Archive pour la catégorie 'Afrique de l’Ouest'

Samory (1830- 1900) fondateur d’un empire

3 juillet, 2017

L’histoire de Samory  et sa personnalité ressemble un peu à celle de son contemporain  Msiri

**

Ils sont né la même année en 1830

Comme Msiri Samory fut d’abord un commerçant 

Comme lui, il devient chef de guerre et  crée un empire

Comme lui ,il est vaincu par les colonisateurs 

Cliquez ICI 

Yves Person et F Ligier le racontent dans leur livre « Samori :La renaissance de l’empire mandingue »

**

Sa mère

Msiri avait des liens très intimes avec son père

Samory, lui, était très attaché à sa mère

En 1848, sa mére , Masorona Camara, est capturée  par le  clan Cissé, et réduite en esclavage

Samory est prêt à tout pour la libérer

il se rend à la cour des Cissé , s’agenouille devant le monarque

« … Accepte moi parmi tes guerriers et .bientôt j’aurais gagné la rançon de Masorona  (p 26)

C’est ainsi que de marchand qu’il était, Samory devint guerrier 

et servit pendant  5 ans son nouveau monarque

**

Chef de guerre

Il se sauve avec sa mère

et fort  de sa nouvelle expérience ,il décide de former une armée avec des hommes de son peuple les Camara

en 1861 il se nomme  chef de guerre à Dyala

**

Kankan

en 1867  Samory se convertit

pragmatique et  non forcement par conviction  il devient musulman 

Il ne manifeste aucun fanatisme et enrôle dans son armée  ,ce qui rassure son entourage, un nombre suffisant d’animiste Camara. Chacun pratique comme il le désire ,du moment qu’il sait obéir et se montre courageux ( p 38)

**

En 1875 les commerçants kaba musulmans de Kankan ,riches et prospères

se sentent  de plus en plus menacés par les animistes et cherchent un défenseur 

Samory n’hésite. Il répond immédiatement à l’appel ( p 46)

il les aide

mais dans une société où la science et la connaissance des livres saints paraissent indispensables ,le nouveau converti fait figure d’ignorant ( p 75)

l’illettré apprend à lire l’arabe avec l’aide d’un des plus éminents savant de la ville, Karmoko Sidiki (p 76)

Il ne sera vraiment le maitre de Kankan qu’en 1881 en chassant les kaba de la ville  

en 1884 il se fera nommé Almany

**

Combats avec ses voisins

En 1878 il se proclame  Faama (« dirigeant militaire ») de son Empire Wassoulou. et  choist Bissandougou comme capitale

Il continue ses conquêtes    

Au nord ! Il menace Amadou le fils et successeur  du grand « el Hadj Omar » l’empereur  toucouleur

Cliquez ICI  

En 1880 il retourne chez les Cissé mas cette fois pour les vaincre

**

Sikasso

En 1887 Il met le siège devant la ville de Sikasso tenue par Tieba Traore

Cliquez ICI 

Sikasso est entourée par une imposante muraille en terre  qui  avait un périmètre de 9,5 km; une épaisseur de 6 mètres à la base et 2 mètres au sommet et d’une hauteur variant de 4 à 6 mètres

En 1888 .Samory l’assiège pendant des mois 

En vain !

on lance même  une rumeur pour le discréditer .On dit qu’il est mort

Une grande partie des clan Camara  en profite pour se révolter  (p 87)

Samory abandonne donc le siege et retourne chez lui pour rétablir l’ordre

**

Les Français

Samory va être aussi « stoppé net » dans ses conquêtes par l’arrivée des français

 qui déjà en 1883  avait pris Bamako

Cliquez ICI 

La guerre entre Samory et les français

2 juillet, 2017

En 1880 Samory avait 50 ans ; En 50 ans, il était devenu le chef du grand empire Wassoulou  dont la capitale était Bissandougou

cliquez  ICI 

mais  il va désormais avoir à faire aux francais qui viennent occuper la terre qu’on leur a donné à Berlin en 1885

Yves Person et F Ligier nous le raconte dans le livre « Samori :La renaissance de l’empire mandingue »

**

Antoine  Combes

En 1885 ,le premier combat contre  les français eut lieu avec le gouverneur Antoine Combes qui veut  de prendre possession des mines d’or de Buré,, ne craignant pas « le petit chef nègre »

