Archive pour la catégorie 'Cameroun'

Jean Marc Ela (1936-2008) : Sa première mission avec Baba Simon

7 août, 2016

Jean-Marc Ela, né à Ebolowa, dans le Sud Cameroun, est un  prêtre catholique du diocèse d’Ebolowa, enseignant, sociologue, anthropologue et théologien.

Cliquez ICI  

**

Comme Ka Mana

Jean Marc Ela est un combattant

Il se bat pour l’avenir de l’Afrique  

mais Ka Mana a été formé par des pasteurs a Strasbourg

puis il a suivi des études dans les universités en Belgique

et a été pasteur dans des grandes villes au Sénégal ou en Centre Afrique

Cliquez ICI 

**

Ce n’est pas le cas de JM Ela

Lui aussi a suivi des études en Europe

mais il est plus prés des problèmes du peuple

à cause de son expérience 

vecue avec Baba Simon chez les paysans du nord Cameroun

Cliquez ICI 

**

JM Ela  raconte cette expérience dans son livre  « le cri de l’homme Africain » publié en 1980

Cliquez ICI 

**

Ma foi d’Africain

puis de nouveau il écrit dans  « ma foi d’Africain » publié en 1985

 Je vais  me retrouver  dans une région affectée par un état  de servitude larvée comme Baba Simon me la présenté dès le soir de  mon arrivée au Nord Cameroun (ma foid’Africain p 24)

 Là ,il va rencontrer une grande misère subie en silence

Souvent la résistance  passe par le détour de la parole ou du silence ; le rire du noir et son humeur sont des armes de la culture africaine « Pour m’empêcher de pleurer,j’ouvre la bouche puis je ris ( p 17)

 il faut aussi revenir à la parole muette d’un peuple qui refuse de se taire dans une Afrique bâillonnée

 **

« la bonne nouvelle » consistera donc à aider les gens à sortir de leur dépendance

..Dans un certain dénuement institutionnel :pas de baptêmes pendant plusieurs années ,s’il le faut et admettre que l’essentiel ce n’est pas que l’église soit remplie tous les dimanches mais que l’évangile devienne un  lieu de rencontre et de rassemblement au-delà des différences et des affrontements (p 28)

Ce qui s’impose c’est le passage du catéchisme à la révélation  dans la situation où l’homme aspire à sortir d’une situation de de misère et de captivité

 Nous cherchons Dieu à travers  la voix d’un peuple qui demande la pluie en période de sécheresse dans le conteste d’une civilisation de l’anti- frère qui exploite les plus pauvres. Comment faire  pour que  les richesses du travail reviennent à ceux qui les produisent   (p 29)

 ….On a créé des dispensaires et des hôpitaux pour avoir une main d’œuvre en bonne santé et  qui en plus payent des impôts

…les gens meurent de faim car on les a obligés à cultiver du coton au lieu du mil qui les nourrissait

 Sous l’arbre où chaque communauté se retrouve  pour entendre la parole de Dieu,les hommes de foi se demandent comment les gens du peuple peuvent devenir  les penseurs et les ingénieurs de leur avenir (p 33)

**

 

Dans son livre sur sa « foi d’Africain »

Jean Marc Ela parle longuement du « culte des ancêtres »

cliquez ICI 

et de la culture de l’oralité

cliquez ICI 

**

En 2003 il ecrit

« repenser la theologie africaine »

Clqiuez ICI 

 

 

 

Jean Marc Ela : Le culte des ancêtres

31 juillet, 2016

Dans son livre « Ma foi d’Africain » Jean Marc Ela réhabilite « le culte des ancêtres »

 

Nul n’ignore le rôle et la fonction des statues et des masques d’ancetre dans une grande partie des sociétés africaines( p 37)

**

Tout d’abord ,c’est à tort que l’on parle du « culte des ancêtres »,

il ne s’agit pas d’un culte

il s’agit  uniquement d’une marque de respect pour le fondateur du clan 

ce n’est pas la peur qui pousse  l’homme du nord Cameroun à garder « la statue » de son père, mais le besoin de rester en communion avec lui et de le faire participer aux différents moments de la vie familiale  (p 41)

