Archive pour la catégorie 'jean Marc Ela'

Jean Marc Ela (1936-2008) : Sa première mission avec Baba Simon

7 août, 2016

Jean-Marc Ela, né à Ebolowa, dans le Sud Cameroun, est un  prêtre catholique du diocèse d’Ebolowa, enseignant, sociologue, anthropologue et théologien.

Cliquez ICI  

**

Comme Ka Mana

Jean Marc Ela est un combattant

Il se bat pour l’avenir de l’Afrique  

mais Ka Mana a été formé par des pasteurs a Strasbourg

puis il a suivi des études dans les universités en Belgique

et a été pasteur dans des grandes villes au Sénégal ou en Centre Afrique

Cliquez ICI 

**

Ce n’est pas le cas de JM Ela

Lui aussi a suivi des études en Europe

mais il est plus prés des problèmes du peuple

à cause de son expérience 

vecue avec Baba Simon chez les paysans du nord Cameroun

Cliquez ICI 

**

JM Ela  raconte cette expérience dans son livre  « le cri de l’homme Africain » publié en 1980

Cliquez ICI 

**

Ma foi d’Africain

puis de nouveau il écrit dans  « ma foi d’Africain » publié en 1985

 Je vais  me retrouver  dans une région affectée par un état  de servitude larvée comme Baba Simon me la présenté dès le soir de  mon arrivée au Nord Cameroun (ma foid’Africain p 24)

 Là ,il va rencontrer une grande misère subie en silence

Souvent la résistance  passe par le détour de la parole ou du silence ; le rire du noir et son humeur sont des armes de la culture africaine « Pour m’empêcher de pleurer,j’ouvre la bouche puis je ris ( p 17)

 il faut aussi revenir à la parole muette d’un peuple qui refuse de se taire dans une Afrique bâillonnée

 **

« la bonne nouvelle » consistera donc à aider les gens à sortir de leur dépendance

..Dans un certain dénuement institutionnel :pas de baptêmes pendant plusieurs années ,s’il le faut et admettre que l’essentiel ce n’est pas que l’église soit remplie tous les dimanches mais que l’évangile devienne un  lieu de rencontre et de rassemblement au-delà des différences et des affrontements (p 28)

Ce qui s’impose c’est le passage du catéchisme à la révélation  dans la situation où l’homme aspire à sortir d’une situation de de misère et de captivité

 Nous cherchons Dieu à travers  la voix d’un peuple qui demande la pluie en période de sécheresse dans le conteste d’une civilisation de l’anti- frère qui exploite les plus pauvres. Comment faire  pour que  les richesses du travail reviennent à ceux qui les produisent   (p 29)

 ….On a créé des dispensaires et des hôpitaux pour avoir une main d’œuvre en bonne santé et  qui en plus payent des impôts

…les gens meurent de faim car on les a obligés à cultiver du coton au lieu du mil qui les nourrissait

 Sous l’arbre où chaque communauté se retrouve  pour entendre la parole de Dieu,les hommes de foi se demandent comment les gens du peuple peuvent devenir  les penseurs et les ingénieurs de leur avenir (p 33)

**

 

Dans son livre sur sa « foi d’Africain »

Jean Marc Ela parle longuement du « culte des ancêtres »

cliquez ICI 

et de la culture de l’oralité

cliquez ICI 

**

En 2003 il ecrit

« repenser la theologie africaine »

Clqiuez ICI 

 

 

 

Jean Marc Ela : L’exode et la lutte de l’homme Africain

3 août, 2016

Dans son livre  « Le cri de l’homme Africain »  publié en 1980 Jean Marc Ela insiste sur l’importance du « livre de l’exode » dans la bible  pour les africains qui sont chrétiens 

 

Dieu se révèle chaque jour 

dans la vie de l’église

dans son histoire

Il faut lire la parole de Dieu dans le monde lui même….L’histoire autant que la vie de l’Eglise doivent être considérées comme le lieu par excellence de la recherche et de la réflexion humaine (le cri..p41)

Si le Dieu de la prédication n’est en somme que le dieu des théodicées ,c’est à dire finalement de la métaphysique grecque ,il n’est pas autre chose qu’une idée suprême et éternelle ,sans lien avec ce qui se passe sur la terre des hommes(p 42)

Dans l’esprit de la majorité des convertis être sauvé c’est aller au ciel ,mais être sauvé c’est déjà maintenant être libéré des forces d’aliénation qui asservissent l’homme (p43)

**

L’exode : Un peuple libéré 

Ainsi se comprend « le livre de l’exode » dans la bible

l’événement central par lequel Dieu se révèle lui même en intervenant dans l’histoire de son peuple c’est l’exode (p44)

Moise n’est pas envoyé en Egypte pour prêcher la conversion spirituelle mais bien pour faire sortir Israël de « la maison de servitude »

Pour que le peuple puisse écouter la parole de Dieu ,sereinement 

il faut d’abord qu’il soit libérer de toutes servitudes de toutes exploitations

 Dans cette perspective ,les églises ne devraient elles pas s’adresser aux pharaons d’aujourd’hui afin qu’ils  rendent la parole, la décision et la liberté au peuple de Dieu ?

