Archive pour la catégorie 'Afrique du Sud'

Les fresques des Bochimans en Afrique du sud

13 janvier, 2017

Les San  sont  les premiers habitants de l’Afrique australe.

Ils sont arrivés dans la région il y a environ 45 000 ans.

**

Les colons hollandais les ont appelés les « hommes des buissons », ce qui a donné Bochiman en français,

Ils ont alors migré dans les montagnes du Drakensberg, au centre du pays, et vers le désert du Kalahari, à cheval entre l’Afrique du Sud, le Botswana et la Namibie.

**

Les San ou bochiman

sont des pauvres

des rejetés,

ils ne seraient plus que 100.000

des marginaux

**

Bienheureux les pauvres

qui dans le désert du Kalahari

regardent le ciel étoilé 

Ils verront Dieu

**

Des artistes

Au cours des millénaires, les San ont laissé des milliers de  fresques peintes dans des grottes ou  des gravures

Certaines ont 16000 ans… d’autres 300 ans.pas vraiment facile à dater

la plus célèbre est celle de la dame blanche

Cliquez ICI 

**

Des spirituels

« les paléontologues  sont persuadés  que ces peintures et gravures représentent les visions des chamanes pendant la transe.Les chamanes voulaient entrer en contact avec le monde des esprits pour  guérir des maladies, faire de bonnes chasses , faire pleuvoir ,prédire l’avenir… »

 

Drakensberg-danses

ils dansaient en cercle et avaient  des hallucinations, qu’ils dessinaient ensuite sur le roc

**

Des poétes

Prière  d’un San à la lune

Prends ma figure et donne moi la tienne !
Prends ma figure, ma figure malheureuse
Donne-moi ta figure,
Avec laquelle tu reviens
Quand tu meurs
Quand tu disparais de ma vue
Tu te couches et reviens.
Laisse-moi te ressembler, parce que tu es pleine de joie
Tu reviens chaque fois plus vivante
Après que tu as disparu de ma vue
Ne nous as-tu pas promis jadis
Que nous aussi nous reviendrons
Et serons à nouveau heureux après la mort ?

Grotte de Sibudu en Afrique du sud

7 janvier, 2017

 Qui faut il admirer le plus ?

Faut il admirer les homo sapiens de Sibudu

en Afrique du sud

qui au cours des années -77000 à -38000

n’ont pas cessé d’inventer des outils ou des objets pour améliorer leur vie

 **

ou bien

faut il admirer les paléontologues qui, ayant découvert cette grotte en 1998

ont su en tirer des conclusions

sur le « savoir faire » et l’habileté  de nos ancêtres   

… car ce que les paléontologues ont découvert à Sibudu  est extraordinaire   

 

grotte-de-sibudu

Les hommes de Sibudu

chauffaient  la pierre avant de la tailler pour en faire des flèches 

Cliquez ICI 

**

Ils employaient une colle  pour emmancher leurs outils

Ils utilisaient déjà des aiguilles

et le plus remarquable 

Ils dormaient sur des matelas confectionnés avec des feuilles anti-insecticides

Cliquez  ICI :

**

Ils sont forts quand même les archéologues

qui ont su en tirer de telles conclusion  !

Chapeau !

moi j’y aurais vu que du feu

et encore !  

Grotte de Blombos en Afrique du sud

6 janvier, 2017

Il ya 75000 ans

bien  avant l’homme de Cro Magnon

d’autres « homo sapiens » d’Afrique du sud

habitaient dans la grotte  de Blombos

découverte en 1991

à 300km à l’est de la ville du cap 

Cliquez ICI 

**

En contemplant l’Ocean

face à la grotte

a quoi songeaient ils  ?

A quoi pensaient ils en voyant l’immensité des eaux ?

