Archive pour la catégorie 'Afrique par pays'

V.Y. Mudimbe : Comment dialoguer entre chrétiens africains et Européens ?

7 novembre, 2018

Dans un article écrit dans les « cahiers des religions africaines » (Vol 14 N°27-28)intitulé « regards sur l’église catholique  au Zaïre » ,V ;Y Mudimbe nous rappelle qu’un esprit de pauvreté est indispensable pour permettre un dialogue fructueux entre Chrétiens africains et Chrétiens européens  

**

La foi en Jésus Christ

Des africains grâce à la Mission disent «  adhérer » à Jésus Christ  non pas en vertu d’arguments philosophiques et culturels qui n’ont jamais, en matière religieuse  démontré quoique ce soit  mais parce  qu’ils « croient » en Jésus Christ 

**

Mais quel Christ ?

Il faut bien voir aussi que la communauté de foi s’élève sur des écarts. Ceux ci touchent sur des points essentiels comme l’indiquait Michel de Certeau : le rôle des institutions  ,les critères de la fidélité ;  la portée de la liberté de conscience….

 Des mots identiques ont il vraiment le même sens  pour tous ?  Il devient  peu à peu évident que nous sommes chrétiens «  autrement »

 Au-delà des mots  s’écrit la liberté de tout homme , de tout croyant  de » nommer », de « reconnaître » ,la divinté de sa foi 

la référence réductrice au non des vertus de la soumission …a éclaté

 le discours sur la foi en Jésus Christ croisent à présent  les commentaires  traditionnels sur Dieu et se pensent  dans les soleils de la sagesse et de la révélation silencieuse africaine

**

Esprit de  pauvreté

Michel de Certeau écrivait  « dans la mesure  où nous acceptons de ne pas nous identifier à ce que les autres peuvent  attendre de nous  et à ne pas les identifier  aux satisfactions et aux assurances que nous espérons  d’eux nous découvririons le sens de la pauvreté qui est la fond de toute communication ; Cette pauvreté  signifie en effet et le désir qui nous lie au autres et la différence qui nous en sépare

 un Dialogue s’esquisserait alors entre plusieurs tendances…  supposant une mise entre parenthèses aussi bien des dogmes que des foklores religieux et culturels.. afin que se maintiennent  l’usage d’une réflexion libre ,radicale et totale

 

 

Paulin Joachim (1931-2012) journaliste et poète du Bénin

29 octobre, 2018

Béninois né  à Cotonou en 1931, journaliste  trés connu chez lui ,rédacteur en chef de la revue  bingo ‘mensuel du monde noir »

Il fut un moment  le secrétaire du poète surréaliste de Philippe Soupault

Cliquez ICI

**

Poète ,il parle de sa mère

Ô mère, je te vois habillée comme tes soeurs en bref pagne

Tirer de la force tellurique des eaux du baptême

Je te vois à la messe du soir

Je te vois splendide entrer dans la danse

Avec des hanches qui se balancent sans cesse

Vous êtes une ondulation flamboyante au pied du houngan

et apparemment sans souplesse et souple sous des épices fortes…

**

Il publie 2 recueils de poésie

 « un nègre raconte » en 1954

et « Antigrâce » en 1967

Cliquez ICI   

**

Anti-grâce

J’appelle anti-grâce  

cette vie morne et figée

comme une énorme hernie suspendue à l’étal du tripier

J’appelle anti-grâce

ce pendule épileptique  né de la malice de l’Ange

Ce qui va et vient

Incapable de fracasser l’Histoire et d’arriver à ce roc privilégié où l’Esprit a déposé

sa semence qui lie et délie

incapable de se relever de sa faute  

**

Anti-grâce

 ces tenailles basses à la racine de l’être

A la taille de l’amour

La panoplie de l’homme pillé aux aurores

…son azur confisqué par des gens d’apostasie

J’appelle anti-grâce

 cette vie de miette et de petits mots

qui vous drainent  le doute sur la peau  au moment de sauter  

…Ma face d’enfer indésirable au Broadway des jouissances

 comme une honte reconnue brusque

…le monde autour qui  s’obstine à égrener le détail l de mon infamie

 

