Archive pour la catégorie 'Afrique par pays'

Danses pour la fertilité au Mali

3 décembre, 2010

                  Au Mali

chez les bambara

on vénère  Tyiwara

un être

moitié homme

moitié antilope

qui saurait appris aux paysans

à cultiver la terre


                   

 mali.gifcliquez

·        Au début de la saison des pluies

·        pour  honorer leur bienfaiteur 

·        les jeunes gens

·        portent fièrement

·        des coiffures  surmontées 

·        par des couples de Tyiwara

·        la femelle sur le dos du mâle 

·        car pas de fécondité sans couple

*

Cette fois ci les masques n’ont rien de terrible

Au contraire

Ils ont des yeux confiants de biches charmantes

des cous élégants

des cornes  signe de puissance

mais terminées par des touffes

plutôt douce

Les pattes de la femelle et du mâle sont parallèles

En complète harmonie

Et les jeunes dansent

à petit pas

et parfois s’arrêtent  à l’affut

comme une antilope aux aguets

Ils dansent

se réjouissant à l’avance

en esperant une bonne récolte

*****

Seigneur Tu visites la terre et tu l’abreuves 

Tu la comble de richesses Les ruisseaux de Dieu 

regorgent d’eau Tu prépares les moissons 

Tu arroses les sillons 

Tu aplanis le sol Tu bénis les semailles 

Sur ton passage ruisselle l’abondance 

Au désert les pâturages ruissellent Les collines débordent d’allégresse 

(Psaumes 64)

Une cérémonie traditionnelle dans la foret du Gabon

1 décembre, 2010
  • Un samedi soir

  • j’assistais à une cérémonie
  • dans une case bwiti dans les environs de Libreville
  • Ce n’était certainement pas de l’authentique Bwiti
  • car ce genre de cérémonie est strictement réservée aux grands initiés
  • Mais ce n’était  pas non plus une cérémonie pour touriste
  • J’étais le seul étranger ayant été invité par des amis  gabonais
  • Ils y avaient une vingtaine de personnes
  • .nous sommes d’abord restés assis jusqu’à minuit
  • sur des bancs
  • hors de la case
  • dans les ténèbres de la foret
  • où l’on entendait le sifflement néfaste des mauvais esprits  
  • C’était un temps de méditation
  • au son de la cithare gabonaise ,la ngoma 
  • dans un lieu qui était  le domaine des défunts .
  • Puis les adeptes s’enduisirent de kaolin ,
  •  le blanc étant signe de la mort  
  • et tous absorbèrent une dose très légère d’iboga
  • ,une plante hallucinogène
  • Nous nous sommes ensuite dirigés vers la case
  • dont les poutres du  toit figurent
  • le squelette d’un homme couché
  • La case est la symbole de la vie
  • On y entre
  • Courbé
  • La tête baissée
  •  en faisant 3 pas en avant  et 2 pas en arrière
  • Ce rite évoque les difficultés et les souffrances
  • qu’on éprouve à découvrir la vraie vie
  • **
  • Quand tout le monde fut  entré
  • ce fut comme une explosion
  •  le son bruyant des tam tam
  • Des torches de résine d’okoumé  dissipèrent les ténèbres    
  • On dansa en chantant
  • « fortifiez vous ,fortifiez vous »
  • et tous caressait plusieurs fois  
  • le poteau central qui se trouve à l’entrée de la case 
  • Ce poteau symbolise le sexe de l’homme
  • Au centre de ce poteau se trouve un trou en triangle
  • qui symbolise le sexe féminin
  • Il n’y a rien d’érotique dans cette coutume
  • Mais le désir de retrouver les forces vitales
  • De nos origines
  •                  
  • bakota.bmp cliquez
  • On retrouve ce trou triangulaire
  • sur beaucoup de statuettes de la region  
  • La cérémonie atteint son sommet
  • quand les danseurs sautèrent et se roulèrent à terre
  • Ils balayèrent  nos visages avec les flammes de leurs torches
  • pour nous purifier par le feu
  • tandis que d’autres couraient autour de la case
  • en soufflant dans des cornes pour éloigner les mauvais esprits