 

Grotte-de-blombos

Les maths

Les hommes de Blombos 

songeaient

A quoi pensaient ils en gravant des traits dans le roc

avec des outils déjà bien adaptés ?

des lignes parallèles

des triangles ,des losanges

des ondulations

 

Grotte-de-Blombos  triangles

 

Si on tourne la pierre de 90 degrés

et la poser verticalement

on pourrait y voir

le corps d’un homme debout

**

40000 ans plus tard

en -35000

l’homme a progressé

Les Africains seraient les premiers à avoir inventé une régle à calcul  près du lac Edouard (en RDC)

Cliquez ICI 

**

A Bruxelles ,une statue de 7 m de haut, représente l’os d’Ishango, pour que l’on se souvienne que la première tablette de calcul a été trouvée en RDC

Cheikh Anta Diop ,dans sa tombe a dû jubiler 

Cliquez ICI  

**

l’art

En outre ,les hommes de Blombos aimaient le beau

puisqu’ils décoraient  des coquilles d’œuf d’Autruche

et font des colliers avec des coquillages

 

Grotte-de-Blombos-colliers

La sagesse ,l’intelligence ,la beauté

l’homme est entièrement là

avec sa grandeur

mais il ne profite pas encore comme nous

des connaissances accumulées au cours des siècles  par des ancêtres

comme nous en notre temps 

Les émeutes de Soweto en 1976

12 septembre, 2016

En juin 1976  des élèves de Soweto manifestent dans les rues 

et l’armée intervient violemment

Ce fut un véritable massacre

Cliquez ICI 

**

L’ association « des parents noirs » présidée par le Manas Buthelezi et Jane Phakathi

s’organise avec des chrétiens blancs pour aider les familles des victimes

 

Jane est emprisonnée et torturée

plusieurs autres membres de l’institut chrétien sont arrêtés

le pasteur Beyers Naudé  se voit interdire toute déclaration publique   

** 

mais en septembre 1976 « l’institut chrétien » publiait un communiqué 

en obéissance à la volonté de Dieu …

le conseil exécutif de l’institut chrétien…déplore l’obstination du gouvernement qui se refuse à reconnaître que sa politique est contraire aux principes chrétiens et ne se maintient que par la violence ,physique, institutionnelle et psychologique

…exprime son appui aux objectifs des mouvements politiques noirs (l’ANC…La SASO…)qui sont en accord avec les valeurs bibliques  de justice de liberté et de responsabilité humaine

…réaffirme son appui à tous les mouvements pacifiques pour amener le changement y compris les grevés ,les sanctions économiques et le boycott de l immigration

met le gouvernement au défi de traduire  les tribunaux tous ceux qui sont arrêtes ….(pro Veritate )(p 102)

**

En novembre 1976 la police perquisitionne dans les locaux de  l’institut Chrétien » à Johannesburg  saisit les exemplaires de «Pro veritate »   et 20000 affiches  éditée pour Noel que les étudiants  de Soweto avaient demandé de transformer en journée de priére, de souvenir et de sacrifice volontaire  

**

En septembre 1977 le pasteur Beyers publie un rapport annuel qui ressemble à un testament spirituel dans son journal « Pro Veriate ( p 110)

Cliquez ICI

**

Un mois plus tard les dirigeants de l’institut sont réduits au silence

En aout ^1978 la voiture de Beyers est  incendiée

 

 (Chrétiens d’Afrique du sud par AM Goguel et le P. Buis)

Le pasteur Beyers Naudé fondateur de l’Institut Chrétien d’Afrique Australe

10 septembre, 2016

Le pasteur Beyers Naudé (1915-2004) 

est  un afrikaner blanc qui s’opposa énergiquement à l’apartheid

Il fait pourtant  parti de la NGK l’église néerlandaise qui était pour l’apartheid

cliquez ICI 

Son père comme lui était pasteur de la même église et était même le fondateur d’une société secrète :le « broederbond » qui défendait la culture Afrikaans 

**

L’institut Chrétien

En 1963 Beyers Naudé  vire de bord

Il désapprouve son père et fonde un mensuel œcuménique « Pro Veritate » ainsi que « l’Institut Chrétien d’Afrique australe » dans le but de lutter contre l’apartheid

« né de la réponse à l’échec historique  des églises à être l’église »

Cet  institut était une communauté ouverte à la fois aux différentes races et aux différentes dénominations chrétienne …un catholique en faisait parti