L’anti-grâce

ces peaux de banane sous les pieds

pour un slalom sans fin sur les pentes de la vie

 et le spectacle est permanent

 car la race resurgit de plus belle

depuis qu’elle se fit féconder les flancs dans les cales des négriers

 

Et si la grâce existe et si l’amour est inoxydable

 si la grâce m’écoute

qu’elle fasse donc apparaitre enfin  où ma race debout

 lira le signe prémonitoire  des triomphes futurs

Cliquez ICI

(Ngandu :Littératures  africaines  edt Silex p 154)

Philippe Masegabio Nzanzu ( né en 1944)

28 octobre, 2018

Originaire de Bosu-Manzi en RDC ,Masegabio a  fait des humanités gréco-latines au collège Saint-Thomas More de Lisala, puis une licence en philologie romane à l’Université Lovanium. Il est Docteur en lettres et civilisation françaises.

**

Poéte et homme des lettres,

Il fut  vice-président de l’Association des écrivains du fleuve Congo (AEFC), une structure qui regroupe les écrivains du Congo-Kinshasa et du Congo Brazzaville

 Il a été le grand promoteur de la littérature de son pays par sa revue « Domi » qu’il avait su animer avec une grand compétence , et avec une anthologie de la littérature du Zaire «  le zaire écrit » (1977) (Ngandu) 

**

Homme politique ,

Il a été plusieurs fois ministre pendant la deuxième république.

Il a été porte- parole du dernier gouvernement avant la chute du régime Mobutu

On lui avait alors  reproché d’avoir voulu museler la presse 

 En tant qu’ancien homme politique il  raconte comment eut lieu la chute de Mobutu et l’avènement de Kabila I, dans son  recueil  « le jour éternel »

**

En tant que poéte  il a écrit :

Somme premiére

Codex

Il y eut un Vent qui vint des 4 coins du monde

 Rassemblant  les peuples au son des trompettes ..

Il y eut un Vent qui vint

  propulsant  comme des bêtes de somme les fils de la terre  apeurés et ameutés

Il y eut un Vent qui vint

 raflant les vérités  premières  réglant tout à son pas  réduisant le monde à Son Unité Métrique

Il y eut un vent qui vint

 et mit fin au sommeil d’Israël  à la paix d’Israël au bonheur d’Israël

 Il y eut un Vent  qui vint

 et dit à Israël le Pa-ïen incivilisé  

Israêl PEUPLE DE DIEU  

**

Il y eut un vent qui vint

et soumit  Israël aux fers et à la férule

Qu’il apprit donc  religion

Qu’il  sut faire son credo pater ave .

Que c’était dangereux d’aller sans plaque de bronze au cou avec effigie de quelque saint …

Gare çà ceux qui oseraient  voyager sans rosaire ….

**

Il y eut un Vent  qui vint et souffleta Israël  

La science tu m’entend .. petit imbécile de la Science

…Progrés Progresse…

Qui imposa ses 4 Vérités dogmes

**

C’était le codex Blanc  (somme prmeiére p39)

 

Ngoye Achille : Kin la joie – Kin la folie

24 octobre, 2018

Achille Ngoye est un journaliste, chroniqueur et écrivain kino-congolais né en 1944 dans la province du Katanga

Cliquez ICI 

**

Achille Ngoye  écrit en 1993 son livre  « Kin la joie ..Kin la folie »  

C’est la terreur à Kinshasa

sous un régime  totalitaire

pas vraiment la joie 

c’est plutôt la folie

**

Peu importe l’intrigue

pas toujours nette

Ce roman ressemble plus à un documentaire qu’à un polar

même si tout commence par un cambriolage

**

Un style pas croyable ! 

