Archive pour la catégorie 'Afrique par pays'

Naga Mezlekia :Un résumé de l’histoire contemporaine de l’Ethiopie

24 septembre, 2018

Naga Mezlekia, dans son livre intitulé dans « le ventre d’une hyène »(Actes sud )nous raconte la vie de son enfance en Ethiopieau temps de la révolution menée par la junte qui avait renversé Hailé Sélassié

Il nous donne un bref résumé de l’ histoire récente de son pays pour nous faire mieux  comprendre les événements qu’il a vécu

**

Les somalis

Les Oromos furent les premiers habitants de la région…. puis vinrent les Somalis qui sont  des nomades 

Au début du XVIe  les somalis chassèrent les Oromos  des maisons qu’ils occupaient  dans les hauts plateaux  d’Ethiopie..…Aujourd’hui on dénombre entre 4 et 5 millions de Somalis en Ethiopie..Les ¾ d’entre eux sont toujours  nomades …Pendant des siècles les somalis ont administrés  leurs affaires sans ingérence de l’extérieur. Ils ont nourri une riche littérature orale, une culture égalitaire et des institutions religieuses centrée sur l’islam  (P198) 

**

Ménélik II

Puis ce fut le temps de Ménélik l’empereur  qui allait rendre à l’Ethiopie toute sa splendeur   

Ménélik était un guerrier doublé d’un politicien habile ; Il noua des liens d’amitié avec les italiens et réussit  à les convaincre de parrainer son adhésion à «l’acte général de la conférence de Bruxelles en 1890.L’Ethiopie en tant  que état  chrétien fut pour la première fois de son histone autorisé à importer des munitions en toute légalité….L’empereur commence alors à s’attaquer au peuple établis au  sud et à l’Ouest  de son territoire….En 10 ans à peine la taille de son territoire avait doublé ( p 200)

en 1890 il fait valoir  ses droits sur les territoire  somali

 **

La victoire d’Adoua  

en 1896 il doit alors affronter les italiens…et  ce fut sa fameuse victoire d’Adoua

Cliquez ICI

Désormais l’Ogadem appartenait t à l’empire

**

La junte

En 1930 Hailé Sélassié devient empereur…

Cliquez ICI

il est renversé par la junte en 1974

**

Une autre révolution avait lieu en même temps en Somalie  

le président Siad Barre  prend le pouvoir et décide de reprendre l’Ogadem à L’Ethiopie

Cliquez ICI

**

Siad Barre annonce fièrement que la Somalie allait s’engager sur le voie du « socialisme scientifique »  …

Aussitôt les soviétiques entrainèrent une armée de 20000 hommes –un nombre colossal, pour un pays ne comptant que 3, 5 millions d’habitants -…et donnèrent des armes. Du jour au lendemain l’armée somalienne devient la quatrième force de combat en importance de l’Afrique noire  et Siad Barre en juillet 1977 déclare la guerre à l’Ethiopie et donnèrent des armes. Du jour au lendemain l’armée somalienne devient la quatrième force de combat en importance de l’Afrique noire  et Siad Barre en juillet 1977 déclare la guerre à l’Ethiopie en dépêchant en Ogaden une force massive et brutale (p 205) 

Le nouveau dictateur en  Ethiopie  qui n’était guère plus aidé par les Américains et  qui était dépassé  par la lutte contre le front de libération de l’Erythrée , le front de libération oromo ,le front de libération du Tigré et le front de libération des Somalis se tourne à son tour vers les soviétiques qui leur envoya des armes( p 206)

Les soviétiques  ne voyaient pas de contradiction dans le fait d’armer les deux belligérants   209

le actions de l’URSS plongeait toutefois Siad Barre dans la perplexité

Il était mal barré !

**

La guerre d’Ogadem

Le conflit débute  en juillet 1977 avec l’invasion de l’Ogadem par les troupes de  Siad Barre

qui veut constituer la grande Somalie.

en 1977 Siad Barre  fait le siège  de Jijiga puis d’Harar mais après une première phase du conflit favorable à l’armée somalienne, la situation se renverse en février 1978 et la guerre s’achève par une victoire éthiopienne.

