des blancs

Pourquoi ,la  peinture dégoulinante ressemble t elle à des larmes ?

**

La culture artistique Par hasard, Basquiat rencontra Warhol   

 

Ils devinrent  amis

au point de faire ensemble quelques toiles

Dans ce cas, on reconnaît de suite la marque de chacun

Le noir révolté et le blanc satisfait

L’un peint du sang , « de la merde »

L’autre est propre, rationnel ,enfant de la pub

C’est la vie ou la mort  

Mais où est la vie ?

 est la mort ?

**

La religion 

Basquiat représente un prêtre ,des prophètes ,un ange déchu, des diables  

des saints, non  plus couronnés, mais auréolés d’épines

N’a t il pas dit

 « c’est la fin des religions laveuses de cerveau et des philosophes bidons »

Il représente aussi des masques africains avec les yeux en diagonale

et les clous des fétiches

Est-ce le souvenir de la magie du Vaudou ,révélé par son père haïtien

**

Les Supports 

Basquiat est  un rapide

Basquiat est mobile

Il veut évoluer

en particulier en changeant de support

Pourquoi toujours la toile et l’huile ?

**

Ce fut les murs de New York

Ce fut le frigidaire de sa cuisine

Ce fut les casques de motos

Puis il dessine sur du papier  

Il peint avec de l’acrylique sur toile

fait du collage

Travaille sur du papier boursouflé collé sur toile  

puis de nouveau sur du  bois

il encadre ses tableaux et punaise ses toiles

il va jusqu’à faire  un triptyque comme les anciens

mais avec des déchets  de bois et des charnières en acier

Sur chaque  volet il a placé les 2 saints

d’un côté Wahrol et de l’autre son portait

 

12345