dur, vrai, populaire

parfois « marrant »

parfois tragique    

pas digne de la faculté

mais génial  

**

La galère

Dans les rues les travailleurs  se pressent  chaque jour ,pour ne pas manquer le pointage à l’usine généralement située aux antipodes de leurs domiciles  ….Les petits vandales aux corps desséchés mais pourvus de ventres ballonnés par une malnutrition tenaces ( p 18)

Les « blondes »  avec leur peau lessivée par des produits jaunissants …couvertes de bijoux elles appelaient l’agression en pleine rue(p 35)

**

Dans les bars

l’ambiance  entretenu par une musique à crever les tympans  conviait au  sémaphore  pour communiquer, tout en permettant au voisinage de digérer ses misères en cadence …Une trentaine de gueule en entonnoirs  tenaient leur tête sur les épaules après  avoir ingurgité des hectolitres  de bières ( p 35)

**

les poubelles  du parti  où se pratiquaient les interrogatoires

toutes les méthodes s’y pratiquaient  pour aboutir « aux confessions spontanées »  ou aux aveux obtenus à la suite d’un interrogatoire serré …….le bras séculier du régime ,détenait le privilège de n’avoir pas à justifier ses forfaits

…la flagrance d’ une offense faite au « grand léopard » entrainait le tabassage en règle  et l’on regrettait sa naissance

**

C’est parfois  drôle,   malgré tout le tragique des événements

dans la rue , tous les regards  convergeaient sur une militante dont la croupe rebondie réconciliait les enfants de la patrie (p70)

 Taratata … pourquoi ne pas dire ce que je pense :Le boom de la mortalité infantile, le succès des épidémies jamais endiguées ,le triomphe national de la malnutrition ,l’abâtardissement des élites, les millions de réfugiés aux frontières …..

**

le culte

le pullulement des groupes de prière  prenait des proportions chaotiques …

 la paroisse avant-gardiste de la ville  détonnait  avec sa messe à grand spectacle ….Sa chasuble semi wax sur le dos ,le célébrant avançait  à pas chaloupés dans le nef …(p85)

**

a l’assaut des « fula fula » qui  servaient de taxis  

c’était la ruée  à son arrivée ;le plus malin montait sur un degré du marchepied,  se débarrassait à coups de coude de morpions attachés à son destin ,libérait  sa chemise convertie en balise par d’’autres malins  et se glissait en  sueur dans la bétaillère (p 95)

**

Les mines de diamant  

 Torses nus et en sueur, des milliers de « chercheurs  de tous âges remplissaenit des sacs d’alluvion du haut d’une colline …u

**

L’impôt du peuple

Ce sont les cambriolages …le peuple ne fait que reprendre ce qu’on lui a volé :Où est l’erreur ?

comme les refugiés qui arrivent en Europe et qui volent .Où est la faute ?

« on ne pille pas on recupére (Kabamba)

Cliquez ICI

**

Macky ,le héros du livre arrive finalement à Paris  

Là ,ç ‘est un autre histoire  

Pas évident de se faufiler dans la foule de la gare du nord

et de prendre le métro

**

NB

On a envie de comparer  ce roman à celui de Sony Labou Tansi : La vie et demi  

Les deux nous donnent un aperçu du vécu dans les pays devenus  indépendants  

L’un avec beaucoup de poésie et des mots choisis

cliquez ICI

 Ngoye plus réaliste ,avec des mots plus populaires

l’un primé

l’autre oublié

 

Les ateliers de la pensée à Dakar

14 octobre, 2018

Alain Mabanckou

en mars  2016 , Alain  Mabanckou prononce sa leçon inaugurale au collège de France

Cliquez ICI  

**

puis il  décide d’organiser  en mai  2016  un colloque intitulé

« penser et écrire  l’Afrique aujourd’hui »  

 **

ce fut comme un nouveau souffle, un coup de vent qui allait réveiller les intellectuels africains  

venus très nombreux de toutes les régions du monde

**

Les ateliers de la pensée   

c’est ainsi qu’en  Octobre de la même année ,Felwine Sarr et Achille Mbembe  ouvre  à Dakar et à Saint-Louis, les Ateliers de la pensée.