Cliquez ICI 

Breytenbach : Un afrikaner opposé à l’apartheid

23 septembre, 2018

Un poète

Cliquez ICI

et aussi ICI

**

Un peintre

Cliquez ICI

**

Un Afrikaner

Il raconte sa vie , dans son livre « retour au paradis »

Le monde dans lequel je suis chez moi c’est l’Afrique ;J’appartiens à un peuple qui est la mortification de l’Afrique ,un peuple de colons sans métropole  dont personne  ne veut partager l’histoire. A présent  je vis parmi les « toubabs » ,un caillou dans leur chaussure ,je baisse seulement la tête  ; Depuis 3 siècles déjà mon peuple n’est formé de rien d’autre que d’Afriquas  (p117)

**

Un militant contre l’apartheid

Il épouse en France une vietnamienne  et ne peut donc  plus retourner en Afrique du sud

Il s’installe à Paris et lance un mouvement clandestin de résistance au régime d’apartheid, l’Okhela, qui devait organiser des réseaux de Blancs au service de l’ANC de Nelson Mandela

Lors d’un séjour clandestin en Afrique du Sud, en 1975, il est arrêté et condamné à 9 ans de prison

Cliquez ICI.

**

La même année en 1975,,le prince Zoulou  Mangosuthu Buthelezi, fonde l’inkhata qui devint lors des années 1980, un adversaire résolu de l’ANC

**

Retour au paradis

Après avoir été emprisonné puis exilé  pour avoir été opposé à l’apartheid ,il revient en Afrique croyant y trouver un paradis

Serait il déçu ?

Tant d’aéroport palaces ,tant de rêveurs qui veulent toucher le gros lot ,tant de portraits  de dictateurs qui salissent les murs ,tant de  ministres impatients avec de gros ventres et de grosses bagues ,et des parasites avec des imitations de cravates club et des serviettes vides …tant de troupeaux de passagers qui à heures fixes déroulent leurs tapis de priére pour se prosterner en direction de la Mecque comme des oies en colère qui tendent leur cou vers le  sol pour siffler   P22

Quelle Afrique ?  un continent  titubant apparemment destiné à l’extinction   … regardez vous  mêmes ;De plus en plus de bébés naissent avec le sida … les criquets  remplissent le ciel ,les déserts dévorent et digèrent la terre … des espace civiques se flétrissent et se fanent …., des soldats ,des politiciens, des hommes d’appareil  infestent l’Etat  et produisent  la corruption, le gaspillage ,le népotisme    ..les intellectuels  ont des langues de bois et des culs poudrés, … des pays sont gouvernés par les diktats du FMI, et de la ban que mondiale

L’ Afrique est en train d’être  avalée par les sables du silence et pour la seconde fois. Tout d’abord il y a eu le silence noir de la honte à propos de l’esclavage ,maintenant c’est le silence indifférent d’une real-politik inavouée (p 119)

Suis-je devenu un étranger ;Je suis en train de gratter pour retrouver mes racines afrikaners

après tout les afrikaners  ne sont pas des salauds tellement répréhensibles .Ssi on les laisse tranquille  ,ils ne intéressent pas vraiment aux autres ,c’est que leur esprit ont été perverti  par l’exclusivisme européen ;Ils ont au moins un peu de respect pour la nature et les animaux .Un peu c’est vrai( p 125)

Il est heureux des changements qui  sont en cours. C’est merveilleux d’être a nouveau  fier d’être Afrikaner  de s‘éloigner de la, pourriture ;Un frémissement parcours le pays ; si seulement il n’y avait pas cette violence inacceptable .De Klerk suit la bonne voie  (p 77)

**

Diner au Trocadéro avec Mitterand et Mandela

en 1990 Breyten est invité à diner par le président Mitterrand

une toile de tente à rayures était dressée sur la terrasse qui surplombe la seine et la tour Eiffel éclairée de lumière sirupeuses

Nous étions 11 à diner  ,les Mitterrand ,les Mandela, Wole Soyinka venu du Nigeria par avion (a chaque fois qu’un chef d’état lui fait signe ,il s’exécute) Jessie Norman ,Barbara (Une chanteuse française,) un ami de Bamako … Renaud (un jeune troubadour français rebelle).Mitterrand portait un écharpe noire pour accentuer son allure cléricale  …Mitterrand est un artiste du pouvoir

Mandela a une dimension morale ; Il sonne vrai (retour au paradis  p 223)

Cliquez ICI  

Breyten Breytenbach: Retour au paradis

22 septembre, 2018

 

Une afrique qu’il aime

dans son livre « retour au paradis »  

Breytenbach  donne ses impressions  en visitant l’Afrique

après  7 ans en prison  

après la fin de l’apartheid

**

Le  bonheur de Breytenbach  en ces jours là

consiste à retrouver une Afrique qu’il aime

a rejoindre des amis qu’ils soient noirs ou blanc  ( p55)