Les églises comme Moïse  doivent dénoncer les abus les plus criants des systèmes en place  et intervenir  à tous les niveaux  pour défendre  les plus faibles (p 51)

 

Un peuple qui se bat  

En Afrique,  dire que la religion est une source d’aliénation n’a pas de sens (p 55)

dire que les religions des africains entrainent leur sous développement  n’a pas de sens

Pour les pays dominants de l’occident ,le sous développement en Afrique apparait naturel ;Il est attribué à la religiosité et aux structures mentales  de ces « peuples misérables »…..Voir dans les religions traditionnelle un frein au développement ,c’est supposer que l’occident est parfaitement innocent dans la situation où se trouve l’Afrique depuis la traite des noirs (p 58) 

Or depuis la période esclavagiste ,en Afrique comme en Amérique ,les religions des noirs  n’ont jamais été des obstacles à leur luttes mais furent ,pour ces luttes mêmes  ciment de cohésion naturelle et armes utilisées contre l’oppression (p 60)

 **

Les églises indépendantes

Là où s’élève  un prophète noir ,là s’éveille un nouvelle conscience de l’homme et de sa situation historique.. ainsi les églises indépendantes  représentent  une volonté de rupture avec une société oppressive et aliénée  …la religion ne se réduit pas à un rapport avec le surnaturel  elle apparait comme une force sociale (p62)

A travers les prières  s’expriment l’immense cri des opprimés p63

Les prophètes noirs n’aspirent pas à revenir aux dieux des ancêtres mas à faire entendre ,dans un contexte africains le message de évangile    

Ce qui frappe dans les mouvements messianiques c’est l’utilisation inattendue du thème du « salut  ..le messie apparaît moins comme « médiateur de la grâce » que « libérateur des opprimes » (p63)

 Le christianisme officiel est réduit à n’être  plus q’un code morale ( p65)

 L’impuissance des églises  européennes à révéler la puissance libératrice de l’évangile  explique la naissance et le développement des églises indépendantes

 

Que doit donc  faire l’église  officielle ?

Ne faut il pas réexaminer le christianisme des sources pour retrouver le noyau inhérent à l’évangile 

 L’église doit libérer l’évangile d’un christianisme embourgeoisée qui est apparu en Afrique comme une forme particulière de l’idéologie de domination au service de l’impérialisme européen

Si Dieu se dit dans l ‘histoire c’est aujourd’hui dans les lieux de tension et de conflit où se prépare l’avenir  que l’église doit révéler le Dieu vivant

 **

Croire

croire  c’est changer le monde

La foi nous pousse à travailler pour que toute réalité devienne en Jésus Christ « une créature nouvelle »

La foi au Dieu de l’espérance rend à l’homme l’énergie que le mobilise pour préparer les matins neufs de la     création  nouvelle où l’homme serait enfin réinvesti de sa dignité

L’homme de foi est un homme de création

La foi nous porte dans toute situation de détresse et de souffrance pour apporter à l’homme dépossédé une promesse et une espérance de vie

La foi est le témoignage rendu à Dieu qui prend en main la cause de ceux qui ne peuvent des défendre par eux mêmes

Croire c’est avoir un rôle à jouer dans les changements provoqués par le règne de Dieu qui signifie la fin de la souffrance des pauvres et la libération des opprimés (Mtt. 11,4)(le cri… p 115)

 

Un fait est clair :nous ne pouvons plus comprendre et vivre la foi que dans un contexte de libération des opprimés (p 116)

Un culte authentique n’est possible que comme le lieu de guérison des malades et de relèvement de ceux qui sont tombés

 

et Jean Marc Ela  de citer tous les prophètes de l’ancien testament depuis  Amos ,Osée,Michée Isaie.. Jérémie …

Cliquez ICI 

Jean Marc Ela : Le culte des ancêtres

31 juillet, 2016

Dans son livre « Ma foi d’Africain » Jean Marc Ela réhabilite « le culte des ancêtres »

 

Nul n’ignore le rôle et la fonction des statues et des masques d’ancetre dans une grande partie des sociétés africaines( p 37)

**

Tout d’abord ,c’est à tort que l’on parle du « culte des ancêtres »,

il ne s’agit pas d’un culte

il s’agit  uniquement d’une marque de respect pour le fondateur du clan 

ce n’est pas la peur qui pousse  l’homme du nord Cameroun à garder « la statue » de son père, mais le besoin de rester en communion avec lui et de le faire participer aux différents moments de la vie familiale  (p 41)