La NGK est engagée dans un combat titanesque pour garder une identité d’église du Christ  .Il s’agit de son être le plus profond :Elle est tentée de substituer un autre maître à son Seigneur ,un autre évangile  à son évangile

**

En 1968 L’Institut chrétien collabore avec le conseil sud Africains des églises  (S.A.C.C) pour rédiger un message au peuple africain

….Si nous cherchons à  réconcilier le christianisme avec le soi disant mode de vie sud africain nous nous apercevrons que nous avons laisser une idole prendre la place du Christ… (p66)

**

En1969  les membres de l’institut  élaborent avec la S.A.C.C. un projet « Spor cas » (projet d’étude sur le christianisme dans la société d’Apartheid)

Plus de 150 personnes participent  à ce projet ,dont l’archevêque de Durban Mgr Hurley à titre personnel

**

Les Difficultés  

Evidemment toutes ces initiatives entrainent  des persécutions

De plus, en 1970 le processus de ségrégation est renforcé avec le « Black Homelands Citizenship Act » qui enlève la citoyenneté sud-africaine aux ethnies en leur accordant la nationalité de leur bantoustan. Hors de leur bantoustan, ils sont considérés comme des étrangers immigrés et ne disposent pas de  droits civiques

Cliquez ICI 

**

En  1970  le rédacteur de la  revue  «  Pro Véritate » écrit 

Soudain on s’est aperçu à nouveau qu’être chrétien est une aventure risquée et que le chemin auquel l’église du Christ est appelé  est celui de la croix  (p74)

**

Les noirs n’acceptent plus l’aide des chrétiens blancs

les noirs  se retirent de plus en plus de toute participation aux efforts des « libéraux » pour changer la structure d’une société raciste ..c’est là le produit inévitable de l’attitude  des blancs  et il faut donc l’accepter comme un processus douloureux mais nécessaire de séparation temporaire …jusqu’à ce que les africains aient pu affirmer leur identité ,leur égalité ,leur pouvoir …l’institut chrétien doit se borner à comprendre (P 78 )

**

En 1973 cependant Manas Buthelezi  un des plus grands théologiens luthérien, cousin du chef du Bantoustan  

accepte de collaborer  avec Beyers Naudé ,pour « sauver le Blanc »  

Cliquez ICI  

**

Oshadi Jane Phakathi ,une autre militante qui fut mise en prison et torturée  acceptait  de se joindre à  l’« Institut chrétien »( p 81)

 en 1973 le pasteur Beyers comparait au tribunal de Pretoria  

« il régnait dans cette salle quelque chose de la joie des premiers chrétiens quad ils pouvaient témoigner publiquement de leur foi (p 83 )

Tout en le condamnant le juge reconnaissait quand même  les profondes convictions chrétiennes du docteur Naudé

 

En 1974 ,Naudé gémit de voir sa propre église qui s’isole de plus en plus

il parle   du processus  d’isolement délibéré ,inspiré par la peur qui sépare notre église  de l’église universelle d’Afrique du sud et d’Afrique

« mon cœur saigne pour mon peuple (p 63)

**

En 1975 Beyers reçoit à l’université de Chicago le prix « Reinhold Nieburg » en même temps que Sakarov

Cliquez ICI  

A cette occasion il dénonce la violence du gouvernement en Afrique du sud 

La terreur psychologique ,la discrimination politique sont  des formes de violence inacceptables …on en peut condamner donc ceux qui  cherche à se libérer par la violence  mais je suis convaincu que ce n’est pas ,que ce ne peut pas être ,que ce ne sera jamais la solution vraiment  satisfaisante  que Dieu a mis à la disposition de ses enfants sur terre…Dans la tradition d’hommes comme le mahatma Gandhi et Martin Luther King, .je crois qu’il existe d’autres moyens que la violence 

**

En mai 1975 on interdit à « l’institut » de recevoir des dons de l’extérieur

car  les buts de  l’institut chrétiens ne sont pas  religieux mais d’ordre politique, économique et sociale …pour aboutir à un état socialiste  dominé par les noirs( p 86)

Bof !