**

Sénégal et au Burkina  

il y retrouve

Miriam Tlali

Cliquez ICI

il y retrouve  Sembene Ousmane « allumant son éternelle pipe » 

et les vieux qui s’accrochent  pouvoir

on peut les comprendre ,après une vie entière consacrée à la lutte,  la prison, le bannissement ; De quoi vivraient il s’ils prenaient  leur retraite maintenant ,ils n’ont rien prévu pour l’avenir  (p 56)

Les étrangers rencontreront ces sud-africains polis et joyeux et n’imagineront peut être pas les décennies  de survie  aux dents serrées ,dissimulées aujourd’hui par des sourires et des clins d’œil ( p57 )

**

Au Sénégal  ll va dorénavant  diriger le « Gorée Institute, » installée sur l’ancienne île aux esclaves,

cet institut (Centre pour la Démocratie, le Développement et la Culture en Afrique) a été fondé à la suite de la conférence de Dakar qui s’est tenue en 1987 sous l’égide du président Abdou Diouf, alors président très investi dans la lutte contre le régime de l’apartheid

Cliquez ICI

Il rencontre aussi Sankara au Burkina

**

Tombouctou

Tombouctou une ville étrange murée avec des fissures  comme le squelette  d’un animal préhistorique enfoui dans le sable …Là, furent autour du fleuve de glorieux empires , des bataille épiques..  des armées soulevant une histoire de poussiére, des mosquées construites en style « soudanais » (p 72)

o toi qui va à Gao  fais un détour par Tombouctou ,murmure mon nom à mes amis et porte leur le salut parfumé de l’exilé qui soupire après le sol où résident  ses amis, sa famille, ses voisins (p 73)

**

Le centre  de Johannesburg 

Les rues  ressemblent aux rues de n’importe quelle autre ville africaine ,avec des marchands ambulants, des messagers,  des joueurs d’échecs, de carte…  des pickpockets,  des filles de joie et des clochards. Les chiffres de la criminalité sont phénoménaux ;Les gens  se font dévaliser  en plein jour (p 76)

**

Pretoria  

J’ avais juré de ne plus jamais remettre les pieds en cette ville

que cette terre soit détruite . !. que les criquets dévorent ses jacarandas ! que le stade soit utilisé pour des meetings  politiques de l’ANC ….Que les généraux aient une gangrène sur la langue ! Que les étudiants effrontés de son université soient obligés d’aller vivre dans le township  de Malelodi ! ….Que toute la population masculine blanche  de Pretoria  avec leurs idées de porcs et leurs  moustaches de fascistes  s’éveillent un matin pour se voir sans la glace  et soient  brusquement  frappés  en se rendant  compte de qui et de quoi ils ont vraiment l’air …

Aucune pluie ne  pourra jamais laver les cellules et les cachots de Pretoria  de leurs stigmates de mort sous la torture ni ne pourra laver les esprits et les mains de ses« securocrates » (P150)

Le journal de la ville : une bouillie quotidienne de crétinerie et de propagande 151…   

**

Un Bantoustan : Le venda

 Cliquez ICI

Le personnel noir a veillé à ce que les médecins hollandais qui travaillaient depuis des années dans l’hôpital local soient chassés :le résultat c’est que les services médicaux sont en grande partie effondrés ..(p90)         

 

André Brink : « Au plus noir de la nuit » avec Saint Jean de la Croix

19 septembre, 2018

Le roman d’André Brink  commence par une nuit d’amour entre une blanche Jessica et un noir Joseph Malan 

nous sommes à la plage ;une immense plage  de sable blanc qui s’étend sur des kilomètres entre dunes et brisants  p18

un acte d’amour

strictement interdit entre  une blanche et un noir

un acte qui mérite la mort

qui engendre la nuit

C’est ainsi qu’Adam et Eve furent chassés du paradis

**

L’ancien Testament  

Joseph Malan raconte ensuite la vie de ses ancêtres 

qui ressemble étonnamment à l’histoire des juifs dans l’ancien testament après la chute d’Adam et Eve  

Ce  fut la nuit obscur

de génération en génération

Cliquez ICI 

**

L’apartheid

Ce fut la pire des nuits  en Afrique du sud 

la détresse, la haine 

je me bats pour le droit élémentaire d’être accepté  en tant qu’être humain . Je me bats pour que les gens admettent que je sens ,que je pense ,que je souffre et que je crois comme un être humain  Si je n’agissais pas ainsi ,j’en arriverais mo im ^me à oublier que je suis humain  p 387

Cliquez ICI

**

Le nouveau testament

Au-delà de cette nuit, existe il autre chose ?

au-delà de ce mépris des hommes

au-delà de cette souffrance 

reste il encore de l’espoir

et un peu d’amour ?