Mais combes fut bien surpris car Samory contre-attaque ;

 Celui-ci non seulement recouvre les terres occupées ,mais pourchasse  les francais qui ont du mal à fuir (p 69)

**

Le commandant Archinard

En 1890 le commandant Archinard  pénètre à Ségou

En 1891 il pénètre sur les terres d’Amory

En 1893 il  s’empare de Djenné

**

Les terres brulées

Samory est mal armé

Il essaye d’acheter  des armes dans le golfe de Guinée tandis que  les Français arrivaient par le Mali

mais la route du sud est bientôt bloquée 

Certes il a des  forgerons capables

les forgerons de Samory accomplissent des prodiges  parvenant à réparer puis à fabriquer des fusils ,de la poudre ,des cartouches p 84

mais les européens sont toujours supérieurs

**   

A partir de en 1891 Samory, se sachant  plus faible , va donc pratiquer la politique  de la terre brûlée

il brule  tous les villages…Il ravage toutes les plantations à l’arrivée des ennemis 

Tout n’est plus que cendre

En 1891 quand il comprend que Archinard veut occuper Kankan il  ordonne l’évacuation et la destruction de la ville (p 100)

En avril 1891 Archinard arrive dans la capitale de Samory à Bissandougou

mais il ne peut pas rester

comment bivouaquer aux milieu de ruines ? (P 101)

**

L’exode

En 1892 il décide de s’exiler

il part avec tout son peuple vers la côte d’ivoire

à l’Est  de Kankan

autour de Kang  au nord de Bouake et au sud de Sikasso

et là il crée un nouvel empire

ce ne fut pas facile

car beaucoup  préférèrent la présence française à l’exil (p 107)

**

La chute de Sikasso

Le maitre de Sikasso s’est réconcilié avec Samory pour lutter contre les Français

Cependant  en mai 1898, les français prennent la forteresse « imprenable » de Sikasso en quelques jours

ainsi finit une des places fortes les plus prestigieuses de l’Afrique  .. ;Il a fallu 15 jours seulement (p 134

**

Le retour

En l’apprenant cette défaite de celui qui était devenu son ami, Samory est bouleversé, Il décide  d’arrêter le combat

Il est fatigué .Il a prés de 70 ans ,il veut la paix  

et retourne avec tout son peuple dans son pays d’origine

**

Ce retour fut  épouvantable

Ils étaient 100.000

Derrière la horde samorienne  s’élève une écœurante odeur de cadavres qui se décomposent ;Les sources sont polluées, les rivières  transportent des débris d’êtres humains ;Dans le ciel tournoient  les vautours ( p 144)

**

Prisonnier   

En septembre 1898  au cours  de cet exode que le capitaine Gouraud surprend  l’improviste Samory

il était 7 heures du matin …Samory devant sa case lisait comme à son habitude le coran(p 149)

**

Il est exilé au Gabon. et  meurt en captivité en 1900 des suites d’une pneumonie.

Le réveil de l’Islam au XIXés en Afrique de l’Ouest

29 avril, 2017

Au sud du Sahara l’islam radical se réveilla au cours du 19é siècle

(histoire générale de l’Afrique edt unesco tome VI)

 **

Karim Al Maghili

Des pieux  musulmans avaient lu et répandu le traité  « l’obligation des princes »  du maghrébin Karim al Maghili  ( mort vers 1503). qui avait  déclaré  que

« les souverains syncrétistes  étaient des incroyants et que les musulmans avaient le devoir de mener le djihad contre  eux …ces chefs et ces lettrés ont enveloppé la vérité d’un voile de mensonge , amenant un certain nombre de musulmans à s’égarer»  (p  585)

Cliquez ICI  

ils réagirent donc contre le ‘laisser-aller ‘des autorités musulmanes et leur tolérance vis à vis des religions animistes

**

Les wahhabites

La prise de La Mecque (1803) puis de Médine (1805) par les fondamentalistes wahhabites impressionnèrent profondément les musulmans de l’Afrique de l’Ouest ,dont al Hadj Umar fondateur de l’empire des toucouleurs  

**

L’arrivée des français

Le pouvoir grandissant des français  dans la région heurtait profondément les convictions religieuses des musulmans ;  