Les aides afflueront  de toute l’Afrique du sud

en particulier du  conseil sud Africain  des églises et de la conférence épiscopale de l’Afrique du sud

**

en 1976 « l’institut Chrétien » publie un article contre les répressions qui eurent lieu à Soweto

un mois plus tard l’institut est réduit au silence

Cliquez ICI

 

En 1985,le pasteur Beyers  succède à Desmond Tutu comme président du Conseil sud-africain des églises.

Il est mort en  2004

(Chrétiens d’Afrique du sud par AM Goguel et le P. Buis)

 

« Testament » de l’Institut chrétien d’Afrique australe » écrit en 1977

8 septembre, 2016

En septembre 1977 le pasteur  Beyers Naudé écrit dans le journal de l’institut chrétien qu’il avait fondé en 1963 pour lutter contre l’Apartheid un texte qui ressemble à un testament spirituel sachant qu’un mois plus tard  l’institut sera définitivement dissous

**

Il est d’une importance vitale que nous réaffirmions notre position qui n’est ni « pro-noire » ni  « anti-blanche »  mais « pro-Christ »…

L’institut chrétien appartient à l’église et veut partager et le péché et la gloire de l’église ,corps du christ .mais nous croyons aussi  qu’au  sein de la chrétienté d Afrique du sud …un organisme œcuménique  de chrétiens engagés comme l’Institut chrétien doit jouer un rôle d’avant garde ,

défendant des thèses impopulaires fondées sur l’évangile

lançant un défi à des traditions et des pratiques ecclésiastiques  périmées,

affrontant des préjugés et des peurs ,

dénonçant les injustices sociales et les attitudes inacceptables

préparant une nouvelle société plus en accord avec les exigences du royaume de Dieu …

**

En tant  qu’organisation chrétienne nous partageons l’espoir des opprimés et des plus dépossédés en un jour nouveau dont l’aube se lève,  un jour de joie dans la libération promise par le Christ à tous ceux qui souffrent sous le joug

**

Nous sympathisons aussi avec les millions de blancs qui vivent dans une incertitude et une peur croissante ;

Pour les uns comme pour les autres nous croyons que Christ a un message d’importance vitale et plein de sesn :

Le Christ veut conduire les noirs vers une vie de plus grande liberté ,de plus grande plénitude

et aussi il veut  libérer les blancs de leur peur et de leur intérêt personnel mal conçu qui ne peuvent que les conduire à la longue à leur destruction …

**

Nous savons bien que notre pays va vers une période de grandes souffrances, d’angoisses et de conflits  mais nous avançons dans l’espoir et la joie ,assurés que là où le Christ nous conduit ,il nous promet que nos efforts pour la justice, la libération et la reconnaissance de la dignité humaine trouveront leur accomplissement

   (Chrétiens d’Afrique du sud par AM Goguel et le P. Buis p 110)

 **

On retrouve l’empreinte de Beyers dans le manifeste  rédigé par des étudiants aussi  en 1977

Cliquez ICI

 

Manifeste sur l’Africanisation (1977)

7 septembre, 2016

 

en 1977 La N.U.S.A.S (l’union nationale des Etudiants d’Afrique du sud des Universités  anglophones » opposée à l’apartheid  publiait un  manifeste sur l’africanisation

  

 Nous affirmons comme africains ,blancs ou noirs, que l’africanisation c’est nous libérer de modèles empruntés à l’Amérique ou à l’Europe mais non adaptés à l’Afrique Africaniser

C’est chercher un style de vie adapté à ce pays :non plus la surconsommation, le matérialisme ,l’avidité ,mais un style de vie centré sur la tolérance ,la coopération ,le sacrifice  et un niveau de vie plus bas que celui d’aujourd’hui

 

Africaniser

C’est voir les problèmes de l’Afrique du sud et de tous les peuples comme nos problèmes :

la pauvreté ,le sous développement  rural sont » « notre » problème ,pas « leur » problème ;

C’est comprendre que les ressources et l’équipement technologique du pays doivent être maintenus en état et utilisé dans l’intérêt de notre peuple tout entier

 