**

Les pleurs !

 Pleure ,je veux que tu pleures . Pour Adam l’assassin ,pour Moïse et sa femme sombre ;pour Rachel qui ne peut pas être  consolée pour Abraham et sa magnifique fille blanche ; Pleure pour Jacob . ;Pleure pour le chant d’une note de piano dans l’obscurité,  pour l’appel lancé par la cloche aux esclaves.  Pleure Joseph ,pleure pour toi-même pleure  O Seigneur (p 380)

**

La nuit

Est-ce la nuit décrite  par Jean de la croix ?

O nuit plus désirable que l’aube !

O nuit qui nous a rassemblés

Amant et bien aimée

Bien aimée métamorphosé en amante !

 p 323

**

Je n’ai pas été surpris  d’apprendre que la plus grande partie du « cantique spirituel » de Jean de la croix avait été écrit en prison ; Isolé du soleil espagnol  aveuglant  ,il avait pu vivre dans cette obscurité  qu’il chérissait tant  p 334

**

La grâce et l’amour 

La nuit !

est ce la fin de tout ?

nous avons tant besoin de grâce !

**

Dans sa prison, Joseph se souvient  d’un dialogue ,entre lui et un jésuite  

aucun de nous n’a besoin d’excuses..Nous avons besoin de la grâce et aucun de nous n’n a jamais assez la grâce ?

Ne jamais confondre notre résistance  avec la haine…  Avoir cet amour qui donne un sens à notre existence (p 364)

 

André Brink : « Au plus noir de la nuit » : La malédiction de Cham

14 septembre, 2018

  « Au plus noir de la nuit »  le début de ce roman ecrit par André Brink ressemble à une bible relue et interprétée par un noir qui a été catéchisé par une huguenote blanche appelée Hermein

**

Jessica et Joseph Malan

Jessica une blanche et Joseph un noir s’aiment se le disent et s’enlacent …

nous sommes à la plage ;Une immense plage  de sable blanc qui s’étend sur des kilomètres entre dunes et brisants  (p18)

Comme Adam et Eve à l’origine du temps

**

La généalogie de Joseph

joseph commence par raconter l’histoire de sa famille  

La mère du premier enfant de sa famille fut Adam

On le baptisa Adam et on  lui donna le nom de Malan (p50)

**

puis il y eut Moïse 

celui-ci était capable de réciter par cœur chaque nouvelle loi esclavagiste (p 54)

Il s’arrangeait aussi pour prononcer ses propres discours  …Il parlait de liberté, d’égalité  et de fraternité  (p55)

 **

Il y a eu Job 

Dieu a tout donné ; Dieu a tout repris, qu’il soit béni (p 58)

Le seigneur est un bon berger  (p 69)

Puis est né Abraham Malan (p 73)

Avec David note lignée reprend son cours normal (p 80)

**

La malédiction de Canaan

quand Joseph avait encore 10 ans sa catéchiste huguenote  

,avec une profonde conviction nous lut l’histoire de Noé est de ses fils , et maudit soit Canaan,  qu’il soit l’esclave des esclaves de ses frères .Puis elle ferma la bible ,la posa sur ses genoux ,et le menton dans les mains , assise sur une caisse dans un ilot de soleil , elle nous dit « tout est venu de là, vous comprenez ? Nous les blancs, nous sommes les descendants de Sem et de Japhet ,et vous vous êtes les descendant de Ham  et de son fils Canaan ,et voilà pourquoi les choses sont ainsi (p 95)

**

Un peu d’humour

Le jour de Noël ,en pleine cérémonie il a fallu changer les couches du  bébé qui remplaçait Jésus dans la crèche   (p99)

 

André Brink : « Au plus noir de la nuit » L’insatisfaction des exilés

13 septembre, 2018

Joseph Malan le heros du livre de « au plus noir de la nuit d’andré brink   est un homme cultivé

Il fait du théâtre  

Il connait Shakespeare,… Michel ange.. les grands classiques de la culture occidentale    

Mais que reste il de sa propre  identité ?

**

Il est obligé de fuir son pays

pour pouvoir jouer  en public

il  part !

ll erre en Angleterre ,pendant  des années

il perd son âme !