**

Achille Mbembe déclare à cette occasion  

la  pensée critique »,ne se limite pas aux textes philosophiques lourds mais elle se manifeste dans maintes autres productions de l’esprit : littérature, arts plastiques, photographie, danse, théâtre, etc. Nous sommes dans une période d’extraordinaire fermentation qui me fait dire que l’art du XXIe siècle risque d’être « africain ».

**

 notre histoire ne se limite pas à l’Atlantique et à la Méditerranée. Elle épouse d’autres faisceaux transnationaux qui vont des mondes islamiques aux mondes malais, chinois et indiens. Revisitons la question de la circulation et du mouvement, concevons-les comme des ingrédients structuraux à partir desquels se sont forgées nos cultures

**

En Afrique ce qui compte est la relation et non pas l’être

c’est dans le mouvement et dans la circulation qu’il faut  chercher le « spécifiquement africain ».

 c’est aller à la rencontre du monde.

 Cela n’a rien à voir avec la couleur de la peau, la religion, l’ethnicité. Il faut penser en termes d’Afrique-monde, afin de faire leur part aux Afro-Indiens, aux Afro-Européens, aux Afro-Chinois, aux Afro-Arabes, etc. C’est ça l’afropolitanisme. 

Achille Mbembe, philosophe et historien camerounais

13 octobre, 2018

Achille Mbembe et né au Cameroun en 1957

il a étudié  à Paris, Puis il a enseigné aux Etais Unis et en Afrique du sud

l’un des plus grands théoriciens actuels de la postcolonie ,(Mabanckou)

Cliquez ICI  

il  ne cesse de le répéter que : l’Europe a perdu son leadership international et  que c’est sur le continent africain  que se dessine l’avenir de l’humanité

 **

2010 ,Sortir de la nuit .

dès l’Introduction de ce livre ,le disciple de Fanon déclare   

on allait  disait Fanon tourner le dos à cette Europe , celle qui n’en fini pas de parler de L’Homme tout en le massacrant ,et partout où elle le rencontré , à tout les coins de ses propres rues, à tous les coins du monde  (Fanon )( Sortir de la nuit ( p 17)

**

Où  va donc l’Afrique  ?

Cet irrépressible désir chez des centaines de millions de personnes de vivre partout ailleurs dans le monde que chez eux

Pou ces millions de personnes  la globalisation est le temps des villes fortifiées ,des camps et des cordons, des clôtures et des enclos,  des frontières sue lesquelles on vient buter p 22

 **

Comment s’en sortir ?

comment pour un africain retrouver  sa véritable identité perdue depuis les colonisations ?

Cliquez ICI 

**

2013 La  critique de la raison nègre

En 2013,Achille Mbembe publie  son livre « critique de la raison nègre »

en lui donnant un titre qui fait référence à celui de kant

« critique de la raison pure »

Cliquez ICI

 **

.2016 « Politiques de l’inimitié ».

Se débarrasser « des musulmans qui encombrent la cité, des Nègres et autres étrangers que l’on se doit de déporter, des terroristes (ou supposés tels) que l’on torture soi-même ou par procuration, des juifs dont on regrette qu’il y en ait eu tant à avoir échappé aux chambres à gaz, des migrants qui accourent de partout, des réfugiés et des naufragés, ces épaves dont les corps, à s’y méprendre, ressemblent à autant d’amas d’ordures, le traitement de masse de cette charogne humaine, dans sa moisissure, sa puanteur et sa pourriture ».