Al hadj Umar irrité par l’expansion militaire et économique des francais au Fouta Toro et dans la pays voisins

 lança cet avertissement

« que chaque homme sensé à toutes les époques de histoire de humanité sache que ceux qui se mêlent des affaires temporelles  ,comme les chiens infidèles, les rois félons et le ulémas corrompus connaitront l’humiliation et la déconvenue en ce monde et dans l’au-delà (p 568)

**

La Tijaniyya

Ce renouveau fut aussi occasionné par la  la confrérie de la Kadiriyya et surtout par la naissance de la Tijaniyya

établie à Fez en 1789 et  qui attire beaucoup d’adeptes  dont  Hadj Umar Tall  lui même   

**

Ces adeptes vont former le noyau de moudjahidines à l’origine du réveil islamique

ce sont des mystiques tout dévoués à leur Sahykh

des hommes cultivés

des hommes austères ,ascétiques

qui sont  tout le contraire, des dirigeants corrompus

**

Le contexte social

La population en détresse se confie facilement à cette élite  issue des confréries

tels que les  peuls du Macina et de Sénégambie  qui habitent le Fouta Toro et qui sont dominés par les Bambaras  

« l’asservissement des Fulbe (Peuls) et le pillage de leur bétail sont les  principales raisons qui les poussèrent à s’allier  à Sekou Ahmadou »

**

Les dynasties régnantes, les lettrés, les marchands avaient  encore besoin de gens serviles et d’esclaves

« les esclaves étaient employés aux travaux  agricoles ,aux taches domestiques et au combat…quant aux pauvres libres la crainte d’être  privées de leur liberté les poussaient  à chercher refuge auprès des réformateurs »( p 592)

 **

Ce réveil des « mystiques » et l’engagement des exploités  fut à l’origine du djihad

et  de la création de nombreux califats

grâce en particulier  à 3 réformateurs charismatiques  

Othman dan fodio

Cliquez ICI 

et Sekou Amadou

cliquez ICI 

tous les 2 affiliés à la confrérie Kadiriyya

et Al Hadj Omar  affilé à la Tijani  

Cliquez ICI   

Othman dan Fodio (1754-1817) L’empire peul et le califat de Sokoto

26 avril, 2017

Othman dan Fodio, est un toucouleur né  à Gobir une des 7 cités Haoussas au nord du nigeria en  1754  

Cliquez ICI 

**

Un enseignant

Dan fodio prêche pendant plusieurs années dans les Etats Haoussa et ecrit plus d’une centaine de livres sur la religion et la société dont le plus fameux ‘Kitab al farq » contre les seiugenrus Haussa Il est un prediavteur écouté ,et un rmemarqueble orateur 

Il critique les élites musulmanes africaines  qu’il trouve trop cupides , trop attachées à des coutumes païennes et pas assez respectueux envers la Charia

Il encourage l’ alphabétisation et l’ érudition, pour les femmes autant que pour les hommes

Ses disciples  le considèrent  comme un « réformateur de l’ Islam » d’ inspiration divine. 

en 1801 il échappe de justesse à un attentat

 **

Le Djihad

Usman avait  des visions de Qadir al Djilani qui prêchait un islam pacifique  

Cliquez ICI   

,mais en même temps il était très influencé par le radicalisme de Al Maghili qui préconisait  le Djihad

Cliquez ICI   

**

En 1804 , à l’âge de 50 ans ,cet « homme de Dieu »  n’étant  pas écouté et souvent menacé se proclame «  commandeur des croyants » et  rassemble   une armée pour faire le djihad

 Il envahit le pays haoussa,  grâce à la supériorité de la cavalerie peule et surtout de l’appui du sultan d’Agadez,

il rompt avec le roi de Gobir avec qui il était en bon terme

En 1805 il obtient la soumission des chefs musulmans de katsena, Kano ,Daura et Zanfara

en 1807 les frontières occidentales de Bornou sont conquises  et le Bornou perdit  une partie de son territoire  ( histoire générale de l’Afrique Unesco  VI p 635)

Othman établit sa capitale à Sokoto

**

Organisation du Califat de Sokoto

En  quelques années, Othman dan Fodio créée le califat peul de Sokoto et  publie un livre pour expliquer la nouvelle organisation de son empire

Les rois haoussas furent remplacés par des émirs qui devaient être pieux p 608

Ces émirats étaient placés sous l’autorité du calife de Sokoto

« les peuls  Fulbé élément principal  des troupes engagés dans les guerres saintes devinrent les aristocrates par exellence du soudan occidental » (p 596)