**

Il n’y a rien  là qui s’oppose à la foi chrétienne (p 43)

Cependant parfois si un malheur arrive dans une famille, des « devins » en concluent 

que quelqu’un a manqué de respect aux ancêtres et l’on recherche le coupable pour le punir

cette situation peut provoquer des conflits entre la foi et la traditions (p 45)

 

Les ancêtres ne remplacent pas Dieu mais servent parfois d’intermédiaires

Il est plus juste de parler de rôle médiateur que jouent dans l’au-delà ,les chefs de famille

Ainsi 

si on doit transmette un message important ,on ne s’adresse pas  directement à la personne concernée, mais à un tiers , même en sa présence ( P 46)

Un gourou ,un célébrant, un prêtre  ne s’adresse pas directement à une personne qui lui demande des conseils mais il passe par un intermédiaire  qui « traduit » sa pensée

   

Pour les gens les événements de la vie quotidienne ont toujours une signification en rapport avec la croyance aux ancêtres  des lors il faut « décoder » la réalité  à partir des différents signes qui se manifestent

Voici un cas tout simple : Que veut dire notre ancêtre si une feuille de bananier frappe sur le toit en tôle de la maison au cours de la nuit 

Meinrad Hebga : La guérison en Afrique

28 mai, 2016

En 1991 le pére Hebga jésuite camerounais donna à  la revue concilium n° 234

un article sur la guérison en Afrique  dont voici des extraits 

**

La cause des maladies  

Les maladies sont elle données par des être malveillants ?

Nous savons bien que l’on meurt par blessure, empoisonnement, brûlure, noyade ; que la morsure d’un serpent venimeux ou d’une bête féroce peut être fatale. Mais, même dans des cas de cette espèce, nous parlons parfois, d’envoûtement, pour signifier que ce n’est pas par hasard qu’un tel malheur est arrivé à moi plutôt qu’à toi, que je me suis trouvé à la portée d’une vipère ou d’un léopard, ou qu’un arbre est tombé juste au moment où mon frère passait dessous. Il faut qu’une volonté malveillante ait arrangé les circonstances aux dépens de quelqu’un

**

Les guérisseurs

Les guérisseurs africains interviennent donc souvent en s’attaquant aux forces du mal qui sont à l’origine de la maladie à l’aide du langage qui possède un certain pouvoir

 Chez tous  les peuples un certain pouvoir est attribué au langage ….que la lumière  soit…et la lumière fut

La médecine « liturgique »  est une véritable liturgie avec le concours d’une assistance …Le drame se joue entre d’une part l’officiant et les forces du bien et d’autre part la maladie et les forces du mal … avec le recours éventuel au chant ,à la danse ,au dialogue avec l’assistance ,quand ce n’est pas avec des êtres invisibles

**

Les missionnaires

L’attitude générale des missionnaires chrétiens à l’égard de cette cure africaine fut et reste négative : un mélange de dédain pour « tout ce fatras primitif » et d’horreur pour « les superstitions païennes .Rares sont ceux qui l’abordent  dans un esprit d’étude objective et sereine.. 

**

Christianisation de ces rites

Il est urgent d’intégrer quelques uns de nos grand rites thérapeutiques dans la panoplie chrétienne en usage chez nous …Nous devons partir des besoins des peuples …

Il ne suffit pas de déclarer que la sorcellerie ou l’envoûtement n’existe pas pour rassurer les gens, ni de les envoyer à l’hôpital pour résoudre tous les problèmes dont ils souffrent et meurent, il ne suffirait même pas de réciter sur les malades un évangile ou une prière du rituel ou d’invoquer sur eux le nom puissant du Christ. Il faut en plus, nommer explicitement et conjurer à haute et intelligible voix les forces redoutées (des sorciers)  Les fidèles que l’on met en garde contre les rites.., auxquels les Beti et les Basa du Cameroun recourent pour se purifier (…) ne sont apaisés et rassurés que si, dans notre prière de délivrance, nous les protégeons contre toute éventualité, dans le cadre de la tradition ancestrale. C’est la stratégie adoptée par les prêtres, les pasteurs et les laïcs, avec un succès encourageant