Cliquez ICI

**

 2016 L’Afrique qui vient

Au cours du colloque qui  eut lieu à l’initiative d’Alain Manbankou au college de France  Achille bembe  nous laisse un texte   qui résume  bien sa pensée d’une fcon plau apaisée

cliquez ICI   

Achille Mbembe : Critique de la raison nègre

12 octobre, 2018

En 2013,Achille Mbembe publie  son livre « critique de la raison nègre » en lui donnant un titre qui fait référence à celui de kant« critique de la raison pure »

Cliquez ICI

**

Les négres

ce ne sont plus seulement les noirs africains… mais tous les exclus de la terre

qu’ils soient noirs ou blancs

Hier le drame était d’être exploité  par le capital,  aujourd’hui la tragédie pour la multitude c’est de ne plus pouvoir être exploitée du tout. c’est le sort d’une  humanité superflue  livrée à l’abandon dont le capitalisme n’ a guère besoin pour son fonctionnement p …Pour le première fois  dans l’histoire humaine le mot nègre ne renvoie plus seulement aux gens d’origine africaine …mais s’étend à  l’ensemble de la planète  que nous appelons « le devenir-nègre du monde »  (p 13)

Les noirs n’ont pas toujours été des nègres ,même au temps de l’esclavage

Certes tous les nègres ne sont pas des africains et tous les africains ne sont pas de negre (p 27)

**

Entre 1630 et 1789 a coté du commerce macabre des esclaves, il existe aussi des mouvements d’africains libres, nouveaux colons qui hier « black poor » en Angleterre où refugiés de la guerre d’indépendance aux Etats-Unis qui  s’en vont installer des colonies neuves en Afrique même

 **

mais l’Occident en a fait des nègres , des moins que rien

c’est avec de mots forts des mots ravageurs qu’ Achille Mbembe en parle

il n’ a pas de la haine .Il est blessé 

Dans son avide besoin  de mythes destinés à fonder sa puissance ,l’hémisphère occidentale se considérait comme le centre du monde, le pays natal de la raison, de la vie universelle et de la vérité de l’humanité (p25)

…Au cours de la « période atlantique » cette petite province de la planète qu’est l’Europe s’installe  ..sur le reste du monde

**

 Buffon écrivait

l’Afrique en général et le nègre en particulier étaient présentés comme des symboles accomplis d’un vie végétale et bornée …

Hegel écrivait  dans le livre « la raison dans l’histoire »qui  représente le point culminant  de cette vision

 des statues sans langage  ni conscience de soi… était la marque des peuples isolés et non sociables  qui, dans leur haine, se combattent à mort

la notion de race permet de se représenter  les humanités non européennes comme frappées par un moindre être   …. des fossiles   . de la sphère animale(p35))

**

La raison nègre

selon la conscience occidentale  du nègre

qui existe  à partir de l’histoire

en l’absence de traces … cette histoire  n’existe  que sur la base de fragments …L’histoire d’un peuple  en pointillé (p52)

**

ou selon la conscience nègre du nègre

Ses lieux  de naissance sont les grandes métropoles des Etats-Unis  et des caraïbes, puis d’Europe et plus tard d’Afrique. Là se constitue un imaginaire nègre moderne (p 54)

 L’expression « raison nègre » fait signe à l’ensemble  des délibérations concernant la distinction  entre impulsion de l’animal et la ratio de l’homme -le nègre étant le témoin de l’impossibilité d’un telle séparation

**

d’ou de nouveau cette  réflexion de l’auteur qui est un homme  profondément blessé  

le nègre est « un homme »  qui soit n’en est  pas vraiment un pour nous ,soit n’est pas comme nous  Si l’homme s’oppose à l’animalité tel n’est pas son cas , lui qui maintient  en lui,  dans une certaine ambigüité ,la possibilité animale  Corps étrangers dans note  monde, il est habité par l’animal … Comment la « ratio » peut elle  pénétrer et gouverner cette animalité ,(p 56)