J’avais choisi l’incertitude et l’insatisfaction ,l’insécurité et le changement. J’avais en fait choisi la possibilité plus que la certitude ,l’espoir plus que la perfection .Et l’errance plus que l’envie d’arriver à destination  (p 191)

**

Tous les sud-africains qu’il rencontrait, vivaient avec la même insatisfaction ,le même désarroi ,la même angoisse

ils voulaient se retrouver chez eux !

la plupart étaient  expatriés ,quelques-uns réfugiés ,d’autres en exil volontaire  .il y avait des blancs,  des gens de couleur et des noirs :  avocats, médecins ,écrivains,  professeurs, sociologues, prêtres ;Un microsome qui maintenait une forme d’apartheid par rapport au monde qui les entourait , conditionnés  qu’il étaient  par ce systéme qu’ils  avaient tentés de fuir ( P 193)

**

L’un d’eux ,Simon ,ivre, en pleurait  

Ne pleure pas mec. On rentre chez nous demain..On rentre chez nous demain (p 204)

Peu à peu l’ancienne angoisse  réapparu ; Ce n’était pas le théâtre que j’avais attendu toute ma vie. J’ai réalisé  avec panique que j’étais toujours prisonnier de mon attente  (p 207)

l’insatisfaction ,la passion et l’angoisse dormaient en moi . J’étais prêt à relever le défi de Simon .Rentre chez Toi  ( p 209)

**

J’étais un étranger à Londres

Pour la première fois  ,malgré ma sincérité, le théâtre était devenu pour moi une fuite devant les problèmes …je n’étais qu’un comédien au cœur d’une vieille société sophistiquée et assez vaine qui s’offrait le luxe d’avoir des artistes …Le problème était en moi  C’était moi qui ne pouvait pas jouer le rôle important en dehors de ma propre société ( p 214)

Je suis donc rentré  chez moi

André Brink « Au plus noir de la nuit :l’Apartheid

12 septembre, 2018

Joseph Malan le héros du livre « au plus noir de la nuit »d’ André Brink  revient en Afrique du sud  après un long séjour en Angleterre

**

Acteur de théâtre ,il veut jouer chez lui dans son pays

les grands classiques du théâtre européen

Shakespeare …

tout en les adaptant à son public noir

**

Mais que de déceptions en retrouvant les siens

Soweto

Ses longues rangées de maisons identiques .. séparées par  des lambeaux de terre rouge sang ;points d’eau, odeur fétides due au manque d’hygiène …. « regarde ces maisons, regarde les bien …je m’imagine parfois  devant elles en trian de ciere :Attttention en avant aaaarche ! Gauche droite ,gauche droite !

A quatre heure et demie cinq heure six heures  du matin  désolant spectacle des gesns qui partent travailler dans la boue et la pluie : bruits  de ces milliers de pas, bourdonnement étouffé de ces voix …..l’horrible ronronnement des voitures  de police qui patrouillent dans les rues à heures fixes.. une voix qui crie ou qui supplie ,des portes d’acier qui claqent ..  (P252)

**

comment supporter tout cela

Nous qui avons vu des gens chargés sur des camions de Sophiatown

(quand En 1955, le gouvernement fit déplacer de force 65 000 résidents noirs de Sophiatown vers le nouveau township de Soweto)

Cliquez ICI

Nous qui avons vu des cadavres d’enfants charriés hors de Sharepeville  (p 254)

Cliquez ICI

**

Partout où j’ai vécu :; j’ai vécu avec eux, blancs ou jaunes ,métis ou noirs…Ici il sont sur la défensive dés qu’on leur pose des questions ;Comme si chacun se méfiait des autres ….(p 312)

Heures des repas dans les rues : Blancs qui entrent en foule dans les cafés et restaurants ,Noirs accroupis sur les trottoirs avec du pain et du coca-colas p 258

Des vieillards à moitié sourds, a moitié aveugle et à moitié gâteux p 272

Alors que je cherchais une ambulance pour une gamine noire qui  allait  mourir ,ils m’ont dit que c’était interdit par les réglements d’envoyer  une ambulance  pour blanc à un malade de couleur p 363

**

Les écriteaux

immeubles neufs interdits aux chiens et aux indigènes p 259

Ascenseurs réservés aux marchandises et aux gens de  couleurs  p 260

**

Noir je ne veux pas être différent ,noir, marron foncé ,c’est la couleur de la terre  c’est la couleur du tronc d’arbre, c’est la vie Blanc c’est le ver ,la fiente, le pus, la pourriture…..Plus vite tu t’en rendras compte plus vite tu deviendras humain (p262)