**

Il n’y a rien  là qui s’oppose à la foi chrétienne (p 43)

Cependant parfois si un malheur arrive dans une famille, des « devins » en concluent 

que quelqu’un a manqué de respect aux ancêtres et l’on recherche le coupable pour le punir

cette situation peut provoquer des conflits entre la foi et la traditions (p 45)

 

Les ancêtres ne remplacent pas Dieu mais servent parfois d’intermédiaires

Il est plus juste de parler de rôle médiateur que jouent dans l’au-delà ,les chefs de famille

Ainsi 

si on doit transmette un message important ,on ne s’adresse pas  directement à la personne concernée, mais à un tiers , même en sa présence ( P 46)

Un gourou ,un célébrant, un prêtre  ne s’adresse pas directement à une personne qui lui demande des conseils mais il passe par un intermédiaire  qui « traduit » sa pensée

   

Pour les gens les événements de la vie quotidienne ont toujours une signification en rapport avec la croyance aux ancêtres  des lors il faut « décoder » la réalité  à partir des différents signes qui se manifestent

Voici un cas tout simple : Que veut dire notre ancêtre si une feuille de bananier frappe sur le toit en tôle de la maison au cours de la nuit 

Jean Marc Ela : L’art de raconter

29 juillet, 2016

Dans son livre « Ma foi d’Africain » nous parle de la culture de l’oralité  

**

Une civilisation de l’oral

L’oralité étant le trait dominant de la culture africaine ,on, doit souligner la prépondérance du symbole dans le discours humain ..Les formes d’expression orale ,les gestes ,les rites ,les actions et les techniques comme les institutions ,les êtres et les objets de l’univers contribuent en définitive à la constitution d’une symbolique  qui mène à la compréhension du langage de l’Africain( p 60)

**

L’importance des symboles

le symbolisme de l’eau apparait dans les rituels de bénédiction de mariage ,de guérison et de purification

On sait l’importance de la salive dans les traditions bantoues .Cracher sur le visage d’autrui n’est pas une injure ou un affront mais un geste de bénédiction (p 63)

l’eau est une bénédiction pour le paysan

**

Tel est la signification  fondamentale de l’initiation qui en Afrique représente le jeu de la vie et de la mort et en définitif le triomphe de la vie (p 67)

s’initier c’est à la fois mourir ici bas et renaitre  (p 68)

**

Raconter l’évangile

Pas plus que Jésus de Nazareth lui même dont les façons de parler rappellent celles des paysans et des bergers ,l’homme noir ne parle le langage d’Aristote  assumé par la théologie officielle du catholicisme (p 68)

il nous faut pour être contemporain de Jésus Christ  vaincre la distance historique et culturelle qui nous sépare de l’évangile  (p 69)

Une telle recherche exige une sorte d’éthique de la transgression ,par laquelle nous osons rompre avec les catégories de pensée  les institutions et les gestes qui nous sont venus de dehors ,lesté de tout le poids de l’Occident  gréco-latin   afin de retrouver ,a partir de notre contexte culturel le surplus de sens du mystère chrétien (P 69)

**

La manducation de la parole  

La lecture silencieuse est une tradition occidentale .L’Africain  même scolarisé  finit toujours par libérer la parole

Le sens passe par le son qu’on interprète  

c’et la manducation de la parole( p 73)

Lors de la  célébration de la parole toute l’assemblée communie par la prise de la parole ,la recherche du sens ,l’interrogation et l’échange ,la prière et le chant   .L’Africain ne parle pas seulement avec des images mais aussi avec tout son cops ,ses mimiques et ses attitudes (p 74) 

Jean Marc Ela. Comment l’église africaine peut elle convertir l’Europe ?

13 mai, 2016

Jean Marc Ela

est décapant !

Dans son livre « repenser la théologie africaine »

il reproche l’esprit de conquête des missionnaires venus en Afrique

Cliquez ICI 

**

Il constate ensuite que L’Occident  est en panne

qu’il ne faut surtout pas le prendre pour modèle   

… Qu’apportons nous à l’Occident si nous mimons un modèle d’Eglise qui est désormais en panne ?

 Pourquoi devrions nous reproduire des formes de vie chrétienne dont plus personne ne veut en Occident ? ( p 185)

On peut se demander dans la monde actuel quel est le sens de l’évangile pour les occidentaux

Bref, à quel Dieu croient aujourd’hui les européens et les nord américains

Quel est pour eux le sens de l’évangile dans les systèmes politiques et économiques où les forces qui fabriquent des pauvres sont les mêmes qui ferment les frontières aux étrangers et, à travers les mécanismes occultes ,contribuent à la ruine d’un continent   

 

Depuis des siècles ,l’évangile a été  apporté aux pauvres par des riches et les puissants .