**

un monde à part

Ce mot « nègre » aura servi à designer non pas des personnes humaines  comme toutes les autres  mais une humanité àa part (p76)

par-dessus tout le nègre a toujours été le nom par excellence de esclave

L’homme métal, l’homme marchandise ,l’homme monnaie … celui là dont la  particularité fut d’être un des rouages essentiels d’un processus d’accumulation à l’échelle mondiale (p 78)

tout ce que produit l’esclave lui est enlevé  produits du travail progéniture ,œuvres de l’Esprit

 en fait placé de force dans un monde à part ,les nègres ont produite des pensées bien à eux. Ils ont inventé leurs propres littératures ,leurs musiques ,leur manière de célébrer le culte divin…il est une sorte d’ilot de respiration  dans un contexte  d’oppression raciale  et de deshumanisation …(p 79)

**

Malgré tout !

Même  si Achille Mbembe a élargi sa notion du « nègre »

en l’appliquant à tous les méprisés de la terre 

qu’ils soient blancs ou noirs

il ne peut pas citer les écrivains occidentaux

 y compris les plus sages

sans ressentir une vive douleur

cliquez ICI 

Achille Mbembe : Les fantasmes sur les nègres

11 octobre, 2018

En 2013,Achille Mbembe publie  son livre « critique de la raison nègre » en lui donnant un titre qui fait référence à celui de Kant « critique de la raison pure »

Cliquez ICI

**

Kant déclarait en particulier que l’homme était  incapable de parler de Dieu

Achille Mbembe déclare que l’homme occidental  est incapable de parler  des « nègres »  

Ils  n’ont fait que fabuler, que fantasmer .que délirer 

en commençant par les plus grand philosophes comme Hegel

le nègre est  avant tout  un  corps  gigantesque et fantastique ,une odeur une couleur  … reptation et spasme (Hegel )

un réservoir à mystère et le royaume par excellence du magique religieux  (p69)

**

L’Afrique

est un ensemble

de sociétés impotentes, commandées par des bouffons de haut vol,  des gens parés de fétiches et de plumes d’oiseaux  costumé en moine à cagoule …des sociétés de la superstition  ruinées par la guerre tribale ,la dette ,la sorcellerie et la pestilence  p80

L’Afrique c’est la terre des 5 degrés à l’ombre , des convois d’esclaves , des festins cannibales, des cranes vides  (Leiris) p81

l’Afrique c’est le masque qui permet de voir les autres sans être vu  (p83)

**

Les colons de France ,

après la défaite de 1870 et le traité de Berlin en1885

la colonie devint le lieu d’exaltation de la puissance où se retrempe l’énergie nationale  (p98)

des générations de français ont été exposé à cette pédagogie de l’accoutumance au racisme…Dés les année 1880 tous les écoliers d’une dizaine d’années durent étudier l’œuvre coloniale  de leur pays  (p100)

**

Nous admettons le droit et même le devoir des races supérieurs d’attirer à elles celles  qui ne sont pas parvenus  au même degré de culture (Léon Blum )

les colons sont non des maitres cruels mais des guides et des protecteurs

Nous pouvons dire à ces peuples ..là où la France est établie ,on l’aime, là où elle n’a fait que passer on la regrette,  que partout où sa lumière resplendit elle est bienfaisante (Jaures )

**

Ignorance  et mensonge

La France  a toujours voulu fermer les yeux

En 1570  un édit  interdit aux noirs de venir sur les territoires français pour cacher la réalité 

 au cours du siècle  des lumières , Voltaire et Rousseau  font semblant d’ignorer le trafic des esclaves (P104)

Le noir  présenté à la  France est déformé  

Dans la peinture ou le théâtre,  il est toujours affublé d’un costume oriental, de turbans et plumages, de culottes bouffantes ou de petits habits verts …des petites négresses et de jeunes pages jouent les compagnon des dames qui les prennent pour des perruches …des nègres rigolards , insouciants ,bons danseurs (p 105)