**

Les relations avec Tombouctou étaient excellentes mais  elle furent plus confuses quand se forma le califat de Macina

Quant au Borno,il était l’ adversaire et le voisin le plus important du califat

En  1815 Othman transmet le titre de sultan de Sokoto à son fils Mohammed Bello

Il meurt de la lèpre

Il est enterré à Sokoto. en 1817

**

Mohammed Bello régna pendant  20 ans avec sagesse et fermeté et meurt en 1837  

En 1850, Bornou s’étendit à l’ Ouest et l’empire peul qui englobait toutes les cités haoussas atteignit l’apogée de sa puissance .ll s’étendait  sur 1500 km d’Ouest en Est sur la frontière entre  le Niger et le Nigeria

 

Sokoto

 

Le rôle important de Dan fodio

Dan Fodio est le premier à faire le djihad en Afrique au 19é siécle

D’autres vont l’imiter  

Sékou Amadou, fondateur du califat de Macina

El Hadj Oumar Tall  fondateur de l’ empire Toucouleur, de segou

Samory Touré fondateur de l’ empire Wassoulou,

Modibbo Adama fondateur de l’empire Adamawa’

Sekou Ahmadou (1776-1844) Califat de Macina

25 avril, 2017

Sékou Amadou  était un marabout peul  qui fonda le califat du Macina.

il ne connaissait pas Othman Dan Fodio ,mais il lui vouait admiration et respect

**

Né dans une famille pauvre ,il est pasteur et garde les troupeaux   

Il reçoit  un enseignement coranique à Djenné

il rêve de libérer son peuple, avec l’aide des Fulbés, du joug des bambaras en majorité  animistes

 « l’asservissement des Fulbe (Peuls) et le pillage de leur bétail sont les  principales raisons qui les poussèrent à s’allier  à Sekou Ahmadou » 

(Histoire générale de l’Afrique Tome Vi p 589ss)

 **

en 1818 Il  livre une première Bataille contre les peuls animistes 

en 1819 il conquiert  Djenné  et fait raser la grande mosquée  qui est ,à son avis, trop belle et il en construit  une nouvelle.

il crée une nouvelle capitale  Hamdallaye (loué soit Dieu)  située à proximité de Mpoti

Les fidèles étaient  obligés de réciter les prières 5 fois par jour sous peine d’amendes

**

Ce califat sera étendu par son fils jusqu’à Tombouctou.

Il reçoit du Calife de Sokoto le titre de Cheick

Il meurt , en 1844  et  son fils Amadou Sékou,lui succède .

Ahmadou et ses successeurs  furent ceux qui appliquèrent la Charia le plus sévèrement et le plus longtemps

Cliquez ICI 

**.

En 1862, l’empire, encore prospère, est attaqué par l’empereur Toucouleur El Hadj Oumar Tall  qui s’empare de Djenné et d’Hamdallaye.

Cliquez  ICI

Al Hadj Omar Tall (1794-1864) : Fondateur de l’empire des Toucouleurs

24 avril, 2017

Oumar Tall est né dans le Fouta toro  (Senegal )

Cliquez ICI 

Il est Toucouleur c’est à dire un métis de peuls et de sérères

 **

Jeunesse

Omar Seydou  Tall  voyage beaucoup, traverse  le Fezzan,

en 1827  il est reçu à Hamdallay  capitale des peuls fondé en 1818 où il est bien reçu par Sekou Amadou

puis à Sokoto 

en 1828 il se rend à La Mecque où il reçoit les titres d’El Hadj et de Calife de la confrérie soufi Tidjane , qui fut fondé par al -tidjani en 1781

Cliquez ICI 

Il étudie  à l’Université al Hazar du Caire, puis et chez le sultan du Bornou dont il épouse une fille, puis  à Sokoto où il époque aussi la fille

**

Un vrai croyant

En 1837 il part  avec une suite évaluée à 1000 personnes  il repasse à Hamdallaye ,mais cette fois on se mefie de lui

Il est moins bien accueilli

Il passe à Segou  .Il  est emprisonné par le roi animiste Bambara .