L’Africanisation nous engage à lutter contre les structures qui déshumanisent les Sud Africains ,qui font de la pauvreté des uns la richesse des autres et qui sépare l’Afrique du sud du reste  de l’Afrique

 

L’africanisation c’est une identification viscérale avec l’Afrique,

la ferme décisions de mériter le droit d’être appelés « africains »

C’est le seul moyen qui nous permette de demander à avoir une place  dans ce pays et ce continent

 

(Chrétiens d’Afrique du sud par AM Goguel et le P. Buis p 80 )

Buthelezi Manas : Sauvez le frère blanc

4 septembre, 2016

Buthelezi Manas (1935-2016)

Buthelezi, est un ancien vice-président de la Fédération luthérienne mondiale ,

Cet évêque luthérien en Afrique du Sud est l’un des grands théologiens africains du 20e siècle,

**

Il écrit

Je suis chrétien et j’espère le rester. Même si je me sens souvent  trompé par mes frères chrétiens, je n’ai jamais été trompé par l’évangile lui-même

(Gal 3,28)

  En quoi consiste cette originalité de l’évangile du Christ : Il transforme les voisins étrangers l’un à l’autre en frères aimants. On a souvent  dit que les points de contacts entre races étaient  des points de friction ; L’originalité de l’évangile est de changer ces points de contact  en rencontres fraternelles …il n’y a jamais de communauté chrétiennes sans contact humain

« Il n’y a plus ni juifs ,ni grecs ..ni esclave ni homme libre …tous vous êtes un dans le Christ Jésus 

Les blancs nous ont apportés l’évangile .On peut les remercier  car ils ont suivi le commandement du Christ

« allez enseigner toutes les nations »  ….Mais ensuite il se sont fourvoyés  et ont mal interprétés les Ecritures .

 A nous les noirs ,maintenant de devenir missionnaires   …autrement dit ,les noirs n’ont pas encore annoncé l’évangile à tous les peuples

 Comme chrétien noir je me sens tenu à la reconnaissance envers les chrétiens européens blancs pour le fait qu’ils ont compris que Dieu ne les a pas seulement envoyés aux blancs mais aussi à moi ,le noir que je suis

 A l’heure présente  je me sens frappé par l’idée que Dieu m’ envoie , moi un noir, pour leur dire la bonne nouvelle

 Si le blanc  se perd  ,le noir n’ a t il jamais pris conscience qu’il pourrait bien en être rendu responsable

…. le chrétien noir doit se sentir responsable devant Dieu du salut des blancs

Dieu demandera : Noir, Où étais-tu quand le blanc  rejetait mon évangile et marchait à sa perte

**

Buthelezi en conclut

Il serait souhaitable qu’on mette à notre disposition quelques églises de blancs

Les blancs prêchent aux noirs ; il n’y a aucune raison que les noirs ne puissent pas prêcher aux blancs

 

En 1973  Manas Buthelezi  fera parti de l’institut chrétien fondé par le pasteur Beyers

  (Chrétiens d’Afrique du sud par AM Goguel et le P. buis p 199ss )

 

James H Cone et la « Théologie noire » en Amérique

1 septembre, 2016

En Juin 1969 le comité national des chefs d’églises noirs (NCBC ) réunis à Atlanta  définit ce qu’est  la théologie noire 

**

la théologie noire est une théologie  de la libération des noirs . A la lumière de la révélation de Dieu en Jésus Christ  elle analyse les conditions de vie des noirs  de telle manière que la communauté noire puisse voir que le développement d’une humanité noire est conforme à l’évangile .