 En 1728 JB Labat avouait

J’ai vu l’Afrique   mais je n’y ai jamais mis les pieds

au XIII e s on voit fleurir en France et dans toute l’Europe des récits  de tout genre que l’on consigne dans des encyclopédies  …la plupart de ces légendes, de ces rêveries ethnographiques ont pour objet l’Afrique (p109)

 **

Triomphalisme

Victor Hugo s’écrit  

Quelle terre que cette Afrique : L’ Asie a son histoire, l’Amérique  a son histoire, l’Australie elle même a son histoire ; L’Afrique n’a pas d’histoire …Une sorte de légende vaste et obscure l’enveloppe

Rendre la vieille Afrique  maniable à la civilisation  tel est le problème . l’Europe le résoudra ;  Allez peuples, emparez vous de cette terre ; Prenez là ! A qui ?  A personne !  Prenez cette terre à Dieu ; Dieu offre l’Afrique  à l’Europe ; Prenez là ! Versez  votre trop plein  dans cette Afrique, et du même coup, résolvez vos questions sociales. Changez vos prolétaires en propriétaires  …(p110)

Le blanc a fait du noir un homme : L’Europe fera de l’Afrique  un monde  (p116)

 

Voltaire dans « son essai sur les mœurs et l’esprit des nations »  parle des noirs  

leurs yeux ronds ,leur nez épatés  ,leurs lèvres toujours grosses ,leurs oreilles  différemment figurées ,la laine de leur tête ,la mesure même de leur intelligence mettent entre eux et les autres  hommes des différences prodigieuses  .. les nègres et les nègresses transportées dans les pays les plus froids produisent toujours des animaux de leur espèce  (p115)

 

 Ferry déclare   

il faut dire ouvertement les races supérieures  ont un droit vis-à-vis des races inferieures. La déclaration des droits de l’homme n’ a pas été écrite pour les noirs d’Afrique équatoriale…Les races supérieures ont le devoir de les éduquer ( p 116) 

 

Alexis de Tocqueville

Les français ignoraient ce qu’était que l’aristocratie des spahis et quant aux marabouts  ils ont été fort longtemps à savoir  quand on en parlait s’il s’agissait d’un tombeau ou d’un homme.. ;les français  ne connaissaient aucune de ces choses, et pour dire la vérité, ils  ne s’inquiétaient guère  de les apprendre ( p 169)

**

Achille  Mbembe  remarque avec un malin  plaisir

L’Afrique a été falsifié  au contact avec l’extérieur ,comment rendre compte de la falsification à laquelle  dans leur effort pour ingérer le monde ,les nègres ont en retour soumis le monde ? (p152)

Achille Mbembe :l’Afrique qui vient

10 octobre, 2018

En  2016 , Alain  Mabanckou, après avoir  prononcé sa leçon inaugurale au collège de France décide d’organiser  un colloque  avec des écrivains et philosophes africains venus de partout

Il publie toutes les interventions dans un livre intitulé

« penser et écrire  l’Afrique aujourd’hui (edt du seuil)

**

Parmi ces interventions ,se trouve celle de Achille Mbembe , (p 17 à 31)

l’un des plus grands théoriciens actuels de la postcolonie ,

**

Achille Mbembe écrit

L’Afrique qui vient

un monde émergent

 A partir de 2050, la planète  sera divisée en 2 mondes un monde de vieillards  (Europe, Etats-Unis, japon..) et un monde émergent   l’Afrique en particulier (p 17)

Un monde mobile

le monde des migrants 

ces vastes mouvements de migration iront en s’accélérant ( désastres politiques, changements climatique ,guerres.. )toute frontière devient poreuse .. ;le mur et le fils de fer barbelé ne suffissent plus

La démocratie en danger

on le voit aujourd’hui au détour de la guerre contre les Djihadistes …l’abrogation de certains droits…

 **

l’Afrique vient

non celle des états  croupions  rongés par la guerre ethnico vénale, .. ;et la corruption

mais celle qui circule dans le monde

le lieu où se joue  d’une certaine manière l’ avenir de la planète

 Après la décolonisation, l’Europe s’est recroquevillé sur elle même et a perdu graduellement sa capacité de développer une pensée à la dimension du monde .Aujourd’hui, cette pensée nous vient en très  grande partie du sud 

 **

Une pensée  de la traversée et de la circulation

 A l’origine de la pensée Européenne se trouve la question de l’ETRE .