Lorsqu’il est relâché, il se rend dans le Fouta-Djalon et il crée une zaouïa  et prêche pendant 13 ans ,les preceptes de la Tijaniyya

Il fascine, il attire, il se fait des disciples 

Les jeunes préféraient cette confrérie ,car quelque soit leur origine et leur classe sociale ,ils pouvaient monter très vite en grade .ce qui n’était pas le cas dans la confrérie des la quadriya ,celle du roi de Macina

**

 

Djihad-d'Umar-Tall

 

Le djihad (1850 -64)

En 1850 il commence donc le Djihad

A Dinguiraye ,il crée une véritable armée de jeunes disciples attirés par le caractère démocratique et égalitaire de la Tijaniyya .

 **

Omar voulait certes  le règne d’Allah

mais avec l’arrivée des Français au Sénégal ,il voulait aussi créer un grand empire et réunir tous les petits royaumes pour avoir la force de lutter contre les « toubabs »

 **

 En 1851 il conquiert  le Mambouk et le Kaarta (1855-1857)

En 1854 il  prend  Nioro  et y reste 3ans

en 1857 les autochtones demande l’aide des français  

 **

Contre la France

Omar assiège donc le  fort de Médine, qui sera repris par le général  Faidherbe peu de temps après, grâce à une hausse inattendue des eaux qui entourent le fort

Les français ont gagné .c’est une lourde défaite pour Omar

Il doit reconstituer ses forces et réunit 40000 hommes pour reprendre le djihad

 **

Ségou

en 1861 Omar  part à la conquête de Ségou 

Ali Diara  roi de Ségou  et son peuple ,les bambaras étaient animistes

mais il se mettent sous la protection du roi du Macina Ahmadou III et devient musulman

Omar prend la ville et Ali Diara  est obligé de fuir

Omar fait détruire le palais de Segou qui était rempli de fétiches

 **

Le Macina  

Cliquez ICI 

 Le roi du Macina était musulman et membre de la Quadrya

El Hadj Omar ne voulait pas faire la guerre avec un musulman. Il essaie donc négocier avec le roi du Macina

En vain !

c’est donc la guerre

En 1862 Omar  attaque les peuls du Macina ,prend leur capitale de  Handallahi et Djenne  après trois batailles faisant plus de 70 000 morts.

 **

Ainsi en 10 ans el Hadj Omar était  devenu le maitre d’un empire qui s’étendait e Dinguiraye au Sahara et du Sénégal  à Tombouctou

 

Tombouctou

En 1864 les responsables de la Quadrya de Tombouctou  se rebiffent et fomentent une sourde révolte dans tout le nouvel empire

Omar ,surpris est obligé de se cacher  

Il se réfugie dans une grotte  près de  Bandiagara, et disparait  mystérieusement

Ainsi  se termine l’épopée de  celui qui restera le modéle des Samory et des Rabah

**

Son neveu  Tidiani Tall  reprendra la lutte et  installera la capitale des Toucouleurs à Bandiagara.

Les français occuperont  la région en 1893  

**

La Tijaniyya

El Hadj Omar gouverne avec un conseil comprenant des marabouts

Tandis que Dan fodio  était affilié a la confrérie des Qadiriyya

El hadj Omar  se rallie à la  Tijaniyya

Il s’inspire du modèle égypto-turc  en nommant un gouverneur civil (pacha) et un gouverneur militaire (Bey). Chaque province dispose d’une puissante forteresse

Al Hadj Omar  place  beaucoup d’esclaves à des postes de rang élevés ( 595)

mais les esclaves qui ne s’étaient pas ralliés aux mouvement du réveil restèrent esclaves selon ce qu’avait écrit Al Maghili

 « quiconque vous aurez  délivré parce qu’il prétendait être un musulman né libre, asservissez le de nouveau s’il devient évident que c’était un incroyant » p 596)

clqiuez ICI 

Tombouctou capitale religieuse et intellectuelle

15 avril, 2017

 

Les mosquées de Tombouctou

Elles sont toutes construites en adobe    

**

Mosquée de Djingareyber

Elle fut construite sous Kankan Moussa en 1325 quand il revint de La Mecque

un siècle après ND de Paris 

Elle peut accueillir 12000 fidèles

Cliquez ICI 

**

Mosquée de Sankoré

construite entre 1325 et 1433

Elle comprend la médersa qui est à l’origine d’une université islamique renommée dans toute l’Afrique de l’ouest.