**

Pour ma part j’ai une foi totale dans le nom de Jésus Christ par lequel nous sommes guéris (Ac4,10)…

**

L’exemple des églises indépendantes

Si l’église catholique en Afrique en est encore à ses premiers balbutiements dans la diaconie non sacramentelle des malades de  nombreuses églises dissidentes .. ont en ce domaine un longue expérience dont nous pouvons tirer profit

Il appartient à nos églises de comprendre l’enjeu d’un ministère des malades qui soit vraiment chrétien et authentiquement  africain …Elles doivent le promouvoir avec détermination   

Meinrad Hebga (1928-2008) et la théologie Africaine

17 mai, 2016

Le pére  Meinrad Hebga  est  un  jésuite  et anthropologue camerounais

 Cliquez ICI 

**

En 1973 : Meinrad approuve la  décision de la CETA

(conseil œcuménique  des églises Africaines) réuni à Lusaka en Zambie

qui avait proposé

au grand dam des missionnaires occidentaux

la suspension pendant 5 ans de l’envoi de missionnaires et de subsides étrangers

**

En 1976 il écrit

L’émancipation d’Eglises sous tutelles ;Essai sur l’ère post missionnaire

 publié aux éditions « présence africaines » fondées par Alioune Diop

**

Ce livre fait débat ! 

Meinrad rue dans les brancards

il réclame plus de liberté pour l’église africaine 

Il veut une église emportée par le souffle du saint Esprit

au même titre que celle des « actes des apôtres

ce sera dur …dur

«Pour que l’église ne soit plus le patrimoine de l’occident  il faut préparer une véritable  révolution copernicienne »

**

 Une nouvelle organisation dans les églises

Certes ! Les  prêtres africains sont peu nombreux

Certes ! l’Afrique est pauvre

L’eglise doit donc s’organiser  autrement

**

Puisque les prêtres  manquent 

ils doivent remettre entre les mains des laïcs

toutes les activités sociales

les écoles ou les hôpitaux

et s’investirent totalement dans leur rôle de pasteur

**

Puisque les paroisses ont moins de ressources pécuniaires

moins de biens immobiliers

les fidèles  peuvent se réunir

dans des communautés plus restreintes

des communautés de quartier 

moins onéreuses

Après tout ! Les premiers Chrétiens aussi étaient pauvres !

**

Théologien

Meinrad Hebga  fait parti des pionniers de la « théologie africaine »

et en même temps, il  rappelle que l’évangile n’est pas l’évangile des colons

cliquez ICI  

**

Son collègue jésuite,le père  Mveng  écrivait

une phrase terrible

affligeante  

l’Africain est pauvre, parce qu’il n’est pas et non parce qu’il n’a pas.

**

Comme lui

Meinrad  revendique   pour les africains leur « idendité africaine » dont ils ont été privé pendant si longtemps

L’africain a une culture

L’africain a une sagesse

l’africain  a une histoire

**

Malheureusement

même depuis les indépendances 

L’Afrique s’enfonce chaque jour dans le sous-développement ,à tous les niveaux ..économique ,social et religieux

Les étrangers ont leur part de  responsabilité ,

C’est honteux !

c’est scandaleux

Abject !

**

Mais que font les africains , ?

Ils doivent se réveiller

prendre leurs  responsabilités

**

L’église ,c’est-à-dire la famille des chrétiens

a un rôle à jouer

Que les chrétiens s’engagent davantage

au service de leur pays

**

La sorcellerie et les guérisons

Le père Hebga ose regarder les réalités en face

ce qui semble le plus contestable

de plus troublant

pour les occidentaux

dans les traditions africaines

**

En 1986 il soutient une thèse à la Sorbonne

sur la « Rationalité d’un discours africain sur les phénomènes paranormaux, ,

et pendant   plus de trente ans il se battra pour faire admettre cette  rationalité