**

les arrestations non justifiés, les brimades

pendant 5 ou 6 jours passé au tribunal ,j’ai observé de prés, le cœur et le foi ,les poumons et les boyaux ,les veines ,le sexe et les glandes de cette ville, de ce pays qui est le mien ;Je suis sorti en titubant et j’ai refusé d’y retourner p 259

 la prion et les tortures

Ils m’ont frappé sur le dos pendant que je léchais la vomissure à travers mon sang et mes dents cassées p 287

….Se briser, se briser, cela peut aller jusqu’ou ? p293

Miriam Tlali, (1933-2017) : Femme de lettres en afrique du sud

6 septembre, 2018

Miriam Tlali fut la première femme de lettres sud-africaine ; Elle fut reconnue dés son premier roman « Entre 2 mondes »

**

Entre 2 mondes

Le monde de l’apartheid

un monde divisé ,déchiré, inhumain  

la ségrégation  en tout temps ,en tout lieu  

« dans les toilettes, les restaurants, les wagons, les bus, les piscines et autres  endroits publiques

Le contrôle continuel dans les villes «blanches» entravait le travail  des hommes et des femmes noires et troublait  en permanence  leur  vie familiale

Cliquez ICI

**

Miriam publie ce livre en  1979,

évidemment il est aussitôt censuré  

et on change le  titre  «Muriel at Metropolitan

Je suis retourné à ma maison d’allumettes à Soweto, je me suis enfermé dans ma petite chambre et j’ai pleuré… Cinq chapitres entiers avaient été enlevés; aussi des paragraphes, des phrases et des phrases. C’était pour le moins dévastateur.

Il a été réédité en 2004 par le titre qu’elle avait préféré dès le départ, «Between Two Worlds». 

. Quarante-cinq éditions différentes du roman ont été publiées entre 1975 et 2005, avec des traductions en trois langues.

**

Soweto

Miriam vit à Soweto

Là est son âme

Là elle reviendra tout le long de sa vie

elle publie donc de nombreux textes sur la vie de  Soweto

**

Amandla (1980 )

Ce roman retrace la vie d’un leader étudiant, Pholoso,. lors des émeutes qui eurent lieu à Soweto en 1976

Cliquez ICI

Tatli parle des femmes qui hésitent à s’engager dans le combat, car elles sont sans cesse  harcelées sexuellement chaque fois qu’elles se déplacent à Soweto.

De plus les  jeunes femmes activistes en détention, sont souvent violées

c’est le prix à payer pour notre libération. Nous devons nous battre dur et nous libérer, sinon ces choses nous arriveront toujours.

Taltli encourage donc  les femmes à combattre à la fois le régime de l’apartheid  et  l’oppression sexiste qui engendre le viol et les abus sexuels.

Le roman est fortement marqué par l’idéologie de Steve Biko  « Black Conciousness » 

**

Mihloti

En 1984,Miriam Tlali  publie un recueil de nouvelles, d’interviews et d’essais dans « Mihloti » qui veut dire « larmes 

En 1989 elle complète ses récits  avec  ‘Soweto Stories», un recueil de nouvelles principalement sur la vie des femmes de Soweto

**

Staffrider

C’est le titre d’un magazine auquel collabore souvent Miriam Tatli

Un magazine ravageur, souvent censuré

Le mot « staffrider » et un mélange  d’argot qui servait à designer  les jeunes noirs qui voyageaient assis sur le toits surpeuplés des trains de banlieue .auquel est ajouté un terme qui voudrait dire « Casse cou »

Avec ce nom  nous faisons allusion aux  libertés que nous voulions que le magazine prenne avec le système de censure. 

.**

J’ai fait un rêve

Miriam a un cœur

sensible , romantique

elle voudrait tant un monde meilleur

Elle aussi rêve

**

Elle se révèle dans un texte profondément  mélancolique écrit au bord du lac de klipvoordam

et en profite pour citer longuement un chanteur de Gospel   Brook Benton 

 

Si vous croyez que Dieu est mort ,regardez autour de vous 

moi, je regarde la mer et je réalise qu’aucun homme  jamais ne pourra la drainer..

Qui d’autre que Lui pourrait éclairer chaque cité  chaque ville ,des rayons de la lune et du soleil ?