Sous le régime du fondateur des songhayes  Sonni Ali Ber,elle recoit plus de  25 000 étudiants

Plus que la Sorbonne à la même époque 

Cliquez ICI

**

La mosquée de Sidi Yaya

terminée en 1440

Cliquez ICI

**

Les études à Tombouctou

L’élite religieuse du Soudan fut formé au XIVé et XVé siècle dans les université de Fez et de’Al-Azhar ,puis s’émancipèrent 

Tombouctou avait au 16é s , 180 écoles coraniques et des milliers d’étudiants venus du sahel et du soudan

A l’université, ils étudiaient  la théologie ,l’exégèse ,le droit ,la logique, l’astronomie ,les mathématiques ,l’histoire  Etc …

**

Les bibliothèques actuelles de la ville

 

L’ Institut des hautes études et de recherches islamiques 

Cet institut porte le nom de  Ahmed Baba (mort en 1627),qui fut  déporté à Marrakech en 1593 après la conquête de l’empire songhaï par le Maroc,

Ahmed Baba s’était plaint auprès du sultan parce que sa bibliothèque de 1600 livres avait été pillée.

Cliquez ICI 

**

Dans cet institut ,on  trouve  environ 30 000 textes,  principalement en arabe, incluant Corans, hadiths, fiq  grammaire, théologie, soufisme ,biographies du prophète.. ; prières,.. logique, philosophie, astronomie, médecine, mathématiques, rhétorique, traités sur la transcendance et l’occulte, poésie  sermons, homélies, testaments, traités sur le djihad textes historiques,…. mais aussi des traités de pharmacopée, de savoir-vivre, des actes de commerce, des certificats d’affranchissement d’esclaves, des testaments, etc. Mis bout à bout, ils révèlent tout un pan de l’histoire intime des peuples du Sahara. 

Ils proviennent du Mali, mais aussi du Niger, de Mauritanie, du Maroc, ainsi que de pays du Proche ou Moyen-Orient

Son directeur actuel, Mohamed Galla Dicko, se plaint de manquer de chercheurs et de personnel qualifié,

«Nous fonctionnons comme un dépôt, malgré la très grande richesse des manuscrits entreposés», regrette-t-il.

**

La bibliothèque Fondo Kati 

 créée par Ismael Diadé Haïdara, elle réunit les manuscrits de la famille Kati.

12000 manuscrits, dont 7000 environ sont des manuscrits écrits par des membres de la famille.

avec en particulier  le « Tarikh el Fettach », chronique sur l’empire Songhaï écrite par  Mahmud Kati  (+1593)

Cliquez ICI

**

La Bibliothèque des Manuscrits al-Wangari inaugurée en 2003 et dirigée par Mukhtar bin Yayha al-Wangari. Elle se base sur le fond de manuscrits constitué au xvie siècle par Shaykh Muhammad Baghayogho, un juriste de Djenné. En 2006, la bibliothèque comptait près de 3500 manuscrits2.

L’une des priorités de Tombouctou consiste à relancer, notamment auprès des femmes, les activités artisanales traditionnelles de reliure, calligraphie et enluminure qui firent jadis la réputation de Tombouctou. Ce qui pourrait donner naissance à une industrie locale jusque-là inexistante et une impulsion au tourisme.

Le kanem Bornou et la dynastie des Sefouwa

14 avril, 2017

le kanem

Ce royaume est fondé vers le VIIIé siècle par la dynastie Teda, population noire chamelière, établie au Nord du Tchad. Sa capitale au nord du Lac Tchad fut établi à Njimi  par la dynastie Sefouwa au XIIé

le Kanem atteignit son apogée avec Dounama Dibalami (1220-1259), qui l’étendit vers le Fezzan et le Nil 

**

Les Sefouwa

Cette dynastie gardera le pouvoir  pendant des siècle d’abord à Kanem puis à Bornou

le dernier souverain sera détrôné en 1846

Eh oui !

Finalement à peu prés aussi longtemps que les  Capétiens   

**

Le  Bornou

Au XIVé siècle, le royaume est  menacé par les  Saos et les Bulala venus de l’est.

Les souverains du Kanem se réfugièrent donc au sud du lac du Tchad où ils fondèrent le royaume de Bornou en 1395


Kanam-Borno

 

Ali Gaji (1455-1487)

Au XVè s Ali ibn Dunama   est plus connu sous le nom deAli Gaji

En 1471 les bulula  attaquèrent de nouveau le Borno 

Ali Gaji les affronta et les défit.