Dans les traditions Africaines  se trouve question de la RELATION , 

des nœuds, des potentiels de situation

**…

….il ya là un élément de plasticité remarquable  qui induit des mutations paradoxales de transformation sans rupture , de transformations dans la continuité

il nous faut sortir  de cette grande nuit et nous hisser à la hauteur de ce monde

….la politique du futur africain sera de prime abord une politique  de la déclosion et de la circulation

…L’Afriaue c’est  d’abord la relation  

 

Achille Mbembe :Une autobiographie

9 octobre, 2018

En 2010  Achille  Mbembe publie  son livre  «  Sortir de la grande nuit. Essai sur l’Afrique décolonisée »

Dans un premier ,chapitre il donne un bref aperçu sur sa jeunesse et ses études au Cameroun et ailleurs  

**

Théologie de la libération

je mis la main, presque par hasard sur un livre du théologien péruvien  Gustav Gutierrez intitulé « théologie de la libération »;Le péruvien m’aida à repenser le christianisme comme mémoire et langage de l’insoumission,..récit de  la mort et la résurrection d’un homme né à Bethleem et crucifié ,au Golgotha  par la puissance publique ; Il   m’aida aussi à le concevoir comme un récit critique des potentats et des autorités ,une poétique sociale ,un songe subversif ,l’actuation d’un langage sur le sens de la vie. Ddavantage encore il me fit comprendre que l’au-delà de la mort mérite d’être pensé en  soi  comme préalable à toute habitation du monde historique (p 35)

**

Son héros Um Nyobe

Il se souvient aussi  que très vite on a voulu oublier les véritables héros

qui ont lutté pour obtenir l’indépendance

comme Ruben  UM Nyobe qui fit tué avec ses amis dans la maquis en Septembre 1958 (p 38)

Cliquez ICI

mon pays sacrifiait ainsi l’idée d’une liberté pour laquelle  on a lutté à celle d’une indépendance que le maître , dans sa magnanimité a bien voulu octroyé à son ex-esclave (p 40)

**

Il quitte ensuite le Cameroun pour continuer ses études  

 En France  

Par rapport à Paris et à la France je me suis toujours considéré comme quelqu’un   de passage ,en route pour un ailleurs …mais en même temps je suis devenu un habitant, un héritier …de sa culture savante  … Des archives du savoir et de la pensée  humaine  se sont ouverte à moi .Je les ai dévoré au point que je me conçois  comme un legitime ayant droit de ce patrimoine (p44)

New-york

tout la bas semblait inviter à l’ouverture au large  à ce qui doit venir…..le grouillement des peuples , des races et des humanités ..,le bariolage des couleurs et des sons  …..pour la première fois dans ma vie je pouvais entendre  distinctement la clameur des mondes  dont parle le poète Senghor p 45

l’Afrique du sud

Presque 10 ans après l’ abolition du racisme institutionnel ,une sorte de puanteur émanait encore ,, insidieuse p 47

 depuis le découverte des mines de diamants  et d’or, des étrangers sont venus en Afrique du sud ,de partout

les frontière réelles de l’Afrique du sud s’étend du cap au Katanga (p 49)

Du coup, les noirs sud africains se retrouvent pour la première fois face non plus à leurs oppresseurs d’autrefois mais à d’autres migrants venus d’autres pays d’Afrique…(pour la plupart mieux éduqués qu’eux  et habitués de ne rien attendre de l’Etat (p 51) 

12345...36