L’ére de la mission venue des sociétés dominantes est close ( p 188)

 

Les africains ayant redécouverts les Evangiles

dégagés de tous les scories de la civilisation occidentale

pourront alors venir en Europe

pour réveiller les vieux chrétiens  

L’un des handicaps du christianisme africain réside précisément dans le fait que le contact de l’Afrique ,s’est fait non avec les évangiles  mais avec un christianisme structuré par L-Occident  ( A Babé)

**

Donc que les africains se prennent en main

et relisent les Ecritures en fonction de leur propre culture

en se passant des missionnaires

Aprés tout !

l’église a longtemps annoncé l’évangile sans passer par la médiation des sociétés missionnaires  ( p 175)

**

JM Ela ajoute

Il est vrai que les jeunes Eglises manquent de prêtres et ont besoin de l’aide financière des pays occidentaux

mais cet argument est celui d’une église  cléricale

C’est pourquoi ,il serait temps de renoncer à ce  cléricalisme en créant des conditions qui permettent aux laïcs  de prendre davantage de responsabilités

C’est ce que le cardinal Malula préconise depuis 1972

Cliquez ICI 

Jean Marc Ela : La mission ? Une conquête ou un témoignage

11 mai, 2016

En quoi consiste  la mission ?

Voici quelques citations prises dans le livre de  Jean Marc Ela

« repenser la théologie africaine » ( p 154 ss)  

 

Conquérir ou témoigner ?

La mission pendant longtemps consistait surtout à baptiser  selon l’ordre  évangélique

«  allez baptiser toutes les nations et faites des disciples (Mtt 28,18-20)

D’où chez les missionnaires  un esprit de conquête

pour «  repousser l’hérésie protestante et barrer la route à l’Islam »

**

Or il ne s’agit pas de faire  nombre il s’agit de faire signe

il ne s’agit pas de travailler d’abord à l’expansion de l’église  mais à la venue du règne de Dieu

 Maintenant il ne s’agit pas de reconquérir un autorité perdue , il s’agit de témoigner de la mort et de la résurrection du Christ avec audace (Act 4,20)

 

Les apôtres sont d’abord des témoins privilégiés de la mort et de la résurrection du Christ

c’est par le témoignage que l’église devient signe de la présence de Dieu dans le monde (Ad gentes 15,)

 « Vous serez mes témoins jusqu’aux extrémités de la terre (Act 1,8)

 

Il faut témoigner de la puissance du ressuscité  comme force de transformation dans la vie et dans l’histoire   

..dans une  logique de conflit ,de rupture avec toute situation incompatibles avec les exigences  du royaume de Dieu ( p 208) 

 

Il nous faut repenser ce témoignage comme  « une activité libératrice  en vue de changer  le monde avec la puissance de l’Esprit  …apporter aux pauvres, aux faibles, aux opprimés ,la bonne nouvelle de leur libération ‘….en se rappelant que le chrétien n’est jamais aussi redoutable que lorsqu il est saisi par l’esprit et qu’il parle au nom de Dieu

**

Témoigner avec humilité

et avec le respect des traditions , conscient que Dieu est arrivé partout bien avant nous 

l’Eglise se réclame d’un Dieu  qui veut le salut de tous les hommes et qui de fait nous précède depuis toujours. Avant que les missionnaires arrivent , Dieu était déjà là

« je ne suis pas venu abolir ,mais accomplir »  

 

Risquer la rencontre c’est apprendre à se mettre à l’écoute de l’autre

Dans un monde aux visages multiples il faut renoncer de parler en maitre de vérité

Dans la perspective ouverte du concile, il faut aujourd’hui redécouvrir la présence du Verbe dans les autres spiritualités qui a leur manière apporte au christianisme ce qui manque à l’épiphanie de la catholicité

 Le Verbe de Dieu est à l’œuvre dans le monde et nous fait découvrir la foi et les vertus des païens

Jésus a dit «  Ceux  qui ne sont pas contre moi sont avec moi

 

En Afrique trop souvent le christianisme s’est attaqué au dieux païens  afin de les écraser  dans le ridicule.

Dans ce sens l’histoire de l’évangélisation est l’histoire d’une conquête

 

On peut ajouter à ces propos de J.M. Ela

une citation de l’abbé Kalenga Matembele

La mission diffère sur plusieurs point de celle qui eut lieu  au début de l’Eglise naissante .. là les peuples à évangéliser étaient plus évolués que le milieu  auquel appartenait les apôtres

En Afrique au contraire les apôtres viennent de la race la plus évoluée de la terre et conscient de sa supériorité sur les autres. Là les apôtres étaient seuls .Ici les missions modernes débarquent presque partout  avec la puissance militaire  (Spiritus 1974 N °56)