Il construit alors la forteresse de Gazargamu qui devint sa capitale

Ali Gaji  fut un bon musulman et s’entoura de lettrés musulmans pour le conseiller

En 1484 il fait son pèlerinage à la Mecque ,où il est investi du titre de calife

Désormais on parlera du califat de Borno 

**

Le Kanem Bornou

au XVIé s les souverains  du Bornou qui sont toujours des Sefouwa reconquirent le Kanem et devint le Kanem-Bornou .

L’empire atteint son apogée sous le règne d’ Idriss III Alaoma (1571-1603).

Cliquez ICI 

**

au XVIIé s  c’est le plus grand empire d’ Afrique

**

À la fin du XVIIIsiècle, le Bornou a retrouvé sa  puissance

 Sa prospérité est essentiellement basée sur le trafic des esclaves.  Le dernier souverain de la dynastie des Sefuwa, Ali V est détrôné en 1846 par un chef local du Kanem, Omar IV ibn Mohammed el-Kanémi (1835-1880).

**

Rabah

À la fin du XIX é siècle, la région est ravagée par le négrier soudanais Rabah qui s’impose à Hashim ibn Omar (1885-1893) comme sultan du royaume ;

Rabah est écrasé par les armées françaises en 1900.

Cliquez ICI 

Idris Ibn Ali ou Alaoma (1564-1596) calife du Bornou

13 avril, 2017

Idris ibn Ali  fut appelé Alawoma, après sa mort 

Cliquez ICI 

**

le Calife

Idriss fait parti de la dynastie  des Sefuwa

Il fut Calife du Bornou , quand pendant ce temps là, les guerres de religion faisaient rage en France

**

On connaît bien sa vie grâce au  panégyrique écrit par son iman Ahmad ibn Furtuwa

en 1571 Idris fait son pèlerinage à la Mecque

puis fait construire des mosquée en brique à la place des anciens édifices en roseaux

**

Relations avec Tripoli ,les turcs et le maroc 

en 1574 il envoie une ambassade de 6 membres à Istambul pour s’accorder sur la gestion et la sécurité  des routes du commerce entre le Bornou et le nord en luttant en particulier contre les touaregs ;Il demandait aussi des armes mais il n’en eut pas !

en 1583 il envoie une autre ambassade vers le Maroc avec le même souci de permettre sux commercants de voyager en securité;De nouveau il demandait des armes .là encore il n’en eut pas 

Cette ambassade au maroc fut appreciée par le roi du Maroc qui avait l’intention d’envahir l’empire du Songhaie. Ce qu’il fit en 1591

Cliquez ICI

**

Le conquérant  

Il fonde sa capitale à Birnei Gazergamu

Idris ibn Ali est puissant .On le craint

« en sa présence on se tient à genoux ,en se jetant du sable sur la tête  

**

Dans le sud, il construit  un certain nombre de ribat (Postes  fortifiés)

Il poursuit en permanence les Balula ,qui perturbent la région  et qui finirent par accepter une tutelle assez souple

**

Il dispose d’une armée impressionnante ,cavalerie et infanterie  mais aussi des mercenaires  étrangers  

Depuis  qu’il a fait alliance avec le maitre de Tripoli, Turgut , de nombreux aventuriers turcs sont venus chercher fortune au Bornou …il ya aussi des maures  qui tiennent à la cour le rôle des scribes et de savants

**

Idris  est un conquérant  Il ne cesse de combattre ses voisins et d’agrandir son territoire

il menace les Haoussas

Cliquez ICI 

mais le pire fut sa lutte contre les Sao

**

Le génocide des Sao

Les Sao maîtrisaient l’argile et la céramique

Ils vivaient  dans des cités entourées d’un muraille de terre crue large de 3,5 à 4 mètres,au bord du lac Tchad

On a retrouvé beaucoup de figurines en argile dont certaines sont exposée au musée du quai Branly

**

Ces cités- furent déjà  envahies au XIé s par les Sefuwa du  Kanem  mais ces attaques  connaissent leur apogée au XIV é siècle sous le règne du Kanem Idris Alaoma :

ce fut alors un veritable genocide

 « destruction des camps fortifiés et des habitations Sao, destruction des champs et des récoltes, abattage des arbres, interdictions de sortir des camps et villes fortifiées.