La théologie noire est une théologie de la négritude .Elle dit oui à la  dignité humaine des noirs ,ce qui affranchit les noirs du racisme blanc et mène ainsi noirs et blancs à une liberté authentique  .Elle reconnaît que les blancs sont des hommes quand ils disent  non aux abus de l’oppression blanche …

**

James H Cone

Cliquez  ICI 

Il écrit en 1970 « la théologie noire de la libération »

James Cone est le  premier en Amérique à avoir placé la libération  au centre se sa théologie

libération et négritude sont liées non seulement parce qu’aux Etats unis les opprimés sont les noirs ,mais parce que le négritude est le symbole de l’oppression et de la libération dans toutes les sociétés

 Le  noir  (qu’il soit blanc ou noir de peau ) est celui qui défend l’opprimé

Le blanc  doit donc devenir noir et a son tour œuvrer  pour la libération de l’opprimé

 **

The black power

Ce sont donc aux noirs à prendre le pouvoir

car ce sont eux les opprimés

Le Christ  lui même est un noir

puisqu’il a été opprimé rejeté humilié ,crucifié

La révolution noire c’est tout ce qui défie l’ordre sacrosaint du passé  c’est à dire ce qui remet en cause la domination des oppresseurs blancs

Etre libéré de la domination blanche pour que les noirs puissent eux mêmes prendre leurs décisions en ce qui concerne leur monde

**

Amour et justice  

 Cet amour n’est jamais séparé de la justice de Dieu

aimer le blanc  donc son ennemi c’est le rencontrer comme un « tu » en étant  bien résolu à ne pas devenir un « ça »

c’est pourquoi le noir refuse de parler d’amour sans pouvoir

**

La violence

Ce n’est pas aimer que d’accepter l’être blanc …aimer c’est prendre parti contre le blanc

Le chrétien n’a pas à choisir entre violence et non violence …mais entre le bien et le mal  

 

La réconciliation ce n’est pas se réunir  pour chanter « we shall overcome » 

le seul  moyen d’obtenir le pouvoir c’est la violence

**

Evidemment  tous les théologiens noirs américains sont loin d’approuver cette opinion extrémiste de H Cone ,  

Cliquez ICI

(Chrétiens d’Afrique du sud face à l’apartheid  par A Goguel et P Buis p 228 ss )

Les théologiens noirs américains et la violence

31 août, 2016

Les théologiens qui professent « la théologie noire » en Amérique  sont loin d être des révolutionnaires qui prônent la violence

comme James H Cone qui déclare que   

 le seul  moyen d’obtenir le pouvoir c’est la violence

La plupart suivent plutôt la voie de Martin Luther King

J’ai fait un rêve

**

 J.Jones et la « conscience noire » 

Major J. Jones (1919-) est un pasteur méthodiste

en 1971 il publie « La prise de conscience noire »

**

Apparemment les noirs se retrouvent face à un dilemme

Ou bien, ils se diluent complétement dans la culture des blancs au détriment de leur propre culture

ou bien ils acceptent la séparation totale , autrement dit l’apartheid

 

N’est il pas possible d’ accepter la culture des blancs tout en gardant l’intégrité de la culture des noirs

les 2 cultures ne sont elles pas complémentaires  et ne peuvent  elles pas s’enrichir mutuellement tout en se corrigeant mutuellement,  pour finir par communier dans l’esprit de l’évangile   ?

 

Pour cela ,les noirs doivent retrouver la richesse de leur propre culture

Déjà en 1968 Martin Luther King a montré que les noirs avaient besoin de retrouver

« un sentiment inattaquable et majestueux de leur propre valeur »

Nous devons apprendre à ne pas haïr notre négritude ;Pour cela il n’y a pas besoin de haïr les blancs .Ils doivent haïr l’oppression  et la deshumanisation .Quand nous prenons cette voie ,nous ne pensons pas à haïr le blanc ;nous voulons seulement les traiter comme des hommes

**

Déotis Roberts

il écrit  en 1970 «  libération et réconciliation »   

il est très proche de la position de Martin Luther King

« l’évangile est un message libérateur, réconciliateur et révolutionnaire »

 ll réclame une meilleure participation des noirs au sein de la société américaine

La violence  est incompatible avec une éthique chrétienne  ..l’histoire des soulèvements montrent que les masses profitent rarement des combats nécessaires et que l’injustice ne fait que passer dans d’autres mains 

(Chrétiens d’Afrique du sud face à l’apartheid  par A Goguel et P Buis p 242 )

**

La réflexion des noirs américains sur la « conscience noir » sera reprise par les noirs d’Afrique du sud au moment de l’apartheid

Cliquez ICI 

12