**

Fermer les yeux

boucher les oreilles

Ignorer la sorcellerie

contester les phénomènes anormaux

ce sont des attitudes de gens irresponsables et hypocrites

**

D’une part ,il ne faut pas tout rejeter en bloc

D’autre part contre « les mauvais sorciers » il existe la prière de délivrance 

Meinrad  à  ce niveau se retrouve en compagnie des mouvements charismatiques modernes

comme  son compatriote son le père Mveng cofondateur des « béatitudes »

**

Là encore, le Chrétien  africain peut rappeler

aux occidentaux ,aux missionnaires « raisonnables »

qui ne croient plus aux miracles 

que Jésus  guérissait

 et que les apôtres  imposaient les mains

et chassaient les mauvais esprits 

**

L’œcuménisme

Les nouvelles religions plus ou moins chrétiennes  s’épanouissent

Celle de William Harris au Liberia

Celle de Simon Kimbangu en RDC

Les sectes  se multiplient  grâce à d’anciens catéchistes décus par les « freins » de Rome

ou tout simplement l’arrogance  des missionnaires  

**

Les catholiques et les protestants doivent  agir ensemble pour réunir les croyants 

c’est le projet de l’AOTA  (Association Œcuménique des Théologiens africains ) que le père Hebga

avait fondé avec le Père E Mveng

 **

Là encore les africains peuvent  aider les chrétiens d’Occident à se réconcilier

Cliquez ICI  

 

Meinrad Hebga : Le Christianisme est il la religion des colons ?

16 mai, 2016

Dans une œuvre collective publiée par présence africaine en 1963

intitulé « personnalité africaine et catholique »

le père Hebga ,un jésuite camerounais  

décrit le désarroi de ses compatriotes

**

Le catholicisme c’est l’église des colons ,

la religion des maitres

qui  ont  humilié les Africains

« vous n’avez ni culture ,ni civilisation. Soyez docile et nous ferons de vous des hommes » 

**

d’où la rancœur du jeune clergé africain

Cliquez ICI  

**

Le Christ serviteur

Hebga leur répond :

«  A tous ces fils de l’Afrique ,mes amis ,mes frères qu’agitent l’angoisse ,le désespoir ou le ressentiment ,je voudrais crier. :Non le christianisme n’est pas la religion des « maîtres » et des « dominateurs » mais des « serviteurs »

Son fondateur ne fut il pas historiquement un indigène,..colonisé par la métropole toute puissante d’alors .

Jésus le fils de son peuple ,n’ a-t-il pas essuyé le sarcasme du dominateurs romain « :Suis le juif ,moi ? »  Parole humiliante de l’étranger  …

**

En vérité Jésus Christ est nôtre et tout proche de nous

Je n’ai pu m’empêcher de l’aimer ….

Une vérité  s’impose

quelles qu’aient été les vicissitudes du christianisme ,il est l’œuvre d’un serviteur qui se fit adorer jusque dans la métropole orgueilleuse ..

Nous avons avec le Christ une parenté dans l’humiliation  ….

**

Le christianisme n’est pas une religion occidentale . Aucune grande religion n’a pris naissance en occident

**

L’Afrique trop souvent a été humilié  par les missionnaires  trop zélés  qui détruisaient les Tam-tam ,arrachaient les amulettes pour les remplacer par  des médailles  miraculeuses …

Aujourd’hui ,les Africains se sentent aliénés

Ils ont abandonné leurs sagesses ,leurs rites ,leurs coutumes ,leurs noms, leur culture enfin …les religions ancestrales sont traités avec mépris 

**

L’église chrétienne  doit aider l’Afrique humiliée  a se réhabiliter devant le monde, à s’affirmer sur le plan humain …en nous laissant nous exprimer librement sans nous museler par le moyen de censures de toutes sortes  .Elle doit participer à nos efforts de rationalisation et de modernisation de nos traditions ancestrales

**

L’Afrique chrétienne ne sera chez elle  dans l’église de Dieu que lorsqu’elle cessera d’être la perpétuelle obligée,  la mendiante ,l’éternelle mineure » 

123