Cliquez ICI 

**

Les Sao ont été  oubliés par les historiens  

mais la découverte de leurs poteries les a sortis de l’oubli  

et les tchadiens en parle maintenant avec fierté

 « Tripoli » par  jean Claude Zeltner (p 137)  

**

Les kanuris

l’ethnie dominante du Borno était celle des kanuri dont les villes étaient entourées d’impressionnâtes  murailles de briques cuites

Ils étaient très islamisés  et pratiquaient le tafsir (commentaire du Coran ) 

 

Les Villes états Haoussas : Une fédération ?

12 avril, 2017

Le Haoussa est une langue  parlée au sud du Niger et au nord du Nigeria 

Les Haoussas ne formèrent pas un empire , mais plutôt une sorte de fédération

formée de 7 villes qui avait chacune un rôle à assumer

cliquez ICI 

haussa

 

Kano et Rano

devinrent les villes de l’indigo  car leur principale occupation était la production et la teinture des textiles

Cliquez ICI 

**

Katsina et Daura furent les villes du marché

Cliquez ICI

**

Gobir  était la ville des guerriers et avait pour tâche de défendre le autre villes

Cliquez ICI 

**

Zaria  était la ville des esclaves car elle fournissait la main d’oeuvre servile aux autres cités haoussas

Cliquez ICI 

**

Les Chroniques

Leurs histoires sont connues grâce à des érudits qui ont laissés des chroniques

La « chronique de Kano »  est attribuée à Muhammad Rumfa (1463- 1499) le sultan de Kano qui a fortifié la ville et construit le grand marché  de la ville . Al Maghili écrivit pour lui « les obligations des princes » 

C’est peut être pour cela que Rumfa constitua un conseil de 9 fonctionnaires « les 9 de Kano » pour diriger la ville

bien que « la chronique des Haoussa » l’accuse d’avoir eu «  des manières tortueuses » non conforme à l’Islam   

**

Selon « La chronique de Katsina »  la ville fut fondée par Muhammad Korau (1445-1495) prés d’une mine de fer qui fut une source de richesse

C’est sous son règne que Al Maghili se rendit à Katsina

Mohammed  Korau entretint  une correspondance suivie avec le célèbre historien Egyptien  As  Suyuti (+1505 )

cliquez  ICI 

**

Les siècles suivants  du 16é au 19é

Les  états haussa  furent souvent en guerre entre eux , spécialement Kano contre Katsina

Jean Claude Zeltner dans son livre « Tripoli »(p 132) cite l’écrivain italien Giovani Lorenzo Anania, un auteur tres bien renseigné qui écrivait en 1582

« Kano est l’une des 3 grandes villes de l’Afrique ,les autres étant Fez et Le Caire

…une muraille  percée de 8 portes l’entoure .A l’intérieur des murs ,le rocher de Dala est surmonté d’une citadelle …le commerce de l’or et de l’ivoire  y a attiré des marchands du Caire ,mais aussi nombre de « gentilhomme blancs »  qui y sont installés et y mènent  grand train .Même les portugais ont tenté d’ouvrir un comptoir sur cette place pourtant si éloignée de leur bases atlantiques ;iLs ont dû y renoncer : Les commerçants Egyptiens ,craignant la concurrence ,ont su les en dissuader ….kano a des rivales …Gobir …ce sont les autres  cités haussas,    surtout Katsena avec laquelle l’état de guerre est contant  ..A l’est kano doit se montrer  vigilante .Il ya le Bornou un voisin inquiétant »

 A la fin du 18és  aucun état Haussa avait disparu 

tandis que le Ghana ,le Mali et les Songhay se sont effrités

Le kanem Borneo  a ,quant à lui, joui d’une longévite  remarquable

**

La religion des Haoussas  

Ce fut d’abord un islam trés tolérant  .les élites  quoique musulmans continuaient à pratiquer les religions traditionnelle

puis vint  Al Maghili  plus fidèle à la Charia      

Cliquez ICI

**

Usman Dan Fodio

En 1804  intervient un réformateur peul Usman Dans Fodio. qui lança le djihad contre l’aristocratie des cités haoussas, ce qui  permit d’étendre l’hégémonie du califat de Sokoto sur les cités-États haoussas.

Cliquez ICI 

1234