Si vous croyez que Dieu est mort ,c’est que vous n’avez pas regardé autour de vous .. ;

Regardez la mer,

Regarder les arbres

Vous entendrez  la brise

Regardez vous les uns les autres

(Des femmes écrivent l’Afrique, tome 2,edt Harmattan  p 504)

Cliquez ICI  

**

Miriam a été interviewé en décembre 2014

Cliquez ICI

**

Elle est décédée en 2017

Cliquez ICI   

Miriam Tlali :Entre 2 mondes

5 septembre, 2018

Muriel ,au centre de ce roman  est comptable dans un magasin de radio

**

Dans ce magasin on cause beaucoup

les blancs entre eux ,les noirs entre eux

et les noirs contre les blancs

**

Il s’ensuit une série  de dialogues

et de réflexions qui forment l’essentiel de ce récit

cet essentiel qui souvent a été  censuré lors de la première édition du livre

et dont le  titre devient «Muriel at Metropolitan

Miriam Tlali écrit alors

Je suis retourné à ma maison d’allumettes à Soweto, je me suis enfermé dans ma petite chambre et j’ai pleuré… Cinq chapitres entiers avaient été enlevés; aussi des paragraphes, des phrases et des phrases. C’était pour le moins dévastateur. 

Voici des extraits qui ont sans doute été censuré   

**

les Deux mondes

« la république sud africaine est un pays partagé en deux mondes .D’un côté un monde blanc :riche ,confortable ,organisé à tout égard ,un monde qui vit dans la peur ,armé jusqu’aux dents ; De l’autre un monde noir ,pauvre affreusement négligé et désorganisé, baillonné, opprimé, instable ,désorienté et  désorganisé , un monde en transition , irrévocablement  sevré de tout lien tribal …Le monde blanc comprend 2 grands groupes ayant chacun sa culture propre , les anglophones et ceux qui parlent afrikaans…Les premiers  sont hautains ,insensibles, partisans du système de la domination blanche. Les autres regroupent les blancs d’origine hollandaise : Fiers de détenir le pouvoir politique, grâce à leur supériorité  numérique   ces derniers sont anti-Noirs, antisémites et dans  la moindre mesure anti anglais ; Tous les non-Blancs les jugent orgueilleux arrogants, agressifs, ethnocentriques et hypocrites (P 11)

**

Les afrikaners sont grossiers ;ils parlent anglais en dépit du bon sens ; ils l’écrivent encore moins bien  Mais qu’importe , de toute façon ce sont eux qui décident. Ce sont  eux qui ont le fusil entre les mains ( p 53)

**

A quoi bon discuter avec ces gens là ? On pourrait se disputer avec eux à l’infini ; ils n’en seraient pas plus raisonnable pour un sou ! Autant  parler à un mur …leur mentalité remonte trop loin ,à des siècles (p 127)

**

Les clients  blancs ne faisaient jamais la queue…. on les servait toujours dés qu’ils entraient dans le magasin et non les noirs (p 118)

**

Les toilettes

 celle qui était réservée au Noirs était une infection..N’importe qui pouvait y accéder ; Y aller était  un vrai supplice (p 37)

**

Respect

Les chrétiens nous parlent de respect  mais l’on apprend petit à petit que toutes les mères chrétiennes n’inculpent pas le respect .Certaines  enseignent que l’on ne doit se montrer respectueux qu’après avoir dument vérifié la couleur de la peau  (p 67)

Il y a des choses  qu’on ne peut pas détruire chez l’homme quel qu’il soit.On peut chercher  à l’avilir, à l’enfoncer au maximum , on ne pourra jamais le détruire  à l’intérieur. Un homme luttera toujours pour ce qu’il chérit et qu’il estime lui appartenant de plein droit ,son pays, sa femme ,ses enfants  (p 124)

**

Les travailleurs

Une menace est suspendue au-dessus de la tête de tout travailleur  non blanc : l’insécurité  Jamais rien de solide..  rien à quoi s’accrocher ; Il en est ainsi pour tout ce qu’on essaie de bâtir, dans tous les domaines de la vie :  foyer, travail, avenir.. …notre destin dépend entièrement des caprices de maitres blancs  (p 74 )

C’est à la foule des noirs que la république ensoleillée d’Afrique du sud est le paradis de l’homme blanc  ..C’est à  leur travail que l’Etat sud africain doit son développement industriel phénoménal …A supposer qu’ils s’arrêtent, leurs maitres blancs les supplieraient à genoux de rester  …Il suffirait de deux semaines de grève générale pour faire chuter le paradis tout entier (p 117) 

Dans la république d’Afrique du sud, la couleur de notre peau à elle seule  nous condamne à une servitude éternelle ,à laquelle, il nous est impossible d’échapper. Quel sque soient nos efforts ,nous ne pouvons pas nous débarrasser de nos fers ;Nous sommes comme le paillasson …Notre place est au bas de l’échelle (p 124)

**

Sophiatown

En janvier 1955 les habitants de Sophiatown  un faubourg de Johannesburg fut complètement détruit par le  gouvernement suite à une révolte des noirs…A cet endroit fut rebâti un  petit quartier coquet pour les « petits blanc » ;Ce quartier  fut appelé « triomph »   

« Quel triomphe ? Nom de Dieu quand on pense à tous les cafards et autres poux sur lesquels  ils ont bâti leurs belles maisons    ils peuvent être fiers ! Quand on pense que c’est la merde des petits noirs qui couraient tout nus ,livrés à eux-mêmes tandis que leurs mères s’occupaient  des gosses des blancs ,qui a servi  de fumier  à tout leur beaux jardins !.Quand on pense  à tous ces sceaux d’excréments qu’on vidait dans les rues :ah !  ils ont de quoi être fiers les blancs   (p 136 )

**

Opération du cœur

ils greffent le cœur d’un métis chez un blanc  ! Comment peuvent ils faire une chose pareille ,alors qu’ils croient à l’apartheid p 188)

 

La princesse Sayyida Salmé de Zanzibar ou Emily Ruete

3 septembre, 2018

On connaît  bien la vie de cette princesse puisqu’elle  a publié ses mémoires en 1886

Ses mémoires 

Un vrai roman digne de Joseph kessel ,mais intéressant vivement les historiens car la princesse raconte la vie telle qu’elle  se passait à Zanzibar  ,où malgré tout elle n’a vécu que peu de temps  

**

Sayyida Salme est né en 1844.Elle est la plus jeune des nombreux enfants du sultan d’Oman et de Zanzibar, installé à Zanzibar depuis 1837. La princesse vit ses premières années au sein du harem de son père, dans un immense palais,

 Les enfants de chez nous n’étaient ni mal élevés ,ni gâtés .Très juste et très bon ,mon père était inaccessible à la faiblesse. Il exigeait de nous la plus absolue soumission envers ceux qui étaient chargés de nous élever et de nous instruire …

Les nourrices étaient honorées et respectées et jouissaient toute leur vie d’une grande considération .Les nourrices noires sont particulièrement dévouées .Quelles différence entre la sollicitude affectueuse de ces dévouées créatures  et l’indifférence et même la dureté des nourrices eropéennes

 Chez nous comme dans tout l’Orient ,l’école a très peu d’importance ..les filles apprenaient à lire et rien de plus …les garçons apprenaient à lire et à écrire .Nos fournitures  de classe étaient des plis  sommaires ,un coran avec un pupitre ,un petit encrier, une plume en bambou et l’omoplate polie d’un chameau en guise d’ardoise

Jamais on explique  ce qu’on lit et ce qu’on apprend…D’ailleurs chercher à comprendre et à expliquer l’esprit des saintes écritures est tenu pour irréligieux et rigoureusement interdit …l’homme doit croire aveuglement

 Quant aux autres connaissances ,telles que l’histoire ,la géographie ,l’histoire naturelle ,les mathématiques…  je ne les ai jamais apprises  et n’en ai même pas entendu parler à la maison  (Des femmes écrivent l’Afrique, tome 3,edt Harmattan p 135 ss )

et pourtant elle servira de secretaire à un de ses frères

 **

 En 1851, elle s’installe dans la maison de son frère Majid ben Saïd, futur sultan de Zanzibar. Son frère lui laisse une grande liberté ce qui va lui permettre de faire connaissnance  en 1855 avec un marchand allemand, Rudolph Heinrich Ruete,  arrivé sur l’île en 1855, et qui connaît bien la swahili

Cette rencontre est quand même etonnante car les femmes de la maison royale vivaient caché et n’avaient guère  le droit de fréquenter un étranger

Ce fut le grand amour … … elle tombe enceinte  Son frère Majid est mis au courant   Elle risque la peine de mort par la lapidation.

**

En 1866 ,à 22 ans elle fuit donc  à bord d’une frégate britannique  et se rend à la colonie britannique d’Aden. Elle donne naissance à un fils, Heinrich,qui meurt peu après…En decembre 1866. Elle est  baptisée à Aden, et prend le nom d’Emily. Le 30 mai 1867  elle se marie et devient ainsi Emily Ruete

 **

En  1870 son mari meurt dans un accident de tramway

elle se retrouve seule auusi bien abandonnée par les allemmands que par les siens

Fini ! l’aventure du  grans amour  mais désormais une vie difficile

Mais ,pour le bonheur des historiens , la publication d’un livre riche et passionnant

« les mémoire d’une princesse arabe » en 1886 

 **

Elle  meurt en 1924 à Iéna, à 79 ans, Elle est enterrée à Hambourg,.

Cliquez ICI

12345...33