L’iboga et la cithare gabonaise

1 décembre, 2010

 citahregabonaise.jpg

  • Au Gabon
  • Le Mbieri    est légèrement différent du Bwiti
  • qui est réservé aux hommes
  • Les cérémonies Mbieri sont animées par des femmes
  • On  y raconte  
  • qu’une veuve
  • pleura  longtemps
  • en errant dans le foret
  • car elle  ne savait pas
  • où se trouvait  le squelette de son mari 
  • Elle tomba dans un petit trou d’eau
  • où se trouvaient les ossements
  • et entendit une voix d’outre tombe
  • celle de son mari
  • qui lui confia le secret des bienfaits de l’iboga
  • une  plante hallucinogène qui guérit
  •  et qui permet de voir les esprits
  • C’est pourquoi au sommet des cithares gabonaises
    La Ngoma
  • employée au cours des cérémonies de guérison
  • se trouve souvent la tête de cette femme
  •  qui serait à l’origine du culte Mbieri 

Les couples Africains :Robert Mugabe et Morgan Tsangirai au Zimbabwe

21 février, 2009

Un mariage pas encore très stable 

1987 : modification de la constitution. Robert Mugabe devient le président du Zimbabwe au 31 décembre.

2000:  Mugabé entreprend les premières   expropriations de fermes appartenant à des blancs. .

Il s’ensuit dés 2003 une  grave crise agraire et politique.

 L’État installe sur les terres réquisitionnées des proches du régime, officiellement anciens combattants de la guerre d’indépendance. Ceux-ci n’ont cependant pas les connaissances, ni le matériel nécessaire pour cultiver leurs lopins et beaucoup de terres restent en friches

Suite à une campagne intensive des mouvements des droits de l’Homme, des Britanniques et de l’opposition, le  Commonwealth impose des mesures de rétorsion contre les principaux dirigeants du Zimbabwe. Au sein du Commonwealth, Mugabe reçoit cependant le soutien de plusieurs pays africains et dénonce des mesures prises à l’instigation des pays « blancs »

2004: L’ancien grenier à blé de l’Afrique ne peut plus subvenir à ses besoins et 70 % de la population se retrouve sans emploi.

2005: Entre 500 000 et 1,5 millions d’habitants des  Bidonvilles  d’Harare, bastions de l’opposition, sont expulsés à la fin du printemps et leurs habitations sont détruites

Une réforme constitutionnelle restreint  les droits de propriété et permet au gouvernement de priver n’importe qui de passeport pour raisons « d’intérêt national ».

L’inflation dépassait les 1 000 % en 2006, et les 100 000 % en 2007. L’exode de la population vers les pays voisins s’accélère.

**

Les élections ont lieu en 2008

En obtenant officiellement près de 48 % des suffrages en dépit des fraudes, Morgan Tsvangirai devance Robert Mugabe (43 %).

les violences 

Lors de la campagne du second tour, le pays est le théâtre de violences politiques continues marquées par des atrocités commises par la police contre des membres de l’opposition et leur famille mais aussi par l’arrestation de ses principaux chefs

Dans ce climat de terreur, Morgan Tsvangirai décide à cinq jours du second tour de l’élection présidentielle de boycotter celle-ci, permettant ainsi à Robert Mugabe d’être réélu


De plus, depuis le mois d’août, une épidémie de cholera sévit dans le pays et a déjà fait selon l’OMS : 2 971 morts, ainsi que 56 123 personnes contaminées (chiffres officiel au 27 janvier 2009). Toujours d’après l’OMS, jusqu’à la moitié des 12 millions de Zimbabwéens sont susceptibles de contracter la maladie en raison de l’insalubrité des conditions de vie dans le pays.

Fevrier2009

Mugabe accepte que Tsvangirai devienne premier ministre mais il a en fait pour le moment aucune autorité